Skip to main content

Full text of "De Tocqueville's Voyage en Amérique"

See other formats


Google 



This is a digital copy of a book that was preserved for generations on Hbrary shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 

to make the world's books discoverable online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 

to copyright or whose legal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 

are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that's often difficult to discover. 

Marks, notations and other maiginalia present in the original volume will appear in this file - a reminder of this book's long journey from the 

publisher to a library and finally to you. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we liave taken steps to 
prevent abuse by commercial parties, including placing technical restrictions on automated querying. 
We also ask that you: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use these files for 
personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain fivm automated querying Do not send automated queries of any sort to Google's system: If you are conducting research on machine 
translation, optical character recognition or other areas where access to a large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for these purposes and may be able to help. 

+ Maintain attributionTht GoogXt "watermark" you see on each file is essential for informing people about this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it legal Whatever your use, remember that you are responsible for ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countries. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can't offer guidance on whether any specific use of 
any specific book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
anywhere in the world. Copyright infringement liabili^ can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps readers 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full text of this book on the web 

at |http : //books . google . com/| 






A^tT" ItST.'io^. '+TO 



Harvard College 
Library 



THKcnroF 
CBARUS HALL GRANDGENT 

CLUSOF UK 





3 2044 102 775 319 



C^jU 



Deatb's flDo^em Xanguaoe Seriee 



DE TOCQUEVILLE'S 
VOYAGE EN AMERIQUE 



EDITED WITH INTRODUCTION, NOTES, AND 

VOCABULARY 



BY 

R. CLYDE FORD, Ph.D. 

Pkofbssor in the Michigan State Normal College, Ypsilanti 



BOSTON, U. S. A. 
D. C. heath & CO., PUBLISHERS 

1909 



Fctvici. T* I(^g1. "^04-. H STo 



HARVARD COLLEGE LIBRARY 

GIFT OF 

CHARLES HALL GRANDGEHT 

JANUARY 14, 1939 



Copyright, 1909, 
By D. C. Heath & Co. 



H 



INTRODUCTION 

Alexis Charles Henri Cl^rel de Tocqueville was bom in Paris 
July 29, 1 805. His father was a man of some importance under 
the Bourbons, for he served as prefect in various departments, 
and in 1827 was made a peer of France. His mother was a 
granddaughter of Malesherbes, the famous scholar, statesman, 
and academician, who defended Louis XVI before the Con- 
vention. 

De Tocqueville^s early boyhood was spent in the chiteau of 
Vemeuil near Mantes, where the genial Abb^ Lesueur directed 
his education. Later, while his father was prefect of the de- 
partment of the Moselle, he continued his studies in the college 
at Metz, where he made a poor record in Greek and Latin, but 
a brilliant one in French composition and rhetoric. After a law 
course of three years in Paris, he was admitted to the bar in 
1826. The same year he set out for a visit to Italy and Sicily 
with his brother Edouard, but was recalled to France by royal 
order in 1827 and appointed assistant magistrate to the tribunal 
of Versailles. 

It was while attached to this court that he met Gustave de 
Beaumont, who was henceforth to be his most intimate friend. 
The two young men had many tastes in common, and together 
they undertook those studies of new questions and movements 
in society which v/ere destined to lead to important results in 
the lives of both. De Tocqueville was philosopher enough to 
perceive clearly the causes of weakness in the Bourbon power, 
and he realized that it was doomed. Likewise he saw, although 
he had given his adherence to the new government, that the 
Revolution of July, 1830, could not bring any lasting tranquillity 

• • • 



IV INTRODUCTION 

to the country ; France was caught in the grasp of an awaken- 
ing democracy and was sweeping on to great changes. 

Another thing, also, he saw plainly enough, namely, that no 
advancement was to be hoped for from the ** Government of 
July," inasmuch as four years of service under the Restoration 
had been unable to secure it for him. Accordingly he began to 
ponder on a change of career. Among the various questions 
then attracting public attention was that of prison reform, and 
he and de Beaumont determined to apply for a mission to the 
United States to study the penitentiary system. This in itself 
would be creditable work, but more than that it would afford 
opportunity — and this was their real purpose — of observing 
the institutions and customs of American society and the work- 
ings of democracy in its only successful form. The Minister of 
■ the Interior, M. de Montalivet, granted the desired permission, 
and they sailed from France on the 2nd of April, 1831. 

Upon their arrival in New York the two friends at once 
began a round of the prisons. A half dozen were visited and 
examined with painstaking zeal; officials and prisoners were 
interviewed ; a vast amount of literature bearing on the subject 
was collected, and ample notes were made. In short, they took 
every care to do this part of their work well, and their report, 
Du systlme pinitentiare aux Etats-Unis et de son application 
en France^ published soon after their return in 1832, was an 
important document. It was crowned by the Academy, and 
certainly contributed much to improve existing penal conditions 
in France. 

When this task was out of the way de Tocqueville felt him- 
self free to begin those more ambitious studies which were the 
real occasion of his crossing the ocean. In order that his 
researches might be based on extensive travel and observation, 
he and de Beaumont journeyed in every direction to the very 
confines of our civilization. Their route took them up the 
Hudson to Albany, then westward across the state to BufEalo. 
From this point they continued their journey by steamer to 



INTRODUCTION V 

Detroit, where they disembarked for a two weeks' excursion 
into the interior of Michigan in order to get acquainted with 
the life of the pioneer and the Indian. It is this experience, 
written up under the title, Quinze jours au disert^ which fonns 
a large part of this volume. 

Upon their return to Detroit they proceeded still further up 
the Great Lakes, visiting the remote settlements of Sault Ste. 
Marie at the outlet of Lake Superior, and Green Bay in Wis- 
consin. From this point they retraced their course to Buffalo, 
where they turned aside to explore the valley of the Saint 
Lawrence as far as Quebec. After their return to the United 
States they visited Boston and Philadelphia, and Idte in the 
year once more headed into the wilderness by way of Pitts- 
burg and the Ohio River. After enduring fearful hardships 
they finally reached the Mississippi and sailed down to New 
Orleans. They returned overland through the Gulf states to 
Washington, and sailed for home from New York in February, 
1832. 

As soon as de Tocqueville was back in France and he and 
de Beaumont had made their report to the Ministry of the 
Interior, he began to plan for his great work in America. In 
order that he might devote himself entirely to it, he resigned 
his position under the Government and gave up his legal career. 
In 1835 the first two volumes* oVoS^Ladimocratieen Amirique 
appeared and met with instant success. Although his work was 
a forerunner in this field of political research, it has been pro- 
nounced the most luminous and capable study of democratic 
institutions ever made. However that may be, it was certainly 
the first publication which presented to Europe in an adequate 
way the developing civilization of America, and appearing as it 
did in the first half of the nineteenth century it exerted a tre- 
mendous influence on the trend of European politics. 

The publication of La dintocratie made de Tocqueville 
famous. In recognition of his work the French Academy 

* Volttmes III and ly were published in 1840. 



VI INTRODUCTION 

awarded him a special prize of 8000 francs, and in 1841 
elected him a member. He married Miss Mary Mottley, an 
English woman, in 1835, and after the death of his mother 
which occurred in 1836 he established a very pleasant home 
life in the family chateau near Cherbourg, where he henceforth 
divided his time between property interests and politics. 

From 1839 to 1848 he represented his home arrondissement 
of Valognes in the Chamber of Deputies, where he ranged 
himself with the party opposed to Louis Philippe. Although 
his voice was seldom heard in public debate, he took an active 
part in the legislative affairs of the Chamber. Reports which 
he presented concerning the abolition of slavery in the colonies 
(1839), ^^^ ^^ organization and reform of prison administration 
(1840, 1846), attracted much attention. He also drew the 
report of the commission named by the Chamber to examine 
into the affairs of Algiers, and made two excursions to the 
colony in order to acquaint himself with actual conditions there. 

After the Revolution of 1848 he was made Minister of For- 
eign Affairs, and though he served but a short time in this 
position he distinguished himself by his clear comprehension of 
international matters. His political life ceased with the coup 
d''dtat of Louis Napoleon in 1851 — "having ended with the 
end of liberty in France." 

After the close of his public career he retired to his estates 
in Normandy where he devoted himself anew to another great 
literary task. In 1 856 he published the first part of his Vancien 
rigime et la rivolution^ and its success was just as remarkable 
as that of La ddmocratie en Amirique twenty years before. 
In 1858 his health began to fail and he went to Cannes in the 
south of France to spend the winter, but the change resulted in 
no benefit. He died April 16, 1859, and was taken back to 
Normandy and buried in the ancestral parish of Tocqueville. 

No man of his day was more respected than Alexis de 
Tocqueville, for his private life was as irreproachable as his 
public career was honest and transparent. He combined the 



INTRODUCTION Vll 

sagacity of the statesman and the learning of the scholar with 
the humble virtues of the Christian; and he was a devoted 
believer in the cause of human rights which it was ever his 
passion to defend. As his life-long friend, de Beaumont, says 
of him, " it is by this ambition that he will live in the memory 
of men, for humanity preserves the names of those who have 
honored and magnified it." 



It is but fair for the reader to know that de Tocqueville's 
letters from which some of the following extracts are taken were 
never edited by himself (they were not collected and published 
until after his death), and that they are altogether spontaneous 
and unstudied. However, this will, we think, be regarded as 
part of their charm. 

The Quinze jours au desert, although dating from this same 
visit to America, has more of the air of leisurely and ambitious 
composition ; it was evidently written for a travel sketch to pass 
away the time while on board the steamer Superior, after the 
two friends had left Detroit to continue their voyage up the 
Lakes, but it did not see print till in the 6o's, when it was 
included in an edition of his works prepared by de Beaumont. 

We were young as a people in 1831 when de Tocqueville 
visited us, and there was a picturesqueness about that primitive 
and simple period of our history which appealed mightily to 
him, the son of an older civilization. The descriptions which 
he has left of life in this country three-quarters of a century ago 
are characterized by wonderful sympathy, accuracy, and insight, 
and clothed withal in such delightful language that many of 
them will pass as models of their kind. For their subject mat- 
ter, then, as well as their style, it is hoped that these selections 
will prove interesting and profitable reading to American stu- 
dents of the present day. They have been arranged in the order 
in which they were written, so as to correspond as closely as 
posible with the general itinerary followed. 

R. C. F. 



CONTENTS 

FAGB 

Introduction iii 

Voyage en Am£sique 

1. Impressions of New York i 

2. On the Way Inland • . v 3 

3. A Romance of Lake Oneida 5 

4. The Fading of some Illusions 9 

5. Across Lake Erie 14 

6. Preparations for the Wilderness 19 

7. Life of the Pioneer 21 

8. A Genial Inn-Keeper 29 

9. A Day of Adventures 37 

10. Further Into the Woods 48 

11. The Saginaw Settlement 64 

IS. Back to Detroit 77 

13. An Outpost of Civilization 82 

14. Niagara. 84 

15. Down the Valley of the St. Lawrence 86 

16. What France Lost in America. 89 

17. A Settler of Kentucky 91 

18. The Migration of a Tribe 93 

19. Washington in 1832 98 

Notes loi 

Vocabulary 123 



IX 



DE TOCQUEVILLE'S 
VOYAGE EN AMERIQUE 



I. Impressions of New York^ 

Au lever du soleil nous nous approchimes de New- 
York, en en^ prenant par consequent le port k revers. 
Je ne sais si I'aspect peu sdduisant du pays' que nous 
avions d6}k vu, et nos trente-cinq jours de mer nous 
faisaient illusion ; mais ce qu'il y a de certain,^ c'est que 5 
nous pouss^mes des cris d'admiration en apercevant les 
environs de la ville. Imaginez-vous les rivages les plus 
heureusement ddcoup^s, des pentes couvertes de gazons 
et d'arbres en fleurs qui descendaient jusqu'k la mer; et 
plus que tout cela, une multitude incroyable de maisons 10 
de campagne, grandes comme des bonbonni^res, mais 
d'un travail aussi soign^. Ajoutez k cela, si vous pouvez, 
une mer couverte de voiles, et vous aurez I'entrde de 
New-York du cdtd du Sund.* 

Nous voilk done h. New- York: Taspect de la ville est 15 
bizarre pour un Fran9ais et peu agrdable. On ne voit 
ni un dome, ni un clocher, ni un grand Edifice; de ma- 
ni^re qu'on se croit toujours dans un faubourg. Dans 
Pintdrieur, la ville est bitie en briques: ce qui lui donne 
un aspect fort monotone. On ne voit aux maisons ni 20 
corniches, ni balustrades, ni porte cochbre ; les rues sont 
mal pav^es, mais il y a dans toutes des trottoirs pour 
les pidtons. . . 



2 DE TOCQUEVILLE'S 

Une grande difficult<f que nous avons rencontr^e dbs 
notre sortie de France, et qui commence k ^tre sur- 
mont^e, c'est la langue. Nous nous figurions savoir 
Tanglais k Paris, semblables aux enfants qui se croient 
5 savants h, la sortie du college ;^ nous n'avons pas tardd k 
nous d^tromper: nous poss^dions seulement ce qu'il faut 
pour Papprendre vite. Sur le vaisseau nous avions ddjk 
fait des efforts incroyables; il nous est arriv^ de tra- 
duire^ de Tanglais au milieu d'une temp^te qui nous 

10 permettait k peine d'^crire. Malheureusement nous 
avions sur le bitiment trop de personnes parlant fran- 
9ais. Mais arrives ici, il a bien fallu renoncer tout k 
fait k notre langue: personne ne la parle. Nous ne 
nous exprimons done qu'en anglais. C'est sou vent une 

15 pitid* de nous entendre; mais enfin nous nous faisons 
comprendre et nous entendons tout. On nous assure que 
nous finirons par parler remarquablement bien. Ce sera 
alors une excellente acquisition que nous aurons faite; 
Tutilit^ que nous en ret irons d6}k me fait sentir la folie 

20 de ceux qui voyagent chez des peuples auxquels ils ne 
peuvent parler; autant vaudrait^ se promener dans sa 
chambre en fermant les volets de sa fetf^tre. 

Vous ddsirez sans doute, ma ch^re maman, savoir quel 
est notre genre de vie actuel ? * Le voici. Nous sommes 

25 dtablis dans un boarding-house de la rue la plus k la mode, 
qu'on appelle Broadway ; nous nous levons entre cinq et 
six, et nous travaillons jusqu'k huit; k huit heures, la 
cloche annonce le dejeuner. Tout le monde s'y rend 
ponctuellement. Aprfes quoi nous sortons pour visiter 

30 quelques ^tablissements ou nous aboucher avec quel- 
ques hommes int^ressants k entendre. Nous revenons 
diner k trois heures; k cinq, nous rentrons ordinaire- 



VOYAGE EN AM^RIQUE 3 

ment chez nous pour mettre nos notes en ordre jusqu'k 
sept, heure k laquelle nous allons dans le monde prendre 
le th6. Ce genre de vie est fort agrdable, et je le crois 
tr^s sain; mais il confond toutes nos habitudes. Ainsi 
nous avons 6t6 tout ^tonn^s, le premier jour, de voir 5 
les femmes venir dejeuner, k huit heures du matin, avec 
une mise tr^s soigpi^e qu'elles gardent jusqu'au soir. On 
fait trbs convenablement visite k une dame k neuf heures 
du matin. L'absence de vin dans nos repas nous a 
paru dans le commencement fort incommode, et nous ne 10 
pouvons encore concevoir la multitude de choses qu'on 
parvient k se fourrer^ ici dans I'estomac. Vous savez 
qu'ind^pendamment du dejeuner, du dtner, et du th6 
avec lequel les Amdricains mangent du jambon, ils font 
encore un souper trhs copieux et sou vent un goiiter. 15 

2. On the Way Inland^ 

Nous sommes partis d'Albany dans les diligences de 
ce pays-ci, qu'on nomme stages. Ce sont des voitures 
suspendues seulement sur du cuir,' et trainees au grand 
trot dans des routes aussi d^testables que les routes de 
la Basse-Bretagne.* Aussi est-on rompu au bout de 20 
quelques milles; mais nous ne pensions pas k nous 
plaindre, dtant livrds tout entiers k la curiositd du spec- 
tacle nouveau qui frappait nos yeux. C'dtait la pre- 
miere fois que nous nous enfoncions dans les terres;* 
jusqu'ici nous n'avions vu que les rivages de la mer, ou 25 
les bords de P Hudson. Tout ici ^tait different. Je 
crois que dans une de mes lettres, je me suis plaint de 
ce qu'on ne trouvait presque plus de bois en Amdrique; 
je dois faire ici amende honorable. Non seulement on 



4 DE TOCQUEVILLE'S 

trouve du bois et des bois^ en Am^rique ; mais m6me le 
pays tout entier n'est encore qu'une vaste for^t, au 
milieu de laquelle on a pratiqu^ des eclaircies. Quand 
on monte sur un clocher, on n'aper9oit encore k perte 
5 de vue que le sommet des arbres que le vent agite 
comme les flots de la mer ; tout atteste un pays nouveau. 
Ce qu*on appelle dif richer^ dans ce pays-ci, c'est couper 
un arbre k trois pieds de terre. Cette operation faite, 
on laboure \ cb\.€ et I'on sbme. II arrive de Ik, qu'au 

I o milieu des plus belles r^coltes, on aper9oit par centaines 
les troncs morts des anciens arbres qui garnissaient le 
sol. Ce n*est pas tout: vous sentez bien qu'un terrain 
d^frich^ de cette mani^re contient encore le germe de 
mille plantes sauvages; il en rdsulte, que dans le mSme 

IS enclos, on voit de jeunes pousses, de longues herbes, des 
plantes grimpantes, et du bM. Tout cela vient p^le-m^le;* 
c'est une esp^ce de fouillis oh tout v^g^te avec vigueur ; 
une sorte de lutte entre Phomme et la foret, dans laquelle 
le premier ne remporte pas tou jours la victoire. Mais 

20 si le pays est neuf, on s'apergoit k chaque pas que c'est 
un vieux peuple qui est venu I'habiter. Quand, par une 
route affreuse et k travers une esp^ce de desert, vous 
^tes parvenu k une habitation, vous ^tes ^tonnd de ren- 
contrer une civilisation plus avanc^e que dans aucun 

25 de nos villages. La mise du propri^taire est soignee ; 
son logis est parfaitement propre; ordinairement il a k 
cot^ de lui son journal, et son premier soin est de vous 
parler politique. Je ne saurais dire dans quel recoin 
obscur et inconnu de I'univers on nous a demand^ com- 

30 ment nous avions laiss^ la France; quelle y ^tait la force 
mutuelle des partis,* etc., etc. Que sais-je ? mille ques- 
tions auxquelles j'avais peine k r^pondre sans rire, quand 



VOYAGE EN AM^RIQUE 5 

je pensais k ceux qui nous les faisaient et au lieu oh 
nous les entendions. Tout le terrain que nous venons 
de parcourir ^tait jadis occup^ par la fameuse confedera- 
tion des Iroquois,* qui a fait tant de bruit dans le monde. 
Nous avons rencontrd les derniers d'entre eux sur notre 5 
chemin ; ils demandent Paumone et sonjt aussi inoffensif s 
que leurs p^res ^taient redoutables. 

3. A Romance of Lake Oneida' 

Vous saurez done* (car il faut prendre les choses par 
leur commencement) qu'il y a quarante ans environ, un 
Fran^ais dont on n'a pu me dire le nom, mais qui ap- 10 
partenait k une famille noble et riche, aborda en Am^- 
rique, apr^s avoir 6t6 ioTc6 de quitter son pays en revo- 
lution. Notre emigre etait jeune, bien portant; il ne 
souffrait jamais de Testomac (notez ce point-ci); il avait 
de plus une femme qu'il aimait de tout son cceur. Du 15 
reste, il manquait du premier sou pour vivre.* Un ami 
auquel il s'adressa lui offrit de lui prdter quelque argent, 
au moyen duquel il pourrait se procurer les choses les 
plus necessaires k la vie et s'etablir dans quelque coin 
oh la terre ne serait pas chfere. Dans ce temps-Ik Touest 20 
de I'fitat de New-York etait encore inculte; les bois qui 
le couvraient n'etaient encore habites que par les tribus 
indiennes de la confederation des Iroquois. L*emigre 
pensa qu'il trouverait Ik son affaire.* II fit part de son 
projet k sa jeune femme qui eut le courage de vouloir le 25 
suivre dans le desert. 

Voilk nos jeunes gens partis et cheminant de si bon 
cceur qu'enfin ils arrivbrent sur les bords du lac Oneida.® 
Pour un peu de poudre et de plomb, iis achetbrent des 



6 DE tocqueville's 

Indiens Pile qui se trouve au milieu de ses eaux. Jamais 
Europ^en ni peut-^tre humain n'avait imaging d'en faire 
sa demeure. II fallut couper des arbres centenaires, d^- 
f richer k la b^che^ un terrain embarrass^ de ronces et 
5 de racines, b^tir enfin une cabane et lutter contre tous 
les besoins de la vie. Les premiers temps furent diffi- 
ciles k passer, surtout pour des gens habitues, comme 
le Frangais et sa femme, k toutes les recherches des so- 
ci6t6s policies.'* La seconde ann^e, la tiche leur devint 

10 plus facile ; peu k peu ils s'habitu^rent si parfaitement k 
leur sort que, s'il en faut croire Thistoire, ils ne s'^taient 
jamais trouvds plus contents I'un de I'autre, ni plus 
compl^tement heureux. 

Nous montimes k cheval pour aller k la recherche de 

15 nos Fran^ais; nous traversdmes pendant plusieurs heures 
une de ces profondes for^ts de TAmdrique que j'espfere 
vous ddcrire quelque jour, et nous nous trouvimes enfin, 
sans nous en douter, k la porte d'une cabane de p^cheur 
qui est situde sur le bord m^me du lac. 

20 Imaginez-vous une surface de plusieurs lieues d'^ten- 
due, une eau transparente et immobile, environnde de 
toutes parts de bois ^pais dont elle vient baigner les ra- 
cines; pas une voile sur le lac; pas une maison sur ses 
rives; point de fum^e au-dessus de ces for^ts; un calme 

25 parfait, une tranquillity aussi complete qu'elle devait 
r^tre' au commencement du monde. A un mille du 
bord, nous ddcouvrtmes notre ile; elle ne formait qu'un 
bosquet confus oil il dtait impossible d'apercevoir la 
moindre trace d'un d^frichement. Je commen9ais k 

30 craindre que le voyageur qui nous avait pr^c^d^s ne se 
fiit amus^ k faire un roman, lorsque nous rencontrdmes 
la femme du p^cheur k la maison duquel nous venions 



VOYAGE EN AM^RIQUE 7 

d'arriver. Nous lui demandimes comment s'appelait 
rile qui ^tait devant nous. Elle nous r^pondit qu'on la 
nommait dans les environs Pile du Fran9ais. Nous 
vouldmes savoir pourquoi, et elle nous raconta qu'il y 
avait bien des ann^es un Frangais et sa femme etaient 5 
venus sMtablir dans cette ile. cMauvaise speculation, 
ajouta-t-elle, car ils se trouvaient alors trop loin d'un 
march^ pour y porter leurs denr^es. Quoi qu*il en soit^ 
ils s'y fix^rent, et ils y dtaient encore lorsque nous vinmes 
nous-m^mesy il y a maintenant vingt-deux ans, habiter 10 
ce lieu. Cette ann^e-lk la femme du Fran^ais vint* k 
mourir. Depuis lors son mari a disparu, et personne ne 
sait comment il a pass^ le lac ni oh il a 6t6.* Environ 
dans ce temps, j'eus envie d'aller voir Tile du Fran9ais. 
Je me rappelle encore leur petite cabane; elle ^tait bitie 15 
k Tune des extr^mitds de Pile, sous les branches d'un 
grand pommier. Les Frangais Pavaient entouree d'un 
cep de vigne et avaient sem^ tout autour, je ne sais trop 
pour quel usage,* une multitude de fleurs. C'^tait une 
piti^ de voir comme les champs Etaient d6}k en d^sordre 20 
et combien de mauvaises herbes commen9aient k y 
croitre. Je n'y suis jamais retourn^e depuis. » 

Vous me croirez facilement, chbre sceur, lorsque je 
vous dirai que, malgrd le rdcit de la bonne femme, nous 
vouldmes aller visiter Pile; mais il fut plus difficile 25 
de lui faire comprendre*^ que tel ^tait notre d^sir. Elle 
ouvrit autant que possible ses petits yeux, et nous assura 
de nouveau que si nous voulions nous ^tablir dans cette 
ile, nous ferions une mauvaise affaire, attendu qu'elle 
dtait encore trhs loin du marchd Lorsqu'elle nous vit 30 
ddcidds, elle nous indiqua cependant la barque de son 
mari (alors absent), et nous permit de nous en servir. 



8 DE tocqueville's 

Nous nous mimes done k ramer comme des diables; et 
nous ne nous edmes pas plutot fait^ une demi-douzaine 
d'ampoules h, chaque main, que la petite pirogue qui 
nous portait toucha Tile. Mais y entrer n'^tait pas 
5 chose facile ; car notre Frangais, pour en g^ner Tabord 
et se cacher plus complbtement au monde, avait eu soin 
de ne rien ddfricher sur le rivage. II fallut done pereer 
une enceinte h, travers laquelle un sanglier ne se serait 
pas fait jour facilement. Cela fait, nous edmes un eu- 

10 rieux, mais un triste spectacle: tout le centre de Tile 
portait ^videmment la trace profonde du travail de 
rhomme. On apercevait au premier abord que les arbres 
y avaient 6t6 arrachds avee soin ; mais le temps avait 
d6]k presque effac^ ces vestiges d'une civilisation incom- 

15 plbte. La for^t environnante avait pouss^ rapidement 
ses rejetons jusqu'au milieu des champs du Frangais; 
des plantes grimpantes et parasites s'^taient d6}k em- 
pardes du sol et commen9aient k lier les uns aux autres* 
les nouveaux arbres qui s*devaient de toutes parts. 

20 C'est au milieu de cette espbce de chaos que nous cher- 
chimes inutilement pendant deux heures la maison de 
notre homme; on n*en trouvait pas plus de traces que 
de ses gazons et de ses fleurs. Nous allions nous en 
aller, lorsque Beaumont apergut le pommier dont nous 

25 avait parld notre vieille hotesse. A cot^ de lui, un 
enorme cep de vigne, que nous primes d'abord pour une 
liane, s'entortillait jusqu'au haut des arbres. Nous re- 
conniimes alors que nous nous trouvions sur Pemplace- 
ment de la maison, et, ayant dearth les plantes qui cou- 

30 vraient la terre jusqu'k cet endroit, nous en retrouv^mes 
en effet les vestiges. 



VOYAGE EN AMiRIQUE 9 

4. The Fading of Some Illusions^ 

Una des choses qui piquaient le plus notre curiositd 
en venant en Amdrique, c'^tait de parcourir les extremes 
limites de la civilisation europ^enne; et m^me, si le 
temps nous le permettait, de visiter quelques-unes de ces 
tribus indiennes qui ont mieux aim^ fuir dans les solitudes 5 
les plus sauvages que de se plier k ce que les blancs ap- 
pellent les ddices de la vie sociale. Mais il est plus 
difficile qu'on ne croit de rencontrer aujourd'hui le 
desert. A partir de New-York, et k mesure que nous 
avancions vers le nord-ouest, le but de notre voyage 10 
semblait fuir devant nous. Nous parcourions des lieux 
c^lfebres dans Thistoire des Indiens; nous rencontrions 
des valines qu'ils ont nomm^es; nous tra versions des 
fleuves qui portent encore le nom de leurs tribus, mais 
partout la hutte du sauvage avait fait place k la maison 15 
de rhomme civilis^, les bois dtaient tomb^s, la solitude 
prenait une vie. 

Cependant nous semblions marcher sur les traces des 
indigenes. II y a dix ans, nous disait-on, ils ^taient ici ; 
Ik, cinq ans; Ik, deux ans. Au lieu 011 vous voyez la 20 
plus belle ^glise du village, nous racontait celui-ci, j'ai 
abattu le premier arbre de la for^t. Ici, nous racontait 
un autre, se tenait le grand conseil de la confederation 
des Iroquois. — Et que sont devenus les Indiens? disais- 
je. — Les Indiens, reprenait notre bote, ils ont 6t6^ je ne 25 
sais pas trop 011, par delk les grands lacs; c'est une race 
qui s'^teint ; ils ne sont pas f aits pour la civilisation, elle 
les tue. 

L'homme s'accoutume k tout, k la mort sur les champs 
de bataille, k la mort dans les hopitaux, k tuer et k souf- 30 



lO DE TOCQUEVILLE'S 

frir. II se fait k tous les spectacles. Un peuple an- 
tique, le premier et le legitime maitre du continent am^- 
ricain, fond chaque jour comme la neige aux rayons du 
soleil, et disparait k vue d'oeil de la surface de la terre. 
5 Dans les m^mes lieux et k sa place, une autre race grandit 
avec une rapidity plus surprenante encore; par elle les 
for^ts tombent, les marais se dess^chent; des lacs sem- 
blables k des mers, des fleuves immenses, s'opposent en 
vain k sa marche triomphante. Les deserts deviennent 

10 des villages, les villages deviennent des villes. Temoin 
journalier de ces merveilles, TAm^ricain ne voit dans 
tout cela rien qui T^tonne. Cette incroyable destruc- 
tion, cet accroissement plus surprenant encore, lui pa- 
raissent la marche habituelle des ^vbnements de ce 

15 monde. II s'y accoutume comme k Pordre immuable 
de la nature. 

C'est ainsi que, toujours en qu^te des sauvages et du 
desert, nous parcour^mes les trois cent soixante milles 
qui sdparent New-York de Buffalo. 

20 Le premier objet qui frappa notre vue fut un grand 
nombre d'Indiens qui sMtaient rdunis ce jour-lk k Buffalo* 
pour recevoir le paiement des terres qu'ils ont livrdes aux 
£tats-Unis. 

Je ne crois pas avoir jamais 6prouy6 un d^sappoin- 

25 tement plus complet qu*k la vue de ces Indiens. J'dtais 
plein des souvenirs de M. de Chateaubriand^ et de Cooper,* 
et je m'attendais k voir dans les indigenes de TAmdrique 
des sauvages sur la figure desquels la nature aurait laissd 
la trace de quelques-unes de ces vertus hautaines qu'en- 

30 fante Tesprit de liberty Je croyais rencontrer en eux 
des hommes dont le corps avait 6t6 d^velopp^ par la 
chasse et la guerre, et qui ne perdaient rien k ^tre vus 



VOYAGE EN AM^RIQUE II 

dans leur nuditd On pent juger de mon ^tonnement en 
rapprochant ce portrait de celui qui va suivre. 

Les Indiens que je vis ce jour-lk avaient une petite 
stature; leurs membres, autant qu'on en pouvait juger 
sous leurs vdtements, dtaient gr61es; leur peau, au lieu 5 
de presenter une teinte de rouge cuivr^, comme on le 
croit commundmenty ^tait bronze fonc^, de telle sorte 
qu'au premier abord elle semblait se rapprocher beau- 
coup de celle des mulitres. Leurs cheveux noirs et 
luisants tombaient avec une singuli^re raideur sur leurs 10 
cous et sur leurs dpaules. Leurs bouches ^taient en g^- 
n^ral ddmesur^ment grandes, Tezpression de leur figure 
ignoble et mdchante. Leur physionomie annon^ait cette 
profonde depravation qu'un long abus des bienfaits 
de la civilisation pent seul donner. On e^t dit des 15 
hommes^ appartenant it la derni^re populace de nos 
grandes villes d' Europe, et cependant c'dtaient encore 
des sauvages. Aux vices qu'ils tenaient de nous se 
mSlait quelque chose de barbare et d'incivilisd qui les 
rendait cent fois plus repoussants encore. Ces Indiens 20 
ne portaient pas d'armes, ils dtaient converts de v^te- 
ments europ^ens; mais ils ne s'en servaient pas de la 
mSme manibre que nous. On voyait qu'ils n'^taient 
point familiarises k leur usage, et qu'ils se trouvaient 
comme emprisonn^s dans leurs replis. Aux ornements 25 
de TEurope ils joignaient les produits d'un luxe barbare, 
des plumes, d'^normes boucles d'oreilles et des colliers 
de coquillages. Les mouvements de ces hommes dtaient 
rapides et d^sordonn^s, leur voix aigue et discordante, 
leur regard inquiet et sauvage. Au premier abord, on 30 
eClt 6t6 tentd de ne voir dans chacun d'eux qu'une b^te 
des for^ts h, laquelle I'^ducation avait bien pu donner 



12 DE TOCQUEVILLE'S 

Papparence d'un homme, mais qui n'en dtait pas moins 
rest^ un animal. Ces ^tres faibles et ddprav^s apparte- 
naient cependant h. I'une des tribus les plus renommdes 
de Pancien monde amdricain. Nous avions devant nous, 
5 et c'est piti^ de le dire, les derniers restes de cette c^lb- 
bre conf^de'ration des Iroquois dont la mile sagesse 
n'dtait pas moins connue que le courage, et qui tinrent 
longtemps la balance entre les deux plus grandes nations 
de PEurope.' 

lo On aurait tort toutefois de vouloir juger la race in- 
dienne sur cet dchantillon informe, ce rejeton ^gar^ d'un 
arbre sauvage qui a cr^ dans la boue de nos villes. Ce 
serait renouveler Perreur que nous venions de commettre 
nous-m^mes, et que nous eiimes Poccasion de reconnattre 

15 plus tard. 

Le soir nous sortimes de la ville, et, k peu de distance 
des derniferes maisons, nous aper9fimes un Indien couch d 
sur le bord de la route. C'^tait un jeune homme. II 
^tait sans mouvement, et nous le criimes mort. Quel- 

20 ques g^missements ^touff^s qui s'^chappaient p^nible- 
ment de sa poitrine nous firent connaitre qu'il vivait 
encore et luttait contre une de ces dangereuses ivresses 
caus^es par Peau-de-vie. Le soleil dtait ddjk couch^; 
la terre devenait de plus en plus humide. Tout annon9ait 

25 que ce malheureux rendrait Ih, son dernier soupir, k moins 
qu'il ne fiit secouru. CMtait Pheure oii les Indiens quit- 
taient Buffalo pour regagner leur village; de temps en 
temps un groupe d'entre eux venait k passer prbs de 
nous. lis s'approchaient, retournaient brutalement le 

30 corps de leur compatriote pour le reconnaitre et puis 
reprenaient leur marche sans tenir aucun compte de nos 
observations. La plupart de ces hommes eux-m6mes 



VOYAGE EN AM^RIQUE 1 3 

dtaient ivres. II vint enfin une jeune Indienne qui 
d'abord sembla s'approcher avec un certain intdr^t. Je 
cms que cMtait la femme ou la soeur du mourant. Elle 
le consid^ra attentivement, I'appela k haute voix par son 
nom, tata son coeur et, s'dtant assurde qu'il vivait, chercha 5 
k le tirer de sa Idthargie. Mais comme ses efforts dtaient 
inutiles, nous la vimes entrer en fureur contre ce corps 
inanim^ qui gisait devant elle. Elle lui frappait la tete, 
lui tortillait le visage avec ses mains, le foulait aux pieds. 
En se livrant k ces actes de f^rocit^, elle poussait des 10 
cris inarticul^s et sauvages qui, k cette heure, semblent 
encore vibrer dans mes oreilles. Nous criimes enfin 
devoir intervenir et nous lui ordonnimes p^remptoire- 
ment de se retirer. Elle ob^it, mais nous Pentendimes, 
en s'dloignant, pousser un dclat de rire barbare. 15 

Revenus k la ville, nous entretenons plusieurs per- 
sonnes du jeune Indien. Nous parlous du danger im- 
minent auquel il est exposd; nous ofTrons m^me de payer 
sa d^pense dans une auberge. Tout cela est inutile. 
Nous ne pouvons determiner personne k s'en occuper. 20 
Les uns nous disaient: Ces hommes sont habituds k 
boire avec exchs et k coucher sur la terre ; ils ne meurent 
point pour de pareils accidents. D'autres avouaient que 
probablement Tlndien mourrait; mais on lisait sur leurs 
Ibvres cette pens^e k moitie exprimde: Qu'est-ce que la 25 
vie d'un Indien ? C'dtait Ik le fond du sentiment g^ne- 
ral.^ Au milieu de cette soci^t^ si jalouse de moralitd 
et de philanthropie, on rencontre une insensibility com- 
plete, une sorte dMgoisme froid et implacable lorsqu'il 
s'agit des indigenes de TAmdrique. Les habitants des 30 
£tats-Unis ne chassent pas les Indiens k cor et k cris 
ainsi que faisaient les Espagnols du Mexique. Mais 



14 DE tocqueville's 

• 

c'est le m^me instinct impitoyable qui anime ici comme 
partout ailleurs la race europdenne. 

Combien de fois, dans le cours de nos voyages, n'avons- 
nous pas rencontrd d'honn^tes citadins qui nous disaient 
5 le soir, tranquillement assis au coin de leur foyer: Chaque 
jour le nombre des Indiens va ddcroissanti Ce n'est pas 
cependant que nous leur fassions souvent la guerre, mais 
Teau-de-vie que nous leur vendons k bas prix en enlbve 
tous les ans plus que ne pourraient faire nos armes. Ce 

10 monde-ci nous appartient, ajoutaient-ils; Dieu, en re- 
fusant k ses premiers habitants la faculty de se civiliser, 
les a destines par avance k une destruction inevitable. 
Les vdritables propri^taires de ce continent sont ceux 
qui savent tirer parti de ses richesses. 

15 Satisfait de son raisonnement, TAm^ricain s'en va 
au temple^ oh il entend un ministre de l'£vangile lui 
r^peter que les hommes sont frbres, et que l'£tre ^ternel, 
qui les a tous f aits sur le m6me module, leur a donn^ k 
tous le devoir de se secourir. 

5. Across Lake Erie 

20 Le 19 juillety k dix heures du matin, nous montimes 
sur le bateau k vapeur VOhio^ nous dirigeant vers Detroit; 
une brise trbs forte soufflait du nord-ouest et donnait aux 
eaux du lac t.r\6 Tapparence des vagues de POcean.* A 
droite s'dtendait un horizon sans bornes ; k gauche nous 

25 serrions les cotes m^ridionales du lac dont souvent nous 
nous approchions jusqu'k la portde de la voix. Ces cotes 
sont parfaitement plates, et different de celles de tous les 
lacs que j 'avals eu Toccasion de visiter en Europe. EUes 
ne ressemblaient pas non plus aux bords de la mer: 



VOYAGE EN AM&RIQUE 1 5 

d'immenses forSts les ombrageaient et faisaient autour 
du lac comme une ceinture ^paisse et rarement interrom- 
pue. De temps en temps, cependant, le pays change 
tout k coup d'aspect. Au detour d'un bois on aper9oit 
la fl^che ddgante d'un clocher, des maisons dclatantes 5 
de blancheur.et de propretd, des boutiques. Deux pas 
plus loin la for^t primitive, et en apparence impenetrable, 
reprend son empire et r^fiechit de nouveau son feuillage 
dans les eaux du lac. 

Ceux qui ont parcouru les £tats-Unis trouveront dans 10 
ce tableau un embl^me frappant de la socidt^ am^ricaine. 
Tout y est heurtd, imprdvu.^ Partout Pextr^me civilisa- 
tion et la nature abandonn^e k elle-m^me se trouvent en 
presence et en quelque sorte face k face. C'est ce qu'on 
ne s'imag^ne point en France. Pour moi, dans mes illu- 15 
sions de voyageur, et quelle classe d'hommes n'a pas les 
siennes? je me figurais toute autre chose. J 'avals re- 
marqu^ qu'en Europe I'^tat plus ou moins retir^ dans 
lequel se trouvait une province ou une ville, sa richesse 
ou sa pauvret^, sa petitesse ou son ^tendue, exer^aient 20 
une influence immense sur les id^es, les mceurs, la civili- 
sation tout enti^re de ses habitants, et mettaient souvent 
la difference de plusieurs si^cles entre les diverses parties 
du mdme territoire. 

Je m'imaginai qu'il en ^tait ainsi, et k plus forte 25 
raison, dans le nouveau monde, et qu'un pays peupl^ 
d'une manibre incomplete et successive comme PAm^- 
rique devait presenter toutes les conditions d'existence 
et offrir Timage de la soci^t^ h. tous les ^ges. L'Am^- 
rique dtait done, suivant moi, le seul pays oh Ton p^t 30 
suivre pas k pas toutes les transformations que P^tat 
social fait subir k Phomme,^ et oil il f(it possible d'aper- 



1 6 DE tocqueville's 

cevoir comme une vaste chaine qui descendit d'anneau 
en anneau depuis Topulent patricien des villes jusqu'au 
sauvage du desert. C'est Ik, en un mot, qu*entre quel- 
ques degrds de longitude je comptais trouver encadr^e 
5 Thistoire de I'humanit^ tout enti^re. 

Rien n'est vrai dans ce tableau. De tous les pays du 
monde TAm^rique est le moins propre k fournir le spec- 
tacle que j'y venais chercher. En Amdrique, plus encore 
qu'en Europe, il n'y a qu'une seule socidt^. EUe peut 

10 ^tre riche ou pauvre, humble ou brillante, commergante 
ou agricole; mais elle se compose partout des m^mes 
^l^ments. Le niveau d*une civilisation dgale a pass^ sur 
elle. L'homme que vous avez laissd dans les rues de 
New-York, vous le retrouvez au milieu des solitudes de 

15 Pouest: m^me habillement, m^me esprit, m^me langue, 
m^mes habitudes, m^mes plaisirs. Rien de rustique, rien 
de naif, rien qui sente le desert, rien meme qui ressemble 
k nos villages. La raison de ce singulier etat de choses 
est facile k comprendre. Les portions de territoires les 

20 plus anciennement et les plus compl^tement peupldes 
sont parvenues k un haut degr^ de civilisation. L'ins- 
truction y a 6t6 prodigu^e k profusion ; Tesprit d'^galitd 
y a rdpandu une teinte singuli^rement uniforme sur les 
habitudes int^rieures de la vie. Or, remarquez-le bien, 

25 ce sont precis^ment ces m^mes hommes qui vont peupler 
chaque ann^e le desert. En Europe, chacun vit et meurt 
sur le sol qui Ta vu naitre. En Am^rique, on ne ren- 
contre nuUe part les representants d'une race qui se 
serait multiplide dans la solitude aprbs y avoir v^cu 

30 longtemps ignor^e du monde et livr^e k ses propres 
efforts. Ceux qui habitent les lieux Isolds y sont arrives 
d'hier; ils y sont venus avec les mceurs, les iddes, les 



VOYAGE EN AM^RIQUE 1 7 

besoins de la civilisation. lis ne donnent k la vie sau- 
vage que ce que Timp^rieuse n^cessit^ des choses exige 
d'eux; de Ik les plus bizarres contrastes. On passe sans 
transition d'un ddsert dans la rue d'une cit^, des scenes 
les plus sauvages aux tableaux les plus riants de la vie 5 
civilisde. Si la nuit vous surprenant ne vous force pas 
de prendre gite au pied d'un arbre, vous avez grande 
chance^ d'arriver dans un village oh vous trouverez tout, 
jusqu'aux modes frangaises et aux caricatures des boule- 
vards. Le marchand de Buffalo et de Detroit en est 10 
aussi bien approvisionn^ que celui de New-York. Les 
fabriques de Lyon* travaillent pour Tun comme pour 
Pautre. Vous quittez les grandes routes, vous vous en- 
foncez dans des sentiers k peine fray^s; vous apercevez 
enfin un champ d^frich^, une cabane composde de troncs 15 
k moiti^ ^quarris, oh le jour n'entre que par une fen^tre 
^troite; vous vous croyez enfin parvenu k la demeure du 
paysan amdricain: erreur. Vous pdn^trez dans cette 
cabane qui semble I'asile de toutes les mis^res, mais le 
possesseur de ce lieu est convert des m^mes habits que 20 
vous ; il parle le langage des villes. Sur sa table grossi^re 
sont des livres et des journaux; lui-m^me se hite de vous 
prendre h. part pour savoir au juste ce qui se passe dans 
la vieille Europe, et vous demande compte de ce qui vous 
a le plus frapp^ dans son pays. II vous tracera sur le 25 
papier un plan de campagne pour les Beiges,* et vous 
apprendra gravement ce qui reste k faire pour la pros- 
p^ritd de la France. On croirait voir un riche propri^- 
taire qui est venu habiter momentandment, et pour quel- 
ques nuits, un rendez-vous* de chasse. Et dans le fait la 30 
cabane de bois n'est pour TAm^ricain qu'un asile mo- 
mentane, une concession temporaire faite k la ndcessitd 



l8 DE tocqueville's 

des circonstances. Lorsque les champs qui I'environnent 
seront entibrement en produit, et que^ le nouveau pro- 
pri^taire aura le loisir de s'occuper des choses agr^ables 
k la vie, une maison plus spacieuse et mieux appropri^e 
5 k ses besoins remplacera le log-house et servira d'asile k 
de nombreux enfants, qui un jour aussi pourront se crder 
une demeure dans le desert. 

Mais pour en revenir k notre voyage, nous naviguHmes 
done p^niblement toute la journ^e en vue des cotes de 

lo Pensylvanie et plus tard de celles de I'Ohio. Nous nous 
arrStHmes un instant k PresquWle^ aujourd'hui firid* 

Le soir, le temps ^tant devenu favorable, nous nous 
dirigeons rapidement vers Detroit en traversant le milieu 
du lac. Le matin suivant, nous ^tions en vue de la petite 

15 ile appel^e Middle Sister^ prbs de laquelle le commodore 
Perry a remport^, en 18 14, une cdl^bre victoire* navale 
sur les Anglais. 

Peu aprbs, les cotes unies du Canada semblaient se 
rapprocher rapidement, et nous vimes s'ouvrir devant 

20 nous la rivibre de Detroit et paraitre dans le lointain les 
murailles du fort Maiden.^ Ce lieu, f ond^ par les Fran9ais, 
porte encore des traces nombreuses de son origine. Les 
maisons y ont la forme et la position de celles de nos pay- 
sans ; au centre du hameau s'^lbve le clocher catholique 

25 surmontd du coq. On dirait un village des environs de 
Caen ou d'fivreux.* Tandis que nous considdrions, non 
sans Amotion, cette image de la France, notre attention 
fut d^tourn^e par la vue d*un singulier spectacle. A 
notice droite, sur le rivage, un soldat ^cossais montait la 

30 garde en grand uniforme. II portait ce costume que les 
champs de Waterloo • ont fendu si c^lfebre : le bonnet k 
^^nmes, la jaquette, rien n'y manquait ; le soleil faisait 



VOYAGE EN AM&RIQUE 19 

^tinceler son habit et ses armes. A notre gauche, et 
comme pour nous fournir un contraste, deux Indiens 
tout nus, le corps bariol^ de couleurs, le nez traverse par 
un anneau, arrivaient au m^me instant de la rive oppos^e. 
lis montaient un petit canot d'dcorce dont une couver- 5 
ture formait la voile. Abandonnant cette fr^le embarca- 
tion k Teffort du vent et du courant, ils s'^lancbrent 
comme un ^trait vers notre vaisseau, dont en un instant 
ils eurent fait le tour, puis ils allferent tranquillement 
pecher pr^s du soldat anglais qui, tou jours ^tincelant et lo 
immobile, semblait placd 1^ comme le repr^sentant de 
la civilisation brillante et armde de L' Europe. 

6. Preparations for the Wilderness 

Nous arrivimes h, Detroit ^ k trois heures. Detroit est 
une petite ville de 2 k 3000 imes, que les jdsuites ont 
fondle au milieu des bois en 17 10, et qui contient encore 15 
un trbs grand nombre de families fran^aises. 

Nous avions traverse tout I'fitat de New-York et fait 
cent lieues sur le lac £rid; nous touchions, cette fois, 
aux bornes de la civilisation ; mais nous ignorions com- 
plfetement vers quel lieu il fallait nous diriger. S*en in- 20 
former n'^tait pas chose aussi aisde qu'on pent le croire. 
Traverser des for^ts presque imp^n^trables, passer des 
rivibres profondes, braver les marais pestilentiels, dormir 
exposd h, Thumidit^ des bois : voilk des efforts que TAm^- 
ricain con^oit sans peine s'il s'agit de gagner un dollar, ^ 25 
car c'est \k le point Mais qu*on fasse de pareilles 
courses par curiosity, c'est ce qui n 'arrive pas jusqu'k 
son intelligence. Ajoutez qu'habitant d'un ddsert, il ne 
prise que Toeuvre de Thomme. II vous enverra volontiers 



20 DE TOCQUEVILLE'S 

visiter une route, un pont, un beau village ; mais qu'on 
attache du prix k de grands arbres et k une belle soli- 
tude, cela est pour lui absolument incomprehensible. 
Rien done de plus difficile que de trouver quelqu'un 
5 en dtat de vous comprendre. — Vous voulez voir des bois, 
nous disaient en souriant nos botes, allez tout droit 
devant vous, vous trouverez de quoi vous satisfaire. II 
y a prdcisdment dans les environs des routes nouvelles et 
des sentiers bien perc^s. Quant aux Indiens, vous n'en 

10 verrez que trop sur nos places publiques et dans nos rues; 
il n'est pas besoin pour cela d'aller bien loin. Ceux-lk 
au moins commencent k se civiliser et sont d'un aspect 
moins sauvage. Nous ne tarddmes pas k reconnaitre 
qu41 dtait impossible d*obtenir d'eux la v6nt6 en les atta- 

15 quant de front, et qu'il fallait man<Euvrer, ^ 

Nous nous rendimes done chez le fonctionnaire charg^ 
par les £tats-Unis de la vente des terres encore d^sertes 
dont se compose en partie le district de Michigan. ^ Nous 
nous prdsentdmes k lui comme des gens qui, sans avoir 

20 une volontd bien arr^tde de fonder un dtablissement dans 
le pays, pourraient cependant avoir un intdr^t dloign^ k 
connaitre le prix des terres et leur situation. M. le major 
Biddle,* c'^tait le nom du fonctionnaire, comprit cette 
fois k merveille ce que nous voulions faire, et entra im- 

2$ m^diatement dans une foule de details que nous ^cou- 
tdmes avec avidit^. — Cette partie-ci, nous dit-il, en nous 
montrant sur la carte la riviere Saint-Joseph, qui, aprbs 
de longues sinuositds, va se d^charger dans le lac 
Michigan, me parait la plus propre k rdpondre k votre 

30 dessein: la terre y est bonne, on y a ddjk ^tabli de beaux 
villages, et la route qui y conduit est si bien entretenue 
que tous les jours des voitures publiques la parcourent. — 



VOYAGE EN AM&RIQUE 21 

Bon ! disons-nous en nous-m^mes, nous savons ddjk par 
oil il ne faut pas aller, k moins que nous ne voulions 
visiter le ddsert en poste. — Nous remercions M. Biddle de 
ses avis, et nous lui demandons, avec un air d'indiff^- 
rence et une sorte de mdpris, quelle ^tait la portion du 5 
district oli, jusqu'k present, le courant des Emigrations 
s'Etait fait le moins sentir. — Par ici, nous dit-il, sans 
attacher k ses paroles plus de prix que nous ne parais- 
sions en mettre k notre question, vers le nord-ouest. 
Jusqu'k Pontiac, ^ et dans les environs de ce village, il a 10 
6t6 fondE depuis peu d'assez beaux Etablissements. * 
Mais il ne faut pas penser k se fixer plus loin: le pays 
est convert d*une for^t presque impenetrable qui s'Etend 
sans bornes vers le nord-ouest, oU Ton ne rencontre que . 
des b^tes fauves et des Indiens. Les £tats-Unis pro- 15 
jettent d'y ouvrir incessamment une route, mais elle n'est 
encore que commencEe et s'arr^te k Pontiac; je vous le 
r^pete, c'est un parti auquel il ne faut pas songer. Nous 
remerciimes de nouveau M. Biddle de ses bons conseils, 
et nous sentimes determines k en prendre tout juste le 20 
contre-pied. Nous ne nous possedions pas de joie de 
connaitre enfin un lieu que n'avait pas encore atteint le 
torrent de la civilisation europeenne. 

7. Life of the Pioneer 

Le lendemain, 23 juillet, nous nous hitons de louer 
deux chevaux; comme nous comptons les garder une 25 
dizaine de jours, nous voulons deposer dans les mains 
du proprietaire un certain prix; mais il refuse de le 
recevoir, disant que nous paierons a notre retour. II 
etait sans inquietude. Le Michigan est entoure de tons 



22 DE TOCQUEVILLE'S 

les cot^s par des lacs et des deserts. II nous Idchait dans 
une esp^ce de manage dont il tenait la porte. Apr^s done 
avoir achetd une boussole ainsi que des munitions, nous 
nous mettons en chemin le fusil sur I'dpaule avec autant 

5 d'insouciance de I'avenir et le coeur aussi \6ger que deux 
^coliers qui quittent le college pour aller passer leurs 
vacances sous le toit paternel. 

Si en effet nous n'avions voulu voir que des bois, nos 
botes de Detroit auraient eu raison de nous dire qu'il 

10 n'^tait pas ndcessaire d'aller bien loin ; car k un mille de 
la ville la route entre dans la for^t pour n'en plus sortir; 
le terrain sur lequel elle se trouve est parfaitement plat 
et souvent mar^cageux. De temps en temps on ren- 
contre sur son chemin de nouveaux ddfrichements. 

15 Comme ces ^tablissements ont entre eux une parfaite 
ressemblance, soit qu'ils se trouvent au fond du Michigan 
ou k la porte de New- York, je vais ticher de les ddcrire 
ici une fois pour toutes. 

La clochette que le pionnier^ a soin de suspendre au 

20 cou de ses bestiaux pour les retrouver dans I'^paisseur du 
bois annonce de trfes loin I'approche du d^frichement. 
Bientot on entend le retentissement de la hache qui abat 
les arbres de la fordt et, k mesure qu'on approche, des 
traces de destruction annoncent plus clairement encore 

25 la pr&ence de Thomme. Des branches couples couvrent 
le chemin, des troncs h. moiti^ calcines par le feu ou 
mutil^s par le fer tiennent cependant debout sur votre 
passage. On continue sa marche, et Ton parvient dans 
un bois dont tous les arbres semblent avoir ^t^ frapp^s 

30 de mort subite; au milieu de P^te leurs branches des- 
s^ch^es ne prdsentent plus que I'image de Thiver. En 
les examinant de plus prbs, on s'aper9oit qu'on a trac^ 



VOYAGE EN AM^RIQUE 23 

dans leur ^corce un cercle profond qui, arr^tant la circu- 
lation de la sbve, n'a pas tard^ k les faire p^rir. C'est 
en effet par Ik que d^ute ordinairement le planteur. 
Ne pouvant pas la premiere ann^e couper tous les arbres 
qui garnissent sa nouvelle propri^td, il shme du mais 5 
sous leurs branches et, en les frappant de mort, il les 
emp^che de faire ombre k sa r^colte. 

Aprbs ce champ, ^bauche incomplete, premier pas de 
la civilisation dans le desert, on aper9oit tout k coup la 
cabane du propri^taire; elle est en g6n6ral plac^e au 10 
centre d'un terrain plus soigneusement cultive que le 
reste, mais oh cependant Phomme soutient encore une 
lutte in^gale contre la nature. Lk, les arbres ont 6t6 
coupes, mais non arrach^s ; leurs troncs garnissent encore 
et embarrassent le terrain qu'ils ombrageaient autrefois; 15 
autour de ces debris dess^ch^s, du bid, des rejetons de 
ch^ne, des plantes de toute espbce, des herbes de toute 
nature croissent pdle-m^le et grandissent ensemble sur un 
sol indocile et encore k demi sauvage. C'est au centre 
de cette vdgdtation vigoureuse et varide que s'dlbve la 20 
maison du planteur, ou, comme on Tappelle dans le pays, 
la log-house, 

Ainsi que le champ qui Tenvironne, cette demeure 
rustique annonce une ceuvre nouvelle et prdcipitde. Sa 
longueur excbde rarement 30 pieds. Elle est large de 25 
20, haute de 15. Ses murs, ainsi que le toit, sont formds 
de troncs d'arbres non dquarris, entre lesquels on a placd 
de la mousse et de la terre pour emp^cher le froid et la 
pluie de pdndtrer dans Pintdrieur de la maison. A mesure 
que le voyageur s'approche, la scbne devient plus animde ; 30 
avertis par le bruit de ses pas, des enfants qui se roulaient 
dans les ddbris environ nants se Invent prdcipitamment. 



24 DE TOCQUEVILLE'S 

et fuient vers I'asile paternel comme effray^s k la vue 
d'un homme, tandis que deux gros chiens h. demi sau- 
vages, les oreilles droites et le museau allonge, sortent de 
la cabane et viennent en grondant couvrir la retraite de 
5 leurs jeunes maitres. 

C'est alors que le pionnier parait lui-meme k la porte 
de sa demeure. II jette un regard scrutateur sur le 
nouvel arrivant, fait signe h. ses chiens de rentrer au 
logis, et lui-m^me se hite de leur en donner Texemple 

lo sans t^moigner ni curiositd ni inquietude. 

Parvenu sur le seuil de la log-house^ I'Europden ne peut 
s'emp^cher de promener un ceil dtonn^ sur le spectacle 
qu'elle prdsente. 

II n'y a en g^ndral k cette cabane qu'une seule fen^tre, 

15 k laquelle pend quelquefois un rideau de mousseline; car 
dans ces lieux, 011 il n*est pas rare de manquer du n^ces- 
saire, le superflu se trouve souvent. Sur le foyer de terra 
battue p^tille un feu r^sineux qui, mieux que le jour, 
^claire le dedans de r^difice. Au-dessus de ce foyer 

20 rustique, on apergoit des trophies de guerre ou de chasse : 
une longue carabine rayde, une peau de daim, des plumes 
d'aigle. A droite de la chemind.e est ^tendue une carte 
des fitats-Unis que le vent, en s'introduisant entre les 
interstices du mur, soulbve et agite incessamment. Prbs 

25 d'elle, sur un rayon solitaire de planches mal ^quarries, 
sont places quelques volumes d^pareillds: 12l se rencontre 
une Bible dont la pi^te de deux generations a ddjk usd 
la couverture et les bords, un livre de pribres, et parfois 
un chant de Milton ou une tragddie de Shakspeare. Le 

30 long du mur sont ranges quelques sibges grossiers, fruit de 
rindustrie du proprietaire: des malles au lieu d'armoires, 
des instruments d'agriculture et quelques echantillons de 



VOYAGE EN AMfeRIQUE 25 

la r^colte. Au centre de Tappartement s'^bve une table 
boiteuse dont les pieds, encore garnis de feuillage, sem- 
blent avoir pouss^ d'eux-m^mes sur le sol qu'elle occupe. 
C'est \h. que la famille entibre se r^unit chaque jour pour 
prendre ses repas. On y voit encore une thdifere de 5 
porcelaine anglaise, des cueillers le plus souvent de bois, 
quelques tasses ^brdchds et des journaux. 

L'aspect du maitre de cette deraeure n'est pas moins 
remarquable que le lieu qui lui sert d'asile; des muscles 
anguleux, des membres effilds, font reconnaltre au premier 10 
coup d'ceil Thabitant de la nouvelle Angleterre. Get 
homme n'est pas n6 dans la solitude oU il habite: sa 
constitution^ seule I'annonce. Ses premieres ann^es se 
sont passdes au sein d'une soci^t^ intellectuelle et raison- 
nante. C'est sa volontd qui Ta jet^ au milieu des travaux 15 
du desert pour lesquels il he semble point fait. Mais si 
ses forces physiques paraissent au-dessous de son entre- 
prise, sur ses traits, sillonn^s par les soins de la vie, r^gne 
un air d'intelligence pratique, de f roide et de persdv^rante 
Anergic qui frappe au premier abord. Sa d-marche est 20 
lente et compass^e, sa parole mesur^e et son apparence 
austere. L'habitude, et plus encore Torgueil, ont donn^ 
k son visage cette rigidity stoique que ses actions d^men- 
tent. Le pionnier m^prise, il est vrai, ce qui agite avec 
le plus de violence le cceur des hommes: ses biens et sa 25 
vie ne suivront jamais les chances d'un coup de d6 ou les 
destinies d'une femme; mais pour acqu^rir I'aisance il 
a brav^ Pexil, la solitude et les misferes sans nombre de 
la vie sauvage, il a couch^ sur la terre nue, il s'est exposd 
h la fi^vre^ des bois et au tomahawk de Tlndien. II a 30 
fait cet effort un jour, il le renouvelle depuis des anndes,* 
il le fera vingt ans encore peut-6tre sans se rebuter et 



26 DE TOCQUEVILLE'S 

■ 

sans se plaindre. Un homme capable de semblables 
sacrifices est-il done un ^tre f roid et insensible ? Et ne 
doit-on pas au contraire reconnaitre en lui une de ces 
passions de cerveau si ardentes, si tenaces, si implacables ? 
5 Concentrd^ dans ce but unique de faire fortune, T^mi- 
grant a fini par se cr^er une existence tout individuelle ; 
les sentiments de famille sont venus se fondre eux-m^mes 
dans un vaste ^goisme, et il est douteux que dans sa 
femme et ses enfants il voie autre chose qu*une portion 

10 d^tach^e de lui-m^me. Priv^ de rapports habituels avec 
ses semblables, il a appris k se faire un plaisir de la soli- 
tude. Lorsqu*on se prdsente au seuil de sa demeure 
Isolde, le pionnier s'avance k votre rencontre, il vous tend 
la main selon I'usage, mais sa physionomie n'exprime ni 

15 la bienveillance ni la joie. II ne prend la. parole que pour 
vous interroger. C'est un besoin de t^te et non de coeur 
qu'il satisf ait ; et dhs qu'il a tird de vous la nouvelle qu'il 
ddsirait apprendre, il retombe dans le silence. On croi- 
rait voir un homme qui s'est retird le soir dans sa demeure, 

20 fatigud des importuns^ et du bruit du monde. Interro- 
gez-le k votre tour, il vous donnera avec intelligence les 
renseignements dont vous manquez ; il pourvoira m^me 
k vos besoins, il veillera k votre siiretd tant que vous 
serez sous son toit ; mais il rhgne dans tous ses procddds 

25 tant de contrainte et de secheresse, vous y apercevrez 
une si profonde indifference pour le rdsultat m^me de vos 
efforts, que vous sentez se glacer votre reconnaissance. 
Le pionnier cependant est hospitaller k sa manibre, mais 
son hospitality n'a rien qui vous touche parce que lui- 

30 m^me semble en Pexergant se soumettre k une ndcessitd 
pdnible du ddsert: il voit en elle* un devoir que sa posi- 
tion lui prescrit, non un plaisir. Cet homme inconnu 



VOYAGE £N AM^RIQUE 27 

est le repr^sentant d'une race k laquelle appartient Tave- 
nir du nouveau monde : race inquibte, raisonnante, aven- 
tureuse, qui fait froidement ce que Tardeur des passions 
explique seule ; nation de conqudrants qui se soumettent 
k mener la vie sauvage sans se jamais laisser entrainer 5 
par ses charmes, qui n'aiment de la civilisation et des 
lumibres que ce qu'elles ont d'utile au bien-^tre,^ et qui 
s'enferment dans les solitudes de PAmdrique avec une 
hache et des journaux; 

Peuple immense qui, comme tous les grands peuples, 10 
n'a qu'une pensde, et qui marche k Tacquisition des 
richesses, unique but de ses travaux, avec une perseve- 
rance et un m^pris de la vie qu*on pourrait appeler hd- 
roique, si ce nom convenait h autre chose qu'aux efforts 
de la vertu; 15 

Peuple nomade que les fleuves et les lacs n'arr^tent 
point, devant qui les for^ts tombent et les prairies se 
couvrent d'ombrages, et qui, apr^s avoir touch^ Toc^an 
Pacifique, reviendra sur ses pas pour troubler et d^truire 
les socidt^s qu'il aura form^es derri^re lui. 20 

En parlant du pionnier, on ne pent oublier I9. com- 
pagne de ses misbres et de ses dangers. Regardez k 
Tautre bout du foyer cette jeune femme qui, tout en 
veillant aux appr^ts du repas, berce sur ses genoux son 
plus jeune fils. Comme Pdmigrant, cette femme est 25 
dans la force de Tige; comme lui, elle pent se rappeller 
I'aisance de ses premieres ann^es. Son costume annonce 
m6me encore un goiit de parure mal dteint. Mais le 
temps a pesd lourdement sur elle: dans ses traits fl^tris 
avant Tige et ses membres amoindris, il est facile de voir 30 
que Texistence a et^ pour elle un fardeau pesant. En 
effet cette fr^le creature s'est d6}h, trpuvee en butte k 



28 DE TOCQUEVILLE'S 

d'incroyables misferes. A peine entrde dans la vie, il 
lui a fallu s'arracher^ k la tendresse de sa mfere, et k ces 
doux liens fraternels que la jeune fille n'abandonne 
jamais sans verser des larmes, alors m^me qu'elle^ les 
5 quitte pour aller partager I'opulente demeure d'un nou- 
vel ^poux. La femme du pionnier, enlev^e en un mo- 
ment et sans espoir de retour k cet innocent berceau de 
sa jeunesse, a dchang^ contre la solitude des for^ts les 
charmes de la socidt^ et les joies du foyer domestique. 

10 Se vouer k ses devoirs austbres, se soumettre k des priva- 
tions qui lui dtaient inconnues, embrasser une existence 
pour laquelle elle n'^tait point faite, tel fut Temploi des 
plus belles anndes de sa vie, telles ont ^t^ pour elle les 
douceurs de Punion conjugale. Le deniiment, les souf- 

1$ f ranees et I'ennui ont altdrd son organisation fragile, 
mais non abattu son courage. Au milieu de la profonde 
tristesse peinte sur ses traits ddlicats, on remarque sans 
peine une resignation religieuse, une paix profonde, et je 
ne sais quelle fermet^ naturelle et tranquille qui af- 

20 fronte toutes les misbres de la vie sans les craindre ni 
les braver. 

Autour de cette femme se pressent des enfants demi- 
nus, brillants de sant^, insouciants du lendemain, vdrita- 
bles fils du desert. Leur mhre jette de temps en temps 

25 sur eux un regard plein de mdancolie et de joie. A 
voir leur force et sa faiblesse, on dirait qu'elle s'est 
^puis^e en leur donnant la vie et qu'elle ne regrette pas 
ce qu'ils lui ont codt^. 

La maison habitue par les Emigrants n'a point de 

30 separations intdrieures ni de grenier. Dans Tunique 
appartement qu'elle contient, la famille entibre vient 
le soir chercher un asile: cette demeure forme* k elle 



VOYAGE EN AMIiRIQUE 29 

seule comme un petit monde. C'est Tarche de la civi- 
lisation perdue au milieu d*un oc^an de feuillages. Cent 
pas plus loin, Pdternelle for^t dtend autour d'elle son 
ombrage et la solitude recommence. 

8. A Genial Inn-Keeper 

Ce n'est que le soir et aprbs le coucher du soleil que 5 
nous arrivimes k Pontiac. Vingt maisons tr^s propres 
et fort jolies, formant autant de boutiques bien garnies, 
un ruisseau transparent, une ^claircie d*un quart de 
lieue carr^e, et alentour la for^t sans bornes: voilk le 
tableau fidHe de Pontiac qui, dans vingt ans peut-6tre, 10 
sera une ville. La vue de ce lieu me rappela ce que 
m'avait dit un mois avant, k New- York, M. Gallatin:^ 
all n'y a pas de •village en Am^rique, du moins dans Pac- 
ception qu'on donne chez vous k ce mot.» Ici, les mai- 
sons des cultivateurs sont toutes eparpill^es au milieu 15 
des champs. On ne se reunit dans un lieu que pour y 
^tablir une esp^ce de march^ k Tusage de la population 
environnante. On ne voit dans ces prdtendus villages 
que des hommes de loi,^ des imprimeurs et des marchands. 

Nous nous fimes conduire k la plus belle auberge de 20 
Pontiac (car il y en a deux), et Ton nous introduisit, 
comme de coutume, dans ce qu'on appelle le bar-room^ 
c'est une salle oil Ton donne k boire, et ou le plus simple 
comme le plus riche commer9ant du lieu viennent fumer, 
boire et parler politique ensemble, sur le pied de I'dgalit^ 25 
ext^rieure la plus parfaite. Le maitre du lieu, ou le 
landlord, dtait, je ne dirai pas un gros* paysan, il n'y a 
pas de paysans en Am^rique, mais du moins un tr^s gros 
monsieur qui portait sur sa figure cette expression de 



30 DE tocqueville's 

candeur et de simplicity qui distingue les maquignons 
normands.^ C'dtait un homme qui, de peur de vous in- 
timider, ne vous regardait jamais en face en vous parlant, 
mais attendait, pour vous consid^rer k son aise, que vous 
5 fussiez occupy k converser ailleurs; du reste, profond 
politique, et, suivant les habitudes am^ricaines, impi- 
toyable questionneur. Get estimable citoyen, ainsi que 
le reste de Tassembl^e, nous consid^ra d'abord avec 
^tonnement. Notre costume de voyage et nos fusils 

10 n'annongaient gubre des entrepreneurs d'industrie, et 
voyager pour voir dtait une chose absolument insolite. 
Afin de couper court aux explications, nous ddclardmes 
tout d'abord que nous venions acheter des terres. A* 
peine le mot fut-il prononcd,.que nous nous aperg^mes 

15 qu'en cherchant h. ^viter un mal nous nous dtions jet^s 
dans un autre bien plus redoutable. 

On cessa, il est vrai, de nous traiter comme des etres 
extraordinaires, mais chacun voulut entrer en marchd 
avec nous. Pour nous d^barrasser d'eux et de leurs 

20 fermes, nous dimes k notre hote qu'avant de rien conclure 
nous d^sirions obtenir de lui d'utiles renseignements sur 
le prix des terrains et sur la manibre de les cultiver. II 
nous introduisit aussitot dans une autre salle, ^tendit 
avec la lenteur convenable une carte du Michigan sur la 

25 table de ch^ne qui se trouvait au milieu de la chambre et, 
pla9ant la chandelle entre nous trois, attendit dans un 
impassible silence ce que nous avions k lui communiquer. 
Le lecteur, sans avoir Pintention de s'^tablir dans Tune 
des solitudes de TAmdrique, peut cependant ^tre curieux 

30 de savoir comment s'y prennent^ tant de milliers d'Euro- 
pdens et d'Amdricains qui viennent chaque ann^e y 
chercher un asile. Je vais done transcrire ici les rensei- 



VOYAGE EN AM^RIQUE 3 1 

gnements fournis par notre hote de Pontiac. Souvent 
depuis nous avons ^t^ k m^me de^ verifier leur parfaite 
exactitude. 

« II n'en est pas ici comme en France, nous dit notre 
hote aprfes avoir ^cout^ tranquillement toutes nos ques- s 
tions et mouch^ la chandelle. Chez vous la main-d'ceuvre 
est k bon march^ et la terre est chbre. Ici Tachat 
de la terre n'est rien, et le travail de rhomme hors 
de prix: ce que je dis afin de vous faire sentir que pour 
s'^tablir en Amdrique comme en Europe il faut un ca- lo 
pital, bien qu'on Temploie diff^remment. Pour ma part, 
je ne conseillerais k qui que ce soit^ de venir cher- 
cher fortune dans nos deserts k moins d'avoir k sa dis- 
position de 150 k 200 dollars (800 k 1000 francs). 
L'acre, dans le Michigan, ne se paie jamais plus de 4 k 15 
5 schellings (de 5 k 6 francs) lorsque la terre est encore 
inculte. C'est k peu prbs le prix d'une journde de tra- 
vail. Un ouvrier pent done gagner en un jour de quoi 
acheter un acre. Mais Pachat fait, la difficult^ com- 
mence. Voici comme on s'y prend g^ndralement pour la 20 
surmonter. 

«Le pionnier se rend sur le lieu qu'il vient d'acqud- 
rir avec quelques bestiaux, un cochon sal^," deux barils 
de farine et du th^. Si, prfes de Ik, se trouve une cabane, 
il s'y rend et y re^oit une hospitalite temporaire. Dans 25 
le cas contraire, il dresse une tente au milieu m^me du 
bois qui doit devenir son champ. Son premier soin est 
d'abattre les arbres les plus proches, avec lesquels il 
bitit k la hite la maison grossi^re dont vous avez pu 
ddjk examiner la structure. Chez nous, Pentretien des 30 
bestiaux ne co^te gu^re. L'dmigrant les Idche dans la 
for^t apr^s leur avoir attach^ au cou une clochette de fer. 



32 DE TOCQUEVILLE'S 

II est tr^s rare que ces animaux, ainsi abandonnds k eux- 
m^mes, quittent les environs de leur demeure. 

«La plus grande d^pense est celle du d^frichement. 
Si le pionnier arrive dans le ddsert avec une famille en 
5 dtat de Paider dans ses premiers travaux, sa tdche est 
assez facile. Mais il en est rarement ainsi. En g^ndral 
rdmigrant est jeune, et s'il a d6]h. des enfants, ils sont en 
bas ige. Alors il lui faut pourvoir seul k tous les premiers 
besoins de sa famille ou louer les services de ses voisins. 

10 II en codte de 4 k 5 dollars (de 20 k 25 francs) pour 
faire ddfricher un acre. Le terrain ^tant prdpard, le 
nouveau propri^taire met un acre en pommes de terre, le 
reste en froment et en mais. Le mais est la providence 
de ces deserts; il croit dans I'eau de nos mar^cages, et 

15 pousse sous le feuillage de la for^t mieux qu'aux rayons 
du soleil. C'est le mais qui sauve la famille de T^migrant 
d*une destruction inevitable, lorsque la pauvret^, la ma- 
ladie ou I'incurie I'a emp^chd la premiere annde de faire 
un ddfrichement suffisant. II n'y a rien de plus pdnible 

20 h. passer que les premieres anndes qui s'^coulent aprbs le 
d^frichement. Plus tard vient Taisance et ensuite la 
richesse.» 

Ainsi parlait notre bote. Pour nous, nous ^coutions 
ces simples details avec presque autant d'int^r^t que 

25 si nous eussions voulu les mettre nous-memes h, profit. 
Et quand il se fut tu, nous lui dimes: — Le sol de tous les 
bois abandon n^s k eux-m^mes est en g^n^ral marecageux 
et malsain; T^migrant, qui s'expose aux misbres de la 
solitude, n'a-t-il du moins rien k craindre pour sa vie ? — 

30 Tout defrichement est une entreprise pdrilleuse, repartit 
TAm^ricain, et il est presque sans exemple que le pionnier 
et sa famille ^chappent, pendant la premibre ann^e, k la 



VOYAGE EN AM^RIQUE 33 

fifevre des bois. Souvent, quand on voyage dans Tau- 
tomne, on trouve tous les habitants d'une cabane atteints 
de la fi^vre, depuis Pdmigrant jusqu'k son plus jeune 
fils. — Et que deviennent ces malheureux lorsque la Pro- 
vidence les frappe ainsi ? — lis se rdsignent et attendent 5 
un meilleur avenir. — Mais ont-ils quelque assistance h. 
esp^rer de leurs semblables? — Presque aucune. — Peu- 
vent-ils du moins se procurer le secours de la m^decine? 
— Le mddecin le plus proche habite souvent k soixante 
milles de leur demeure. lis font comme les Indiens: ils 10 
meurent ou gu^rissent, suivant qu'il plait k Dieu. 

Nous reprimes: — La voix de la religion parvient-elle 
quelquefois jusqu'k eux? — Tr^s rarement On n'a en- 
core rien pu faire pour assurer dans nos bois Tobservation 
publique d'un culte. Presque tous les 6t6s, il est vrai, 15 
quelques pretres m^thodistes^ viennent parcourir les nou- 
veaux ^tablissements. Le bruit de leur arriv^e se r^pand 
avec une incroyable rapiditd de cabane en cabane: c'est 
la grande nouvelle du jour. A T^poque fixde, T^migrant, 
sa femme et ses enfants, se dirigent k travers les sentiers 20 
k peine fray^s de la for^t vers le rendez-vous indiqu^. 
On vient de cinquante milles k la ronde. Ce n'est point 
dans une dglise que se r^unissent les fiddles, mais en 
plein air, sous le feuillage de la for^t. Une chaire, com- 
pos^e de troncs mal dquarris, de grands arbres renvers^s 25 
pour servir de sibges, tels sont les ornements de ce tem- 
ple rustique. Les pionniers et leurs families campent^ 
dans les bois qui Tentourent. C'est Ik que, pendant 
trois jours et trois nuits, la foule pratique des exercices 
religieux rarement interrompus. II faut voir avec quelle 30 
ardeur ces hommes se livrent k la pri^re, avec quel 
recueillement on ^coute la voix solennelle du pr^tre. 



34 DE tocqueville's 

C'est dans le ddsert qu'on se montre comme affam^ de 
religion. 

— Une dernifere question : on croit gdn^ralement parmi 
nous que les deserts de TAm^rique se peuplent k Paide 

5 de Pdmigration europ^enne: d'oli vient done que depuis 
que nous parcourons vos bois il ne nous est pas arriv^ 
de rencontrer un seul Europ^en ? 

A ces paroles, un sourir^ de superiority et d'orgueil 
satisfait se peignit sur les traits de notre bote. 

10 — II n*y a que des Am^ricains, r^pondit-il avec em- 
phase, qui puissent avoir le courage de se soumettre k 
de semblables mis^res, et qui sachent acheter Taisance 
h. un pareil prix. L'^migrant d'Europe s'arr^te dans les 
grandes villes qui bordent la mer ou dans les districts 

15 qui les avoisinent. Lk il de vient artisan, gargon de 
ferme, valet. II mfene une vie plus douce qu'en Europe, 
et se montre satisfait de laisser k ses enfants le m^me 
heritage. L'Amdricain, au contraire, s'empare de la 
terre, et cherche k se cr^er avec elle un grand avenir. 

20 Aprfes avoir prononcd ces derniers mots, notre bote 
s'arr^ta. II laissa sMchapper de sa boucbe une immense 
colonne de fum^e, et parut pr^t h. ^couter ce que nous 
avions h. lui apprendre sur nos projets. 

Nous le remercions d'abord de ses prdcieux avis et de 

25 ses sages conseils, dont nous Tassurons que nous profi- 
terons quelque jour, et nous ajoutons: — Avant de nous 
fixer dans votre canton, mon cber bdte, nous avons Tin- 
tention de nous rendre h. Saginaw,* et nous desirous vous 
consulter sur ce point. 

30 A ce mot de Saginaw, il se fit une singuli^re revolution 
dans la pbysionomie de rAm^ricain. II semblait qu'on 
Tentrain^t tout k coup bors de la vie r^elle pour le 



VOYAGE EN AM£RIQUE 35 

pousser dans le pays des chim^res. Ses yeux se dila- 
t^rent, sa bouche s'entr'ouvrit et Pdtonnement le plus 
profond se peignit sur tous ses traits. 

— Vous voulez aller k Saginaw ! s'^cria-t-il, k Saginaw- 
Bay! Deux hommes raisonnables, deux Strangers bien 5 
dlev^s veulent aller k Saginaw-Bay ! La chose est k peine 
croyable. — Et pourquoi done pas ? r^pliquimes-nous. — 
Mais savez-vous bien, reprit notre h6te, k quoi vous vous 
engagez? Savez-vous que Saginaw est le dernier point 
habits jusqu'k Toc^an Pacifique ; que d'ici k Saginaw on 10 
ne trouve gahie qu'un d&ert et des solitudes non f ray^es ? 
Avez-vous rdfldchi que les bois sont pleins d'Indiens et 
de moustiques; qu'il vous faudra pourtant coucher au 
moins une nuit sous Thumidit^ de leur ombrage ? Avez- 
vous pens^ k la fifevre? Saurez-vous vous tirer d'affaire 15 
dans le desert, et vous retrouver dans le labyrinthe de 
nos f or^ts ? 

Aprbs cette tirade, il fait une pause pour mieux juger 
rimpression qu'il avait produite. Nous rdpliquons: — 
Tout cela pent ^tre vrai, mais nous partirons demain 20 
pour Saginaw-Bay. 

Notre bote r^fl^chit un instant, hocha la tdte, et dit 
d'un ton lent et positif: — II n'y a qu'un grand int^r^t 
qui puisse porter deux Strangers k une semblable entre- 
prise. Vous vous 6tes sans doute figurd, fort k tort, qu'il 25 
^tait avantageux de se fixer dans les lieux les plus ^loign^s 
de toute concurrence? 

Nous ne r^pondons point. 

II reprend: — Peut-etre aussi 6tes-vous charges par la 
Compagnie des pelleteries du Canada^ d'^tablir des rap- 30 
ports avec les tribus indiennes des fronti^res. 

M^me silence. 



36 DE TOCQUEVILLE'S 

Notre hdte ^tait h. bout de conjectures, et il se tut; 
mais il continua k rdfl^chir profonddment sur la bizarrerie 
de notre dessein. 

— Est-ce que vous n'avez jamais 6te k Saginaw? re- 
5 primes-nous. — Moi, r^pondit-il, j'y ai 6t6 pour mon 
malheur cinq ou six fois; mais j'avais un intdr^t h. le 
faire, et on ne peut vous en d^couvrir aucun. — Mais ne 
perdez pas de vue, mon digne hdte, que nous ne vous 
demandons pas s'il faut aller k Saginaw, mais seulement 

10 quels sont les moyens d'y parvenir avec facility. 

Ramen^ ainsi h la question, notre Am^ricain retrouva 
tout son sang-froid et toute la nettet^ de ses iddes. II 
nous expliqua en peu de mots et avec un admirable bon 
sens pratique la mani^re dont nous devious nous y prendre 

15 pour traverser le desert, entra dans les moindres details 
et prdvit les circon stances les plus fortuites. A la fin de 
ses prescriptions, il fit une nouvelle pause pour voir si 
nous n'arrivions pas enfin au mystbre de notre voyage, 
et, s'apercevant que de part et d'autre nous n'avions plus 

20 rien k dire, il prit la chandelle, nous conduisit k une 

chambre et, nous ayant tihs ddmocratiquement secoud 

la main, s'en fut^ achever la soirde dans la salle commune. 

Le lendemain nous dtions \ev6s avec le jour, et nous 

prdparions k partir. Notre bote fut bientot lui-m^me 

25 sur pied : la nuit ne lui avait pas fait d^couvrir ^ ce qui nous 
faisait tenir une conduite k ses yeux si extraordinaire. 
Cependant, comme nous paraissions absolument d^cid^s 
k agir contrairement k ses conseils, il n'osait revenir k la 
charge; mais il tournait sans cesse autour de nous. II 

30 r^pdtait encore de temps en temps k demi-voix: — Je ne 
comprends pas bien ce qui peut porter deux Strangers k 
aller k Saginaw . . . jusqu'k ce qu'enfin je lui dis en met- 



VOYAGE EN AM^RIQUE 37 

tant le pied k T^trier: — II y a bien des raisons qui nous 
y portent, mon cher hotel 

II s'arr^ta tout court en entendant ces mots, et me 
regardant en face pour la premiere fois il sembla se 
preparer k entendre la rdvdation du grand myst^re. 5 
Mais moi, enfourchant tranquillement mon cheval, je lui 
fis pour toute conclusion un signe d'amitid et je m'doi- 
gnai au grand trot. 

9. A Day of Adventures 

On nous avait recommandd de nous adresser k un 
M. Williams, qui, ayant fait longtemps le commerce avec 10 
les Indiens Chippeways,^ et ayant un fils ^tabli k Saginaw, 
pourrait nous fournir des renseignements utiles. 

Apr^s avoir fait quelques milles dans les bois, et comme 
nous craignions d6]k d'avoir manqud la maison de notre 
homme, nous rencontrons un vieillard occupy k travailler 15 
k un petit jardin, nous Tabordons: c'dtait M. Williams^ 
lui m^me. 

. II nous accueillit avec une grande bienveillance, et 
nous donna une lettre pour son fils. Nous lui deman- 
dames si nous n'avions rien h. craindre des peuplades 20 
indiennes dont nous allions traverser le territoire. M. 
Williams rejeta cette id^e avec une sorte d'indignation : 
— Non, non, dit-il; vous pouvez marcher sans crainte. 
Pour ma part, je dormirais plus tranquille au milieu des 
Indiens que des blancs. 25 

Je note ceci comme la premiere impression favorable 
que j*aie regue sur les Indiens depuis mon arriv^e en 
Amdrique. Dans les pays tihs habitus, on ne parle d*eux 
qu*avec un melange de crainte et de m^pris, et je crois 



38 DE TOCQUEVILLE'S 

que Ik, en effet, ils mdritent ces deux sentiments. On 
a pu voir plus haut ce que j'en pensais moi-m^me lorsque 
je rencontrai les premiers d'entre eux k Buffalo. A me- 
sure qu'on avancera dans ce journal et qu'on me suivra 
5 au milieu des populations europeennes des frontibres et 
des tribus indiennes elles-m^mes, on concevra des premiers 
habitants de PAmdrique une id^e tout h, la fois plus hono- 
rable et plus juste. 

Apr^s avoir quittd M. Williams, nous poursuivons 

10 notre route au milieu des bois. De temps en temps un 
petit lac (ce district en est plein)^ apparait comme une 
nappe d'argent sous le feuillage de la for6t. II est dif- 
ficile de se figurer le charme qui environne ces jolis lieux 
oh I'homme n'a point fix6 sa demeure, et oh r^gne encore 

15 une paix profonde et un silence non interrompu. 

J'ai parcouru dans les Alpes des solitudes aif reuses, 
oh la nature se refuse au travail de Thomme, mais oh elle 
diploic jusque dans ses horreurs m^mes une grandeur 
qui transporte Vkme et la passionne. Ici la solitude n'est 

20 pas moins profonde, mais elle ne fait pas naitre les 
m^mes impressions. Les seuls sentiments qu'on dprouve 
en parcourant ces ddserts fleuris, oh, comme dans le I^a- 
radis^ de Milton, tout est prdpard pour recevoir Thomme, 
c'est une admiration tranquille, une Amotion douce et 

25 mdancolique, un ddgoiit vague de la vie civilis^e, une 
sorte d 'instinct sauvage qui fait penser avec douleur que 
bientdt cette d^licieuse solitude aura cessd d'exister. 
D^jk, en effet, la race blanche s'avance k travers les bois 
qui Tentourent, et dans peu d'ann^es TEuropeen aura 

30 coupd les arbres qui se r^fl^chissent dans les eaux limpides 
du lac et forcd les animaux qui peuplent ses rives de se 
retirer vers de nouveaux deserts. 



VOYAGE EN AM^RIQUE 59 

Toujours cheminant, nous parvenons dans une contr^e 
d'un aspect nouveau. Le sol n'y est plus ^gal, mais coupd 
de coUines et de valines. Plusieurs de ces collines pr^- 
sentent Paspect le plus sauvage. 

C'est dans un de ces passages pittoresques que, nous 5 
^tant retourn^s tout k coup pour contempler le spectacle 
imposant que nous laissions derri^re nous, nous apergii- 
mes k notre grande surprise, prfes de la croupe de nos 
chevaux, un Indien qui semblait nous suivre pas k pas. 

C'^tait un homme de trente ans environ, grand et lo 
admirablement proportionn^ dans tous ses membres. 
Ses cheveux noirs et luisants tombaient le long de ses 
dpaules, k I'exception de deux tresses qui dtaient atta- 
chdes sur le haut de sa t^te. Sa figure ^tait barbouill^e 
de noir et de rouge. II ^tait couvert d'une espbce de 15 
blouse bleue tr^s courte. II portait des mittas rouges : ce 
sont des esp^ces de pantalons qui ne vont que jusqu'au 
haut des cuisses; et ses pieds ^taient garnis de mocassins. 
A son cot^, pendait un couteau. De la main droite il 
tenait une longue carabine, et de la gauche, deux oiseaux 20 
qu'il venait de tuer. 

La premiere vue de cet Indien fit sur nous une im- 
pression peu agr^able. Le lieu eiit 6t6 mal choisi pour 
rdsister k une attaque. A notre droite, une foret de 
pins s'devait k une hauteur immense; k notre gauche, 25 
s'^tendait un ravin profond, au fond duquel roulait 
parmi les rochers un ruisseau que Pobscurit^ du feuillage 
d^robait k notre vue et vers lequel nous descendions en 
aveuglesl^ mettre la main sur nos fusils, nous retourner 
et nous placer dans le chemin en face de Tlndien, est 30 
Taffaire d*un moment. II s'arr^te de m^me; nous nous 
tenons pendant une demi-minute en silence. 



40 DE tocqueville's 

Sa figure prdsentait tous les traits caract^ristiques qui 
distinguent la race indienne de toutes les autres. Dans 
ses yeux parfaitement noirs brillait ce feu sauvage qui 
anime encore le regard du m^tis et ne se perd qu'k la 

5 deuxibme ou troisi^me g^n^ration de sang blanc. Son 
nez dtait arqu^ par le milieu, l^gbrement 6cTa,s6 par le 
bout; les pommettes de ses joues, tr^s ^lev^es; et sa 
bouche, fortement f endue, laissait voir deux rang^es de 
dents dtincelantes de blancheur, qui t^moignaient assez 

10 que le sauvage, plus propre que son voisin TAm^ricain, 

ne passait pas sa journ^e k micher des feuilles de tabac. 

J*ai dit qu'au moment ou nous nous ^tions retourn^s 

en mettant la main sur nos armes, Tlndien s'^tait arrets. 

II subit Texamen rapide que nous fimes de sa person ne 

15 avec une impassibility absolue, un regard ferme et immo- 
bile. Comme il vit que de notre cdt6 nous n*avions 
aucun sentiment hostile, il se mit k sourire: probable- 
ment il s'apercevait qu'il nous avait alarmds. 

C'est la premiere fois que je pus observer k quel point 

20 Texpression de la gaiet^ change compl^tement la phy- 
sionomie de ces hommes sauvages. J'ai eu cent fois 
depuis Toccasion de faire la m^me remarque. Un Indien 
s^rieux et un Indien qui sourit, ce sont deux hommes 
enti^rement diff^rents. II rbgne dans Timmobilite du 

25 premier une majestd sauvage qui imprime un sentiment 
involontaire de terreur. Ce meme homme vient-il k 
sourire,^ sa figure prend une expression de naivetd et de 
bienveillance qui lui donne un charme r^el. 

Quand nous vimes notre homme se d^rider, nous lui 

30 adressimes la parole en anglais; il nous laissa parler 
tout k notre aise, puis il fit signe qu'il ne comprenait 
point. Nous lui offrimes un peu d*eau-de-vie qu'il ac- 



VOYAGE EN AM^RIQUE 4 1 

cepta sans hesitation comme sans remerciment. Parlant 
toujours par signes, nous lui demanddmes les oiseaux qu'il 
portait, et il nous les donna moyennant une pi^ce de 
monnaie. Ayant ainsi fait connaissance, nous le salu- 
imes de la main et partimes au grand trot. 5 

Au bout d*un quart d'heure d'une marche rapide, 
m'^tant retourn^ de nouveau, je suis confondu draper- 
cevoir encore Plndien derrifere la croupe de mon chevaL 
II courait avec I'agilit^ d'un animal sauvage, sans pro- 
n oncer un seul mot ni paraitre allonger son allure. Nous 10 
nousarretons: ils'arrete; nousrepartons: ilrepart. Nous 
nous langons k toute course; nos chevaux, 6\ey6s dans 
le desert, franchissaient avec facility tous les obstacles: 
rindien double sa marche; je Papergois tantot k droite, 
tantot k gauche de mon cheval, sautant par-dessus les 15 
buissons et retombant sur la terre sans bruit. On edt 
dit Tun de ces loups du nord de TEurope qui suivent les 
cavaliers dans Tesp^rance qu*ils tomberont de leurs che* 
vaux et pourront ^tre plus facilement ddvor^s. 

La vue de cette figure Strange, qui, tantot se perdant 20 
dans Pobscurit^ de la for^t, tantot reparaissant au grand 
jour, semblait voltiger k nos cot^s, finissait par nous 
devenir importune. Ne pouvant concevoir ce qui portait 
cet homme k nous suivre d'un pas si pr^cipit^, et peut- 
^tre le faisait-il depuis longtemps lorsque nous le d^cou- 25 
vrimes la premiere fois, il nous vint dans la pensde qu'il 
nous menait dans une embuscade. 

Nous etions occup^s de ces pens^es lorsque nous aper- 
cevons devant nous, dans le bois, le bout d*une autre 
carabine ; bientot nous sommes k cote de celui qui la por- 30 
tait. Nous le prenons d'abord pour un Indien. II etait 
convert d'une espbce de redingote courte qui, serr^e autour 



42 DE TOCQUEVILLE'S 

de ces reins, dessinait une taille droite et bien prise. Son 
cou ^tait nu, et ses pieds couverts de mocassins. Lorsque 
nous arrivons pr^s de lui et qu'il Ifeve la t^te, nous recon- 
naissons sur-le-champ un Europden et nous nous arr^tons. 
5 II vient k nous, nous secoue la main avec cordiality, et 
nous entrons en conversation. 

— E^t-ce que vous vivez dans le desert ? — Oui, voilk 
ma maison. 

£t il nous montrait, au milieu des feuilles, une hutte 
10 beaucoup plus miserable que le log-house^ ordinaire. 

— Seul? — Seul. — Et que faites-vous done ici? — Je 
parcours ces bois, et je tue k droite et k gauche le gibier 
qui se rencontre sur mon chemin ; mais il n'y a pas de 
bons coups k faire" maintenant. — Et ce genre de vie vous 

IS plait? — Plus que tout autre. — Mais ne craignez-vous pas 
les Indiens? — Craindre les Indiens! j'aime mieux vivre 
au milieu d'eux que dans la soci^td des blancs. Non, 
non, je ne crains pas les Indiens; ils valent mieux que 
nous, k moins que nous ne les ayons abrutis par les 

20 liqueurs fortes, les pauvres creatures! 

Nous montrons alors k notre nouvelle connaissance 
Thomme qui nous suivait si obstindment, et qui, k ce 
moment, arr^td k quelques pas de nous, se tenait immobile 
comme un terme." 

25 — C'est un Chippeway, dit-il, ou, comme les Fran9ais 
Tappellent, un sauteur,^ Je gage qu'il revient du Ca- 
nada, oil il a re^u les presents annuels des Anglais.^ 
Sa famille ne doit pas ^tre loin d'ici. 

Ayant ainsi parl^, I'Am^ricain fit signe k Tlndien de 

30 s'approcher, et comme n9a k lui parler dans sa langue 
avec une extreme facility. C'^tait chose remarquable 
^ voir que* le plaisir que ces deux hommes de race et de 



VOYAGE EN AM^RIQUE 43 

mceurs si diff^rentes trouvaient k ^changer entre euz 
leurs id^es. La conversation roulait dvidemment sur le 
m^rite respectif de leurs armes. Le blanc, apr^s avoir 
examine trbs attentivement le fusil du sauvage : 

— Voillt une belle carabine, dit-il; les Anglais la lui 5 
ont donn^e sans doute pour s'en servir contre nous, et il 
ne manquera pas de le faire k la premiere guerre. C'est 
ainsi que les Indiens attirent sur leurs tdtes tous les mal- 
heurs qui les accablent, mais ils n'en savent pas plus 
long,^ les pauvres gens 1 — Les Indiens se servent-ils avec 10 
habilet^ de ces longs et lourds fusils ? — II n*y a pas de 
tireurs conime les Indiens, reprit vivement notre nouvel 
ami avec I'accent de la plus grande admiration. £xa- 
minez ces petits oiseaux qu'il vous a vendus, monsieur; 
ils sont perc^s d'une balle; et je suis bien siir qu'il n'a 15 
tir^ que deux coups pour les avoir. Ohl ajouta-t-il, il 
n'y a rien de plus heureux qu'un Indien dans les pays 
d'oU nous n'avons pas encore fait fuir le gibier; mais les 
gros animaux nous flairent k plus de trois cents milles, et 
en se retirant ils font devant nous comme un desert oU 20 
les pauvres Indiens ne peuvent plus vivre, s'ils ne culti- 
vent pas la terre. 

Comme nous reprenions notre chemin : — Quand vous 
repasserez, nous cria notre nouvel ami, frappez h. ma 
porte. On a du plaisir k rencontrer des visages blancs 25 
dans ces lieux-ci. 

J'ai rapportd cette conversation qui en elle-m^me ne 
contient rien de remarquable pour faire connaitre une 
espbce d'hommes que nous avons souvent rencontrds sur 
les limites des terres habitues: ce sont les Europ^ens 30 
qui, en d^pit des habitudes de leur jeunesse, ont fini par 
trouver dans la liberty du desert un charme inexprimable. 



44 DE tocqueville's 

Tenant aux solitudes de TAm^rique par leur goUt et leurs 
passions, k P Europe par leur religion, leurs principes et 
leurs id^es, ils melent Tamour de la vie sauvage k Torgueil 
de la civilisation et prdfbrent k leurs compatriotes les 
5 Indiens dans lesquels cependant ils ne reconnaissent pas 
des ^gaux. 

Nous continuous done notre marche. Avan9ant tou- 
jour s avec la m^me rapidity, nous atteignons, au bout 
d'une demi-heure, la maison d'un pionnier. 

10 Devant la porte de cette cabane, une famille indienne 
avait dtabli sa demeure passag^re. Une vieille femme, 
deux jeunes filles, plusieurs enfants se tenaient accroupis 
autour d'un feu k Tardeur duquel ^taient exposes les 
membres encore palpitants d'un chevreuil entier. A 

15 quelques pas de Ik sur I'herbe, un Indien tout nu se 
chaufiFait aux rayons du soleil, tandis qu'un petit enfant 
se roulait pr^s de lui dans la poussibre. Ce fut Ik que 
s'arreta notre silencieux compagnon; il nous quitta sans 
prendre cong^ de nous et fut s'asseoir gravement au 

20 milieu de ses compatriotes. 

Qui ^ avait pu porter cet homme k suivre ainsi pendant 
deux lieues la course de nos chevaux? C*est ce que nous 
ne pClmes jamais deviner. 

Apr^s avoir d^jeund en cet endroit, nous remontons 

2$ k cheval et poursuivons notre marche au milieu d'une 
haute futaie' peu ^paisse. Le taillis a 6t6 brdl^ autrefois, 
comme on pent Papercevoir aux restes calcines de quel- 
ques arbres qui sont couches sur Therbe. Le sol est 
aujourd'hui convert de foug^re qu'on voit s'dtendre k 

30 perte de vue sous le feuillage de la for^t. 

Quelques lieues plus loin mon cheval se d^ferre, ce qui 
"^ous cause une vive inquietude. Prfes de Ik, heureuse- 



VOYAGE EN AM^RIQUE 45 

ment, nous rencontrons un planteur qui parvient k le 
referrer. Sans cette rencontre, je doute que nous eus- 
sions pu aller plus loin, car nous approchions de Vex- 
tr^me limite des de'frichements. Ce m^me homme, qui 
nous mit ainsi en ^tat de poursuivre notre route, nous 5 
in vita h. presser le pas, le jour commen^ant k baisser et 
deux grandes lieues nous sdparant encore de Flint-River^ 
oil nous voulions aller coucher. 

Bientot, en effet, une obscurity profonde commenga 
k nous environner. II fallait marcher, la nuit ^tait 10 
sereine, mais glaciale. II regnait au fond de ces for^ts 
un silence si profond et un calme si complet qu'on eiit 
dit que toutes les forces de la nature y dtaient comme 
paralys^es. On n'y entendait que le bourdonnement in- 
commode des moustiques et le bruit des pas de nos che- 15 
vaux. De temps en temps on apercevait au loin un feu 
d'Indiens devant lequel un profil austere et immobile se 
dessinait dans la fum^e. 

Au bout d'une heure nous arrivons k un lieu oli le 
chemin se divise; deux sentiers s*ouvraient en cet en- 20 
droit: lequel des deux prendre? Le choix ^tait ddlicat. 
L'un d'eux aboutissait \ un ruisseau dont nous ne con- 
naissions pas la profondeur; Pautre, k une dclaircie. 
La lune, qui se levait alors, nous montrait devant nous 
une valine remplie de debris; plus loin nous apercevions 25 
deux maisons. 

II dtait si important de ne point s'dgarer dans un 
pareil lieu et k cette heure, que nous resoliimes de pren- 
dre des renseignements avant d'aller plus loin. Mon 
compagnon resta pour tenir les chevaux, et moi, jetant 30 
mon fusil sur mon ^paule, je descendis dans le vallon. 

Bientot je m*aper9us que j'entrais dans un d^friche- 



46 DE TOCQUEVILLE'S 

ment tout recent. Des arbres immenses, non encore 
d^barrass^s de leurs branches, couvraient la terre. En 
sautant de Pun k Tautre, je parvins assez rapidement 
jusqu'aupr^s des maisons. Mais le mdme ruisseau que 
5 nous avions d6]k rencontrd m'en sdparait. Heureuse- 
ment son cours se trouvait obstru^ dans cet endroit par 
de grands chines que la hache du pionnier y avait sans 
doute prdcipitds. Je rdussis k me glisser le long de ces 
arbres et j 'arrival enfin sur Tautre bord. 

10 J'approchai avec precaution des deux maisons, que je 
ne voyais que confusdment. Je craigns^is que ce ne 
fussent des wig-wams indiens. EUes n'^taient point en- 
core finies. J*en trouvai les portes ouvertes; et aucune 
voix ne rdpondit k la mienne. Je revins sur les bords 

15 du ruisseau ou je ne pus m'emp^cher d'admirer pendant 
quelques minutes la sublime horreur du lieu. 

Cette valine semblait former une arbne immense qu'en- 
vironnait de toutes parts, comme une noire draperie, le 
feuillage des bois, et au centre de laquelle les rayons de 

20 la lune, en se brisant, venaient crder mille images fan- 
tastiques qui se jouaient en silence au milieu des debris 
de la for^t. Du reste, aucun son quelconque,^ aucun 
bruit de vie ne s'devait de cette solitude. 

Je songeai enfin k mon compagnon, et je Pappelai k 

25 grands cris pour lui apprendre le rdsultat de mes re- 
cherches, Pengager k passer le ruisseau et k venir me 
retrouver. Ma voix retentit pendant longtemps dans les 
solitudes qui m'environnaient, mais je n'obtins aucune 
rdponse. Je criai de nouveau et j'dcoutai encore. Le 

30 m^me silence de mort rdgnait dans la for^t. L'inquidtude 
me saisit, et je courus le long du ruisseau pour trouver 
le chemin qui en traversait plus bas le cours. 



VOYAGE EN AMiRIQUE 47 

Arriv^ 1^ j'entendis dans le lointain le pas des che- 
vaux, et je vis bientot apr^s paraitre Beaumont lui- 
m6me. £tonnd de ma longue absence, 11 avait pris le 
parti de s'avancer vers le ruisseau. II s'^tait d^jk engagd 
dans les bas-fonds^ lorsque je Pavais appeld. Ma voix 5 
n'avait pu alors parvenir jusqu'k lui. II me raconta que 
de son cot^ il avait fait tous ses efforts pour se faire en- 
tendre, et avait 6t6, comme moi, effray^ de ne point rece- 
voir de r^ponse. Sans le ga6, qui nous servit de point de 
reunion, nous nous serious peut-^tre cherch^s une grande 10 
partie de la nuit. 

Nous nous remettons en route en nous promettant 
bien de ne plus nous s^parer, et k trois quarts d'heure de 
\k nous apercevons enfin un d^frichement, deux ou trois 
cabanes et, ce qui nous fait encore plus de plaisir, une 15 
lumi^re. La rivifere, qui s'dtendait comme un fil violet 
au bout du yallon, ach^ve de nous prouver que nous som- 
mes arrives k Flint-River. 

Bientot, en effet, les aboiements des chiens font retentir 
le bois et nous nous trouvons devant un log-house^ dont 20 
une barribre seule nous s^pare. Comme nous nous prd- 
parions k la franchir, la lune nous fit apercevoir de Tautre 
cot^ un grand ours noir qui, debout sur ses pattes, et 
tirant k lui sa chaine, indiquait aussi clairement qu'il le 
pouvait son intention de nous donner une accolade^ fra- 25 
ternelle. 

— Quel diable de pays est ceci, dis-je, oli Pon a des 
ours pour chiens de garde. — II faut appeler, me rdpliqua 
mon compagnon ; si nous tentions de passer la barri^re, 
nous aurionsde la peine k faire entendre raison au portier.' 30 

Nous appelons en effet k tue-t6te, et si bien qu'un 
homme enfin se montre k la fen^tre. Aprbs nous avoir 



48 DE TOCQUEVILLE'S 

examines au clair de la lune: — Entrez, messieurs, nous 
dit-il. Trink, allez vous coucher ! Au chenil, vous dis-je I 
ce ne sont pas des voleurs. 

L*ours recula en se dandinant, et nous entrimes. Nous 
5 dtions k moiti^ morts de fatigue. Nous demandons k 
notre bote si on pent avoir de Tavoine pour nos che- 
vaux. — Sans doute, rdpondit-il ; et il se mit k f aucher 
le champ le plus voisin avec toute la tranquillite am^ri- 
caine et comme il aurait pu le faire en plein midi. Pen- 

10 dant ce temps, nous dessellions nos montures, et nous 
les attachions, faute d'^curie, aux barri^res k travers 
lesquelles nous venions de passer. 

Ayant ainsi pris soin de nos compagnons de voyage, 
nous commen9ons k penser k notre propre gite. II n'y 

15 avait qu*un lit dans la maison; le sort Tayant adjug^ 
k Beaumont, je m'entourai de mon manteau et, me 
couchant sur le plancher, m'endormis aussi profonddment 
qu'il convient k. un homme qui vient de faire quinze lieues 
k cheval. 

10. Further into the Woods 

20 Le lendemain, 25 juillet, notre premier soin fut de nous 
enqudrir d'un guide. 

Un ddsert de quinze lieues sdpare Flint-River de 
Saginaw, et le chemin qui y conduit est un sentier ^troit, 
k peine reconnaissable k Toeil. Notre bote approuva 

25 notre dessein, etbientot aprfes il nous amena deux Indiens 
dans lesquels il nous assura que nous pouvions avoir toute 
confiance. L'un ^tait un enfant de treize ou quatorze 
ans; Pautre un jeune homme de dix-huit ans. Le corps 
de ce dernier, sans avoir encore acquis les formes vigou- 

30 reuses de I'ige mdr, donnait cependant d6]k I'id^e de 



VOYAGE EN AM^RIQUE 49- 

Tagilitd unie k la force. II ^tait de moyenne grandeur; 
sa taille ^tait droite et danc^e, ses membres flexibles et 
bien proportionn^s. De longues tresses tombaient de sa 
tete nue. De plus, il avait eu soin de peindre sur sa 
figure des lignes noires et rouges de la mani^re la plus 5 
sym^trique; un anneau passd dans la cloison du nez, un 
collier et des boucles d'oreilles compldtaient sa parure. 
Son attirail de guerre n'dtait pas moina remarquable. 
D'un cot^, la hache de bataille, le cd^bre tomahawk; de 
Tautre, un couteau long et ac^rd, k Taide duquel les sau- 10 
vages enl^vent la chevelure du vaincu. A son cou dtait 
suspendue une corne de taureau qui lui servait de poire 
h poudre, et il tenait dans sa main droite une carabine 
ray^e. Comme chez la plupart des Indiens, son regard 
^tait farouche et son sourire bienveillant. A cot^ de lui, 15 
comme pour completer le tableau, marchait un chien 
k oreilles droites, k museau allongd, beaucoup plus sem- 
blable k un renard qu*k aucune autre espbce d'animal, et 
dont Pair farouche etait en parfaite harmonic avec la 
contenance de son maitre. 20 

Aprbs avoir examine notre nouveau compagnon avec 
une attention dont il ne parut pas un seul moment s'aper- 
cevoir, nous lui demandimes ce qu'il ddsirait de nous 
pour prix du service qu'il allait nous rendre. L'Indien 
rdpondit quelques mots dans sa langue, et T American, se 25 
hatant de prendre la parole, nous apprit que ce que de- 
mandait le sauvage pouvait ^tre ^valud k deux dollars. 

— Comme ces pauvres Indiens, ajouta charitablement 
notre bote, ne savent pas le prix de Targent, vous me 
donnerez les dollars et je me chargerai volontiers de lui 30 
fournir T^quivalent. 

Je fus curieux de voir ce que le digne homme appelait 



50 DE tocqueville's 

rdquivalent de detix dollars, et je le suivis tout douce- 
ment dans le lieu oil se faisait le marchd Je le vis d^- 
livrer k notre guid6 une paire de mocassins et un mou- 
choir de poche, objets dont la valeur totale ne montait 
5 certainement pas k la moitid de la somme. L'Indien se 
retira fort satisfait, et moi je m*en fus sans bruit, disant 
comme La Fontaine : ^ Ah ! si les lions savaient peindre ! 
Au reste ce ne sont pas seulement les Indiens que les 
pionniers am^ricains prennent pour dupes. Nous dtions 

10 tous les jours nous-m^mes victimes de leur extreme avi- 
dity pour le gain. II est trhs vrai qu'ils ne volent point, 
lis ont trop de lumiferes pour commettre une dangereuse 
infraction aux lois, mais je n'ai jamais vu un aubergiste 
de grande ville surfaire avec plus d'impudeur que ces 

15 habitants du desert chez lesquels je me figurais trouver 
Thonn^tet^ primitive et la simplicity des moeurs patri- 
arcales. 

Tout ^tait pr6t: nous montons k cheval, et, passant 
k g\i6 le ruisseau (Flint- River) qui forme Textr^me limite 

20 entre la civilisation et le desert, nous entrons pour tout 
de bon^ dans la solitude. 

Nos deux guides marchaient ou plutot sautaient comme ' 
des chats sauvages, k travers les obstacles du chemin. 
Qu'un arbre renvers^, un ruisseau, un marais vint k se 

25 rencontrer,* ils indiquaient du doigt le meilleur chemin 
et ne se retournaient m^me pas pour nous voir sortir du 
mauvais pas. Habitu^ k ne compter que sur lui-m^me, 
rindien couQoit difficilement qu'un autre ait besoin 
d'aide. II salt vous rendre un service au besoin, mais 

30 personne ne lui a encore appris Part de le faire valoir 
par des provenances et des soins.* Cette manifere d*agir 
aurait peut-^tre amend quelques observations de notre 



VOYAGE EN AM^RIQUE 5 1 

part, mais il nous ^tait impossible de faire comprendre 
un seul mot k nos compagnons. £t puis nous nous 
sentions compl^tement en leur pouvoir. Lk, en effet, 
rdchelle dtait renversde.^ Plongd dans une obscurity 
profonde, r^duit k ses propres forces, Thomme civilis^ 5 
marchait en aveugle, incapable non seulement de se 
guider dans le labyrinthe qu'il parcourait, mais m^me d'y 
trouver les moyens de soutenir sa vie. C'est au milieu 
des m^mes difficult^s que triomphait le sauvage. Pour 
lui la foret n'avait point de voile; il s'y trouvait comme 10 
dans sa patrie ; il y marchait la t^te haute, guidd par un 
instinct plus siir que la boussole du navigateur. Au 
sommet du plus grand arbre, sous les feuillages les plus 
dpais, son ceil ddcouvrait le gibier prfes duquel I'Europden 
eiit passd et repasse cent fois en vain. 15 

De temps en temps, nos Indiens s'arr^taient. lis 
mettaient le doigt sur leurs l^vres pour nous inviter au 
silence, et nous faisaient signe de descendre de cheval. 
Guides par eux, nous parvenions jusqu'au lieu, d'oh ils 
nous montraient I'oiseau que nous cherchions et que nous 20 
n'avions encore pu d^couvrir. C'^tait chose curieuse 
k voir que le sourire m^prisant avec lequel ils nous 
guidaient par la main comme des enfants, et nous con- 
duisaient enfin pr^s de I'objet qu'eux-memes apercevaient 
depuis longtemps. 25 

A mesure cependant que nous avancions, les derniferes 
traces de Thomme s'eflFa9aient. Bientot tout cessa d'an- 
noncer m^me la presence du sauvage, et nous eiimes 
devant nous le spectacle apr^s lequel nous courions de- 
puis si longtemps: Pint^rieur d'une foret yierge. 30 

Au milieu d'un taillis pen dpais, et k travers lequel on 
pent apercevoir les objets k une assez grande distance, 



52 DE TOCQUEVILLE'S 

s'^levait d'un seul jet^ une haute futaie compos^e presque 
en totality de pins et de chines. Oblig^ de croitre sur 
un terrain trfes circonscrit et priv^ des rayons du soleil, 
chacun de ces arbres monte rapidement pour chercher 
5 Pair et la lumi^re. Aussi droit que le mit d'un vaisseau, 
il s'dance au-dessus de tout ce qui Tenvironne. C'est 
seulement quand il est parvenu k une region supdrieure, 
qu'il ^tend tranquillement ses branches et s'enveloppe 
de leur ombre. D'autres le suivent bientdt dans cette 

10 sphere dlevde, et tous, entrelagant leurs rameaux, forment 
comme un dais immense. Au-dessous de cette vodte 
humide et immobile Paspect change et prend un caract^re 
nouveau.^ 

Un ordre majestueux r^gne au-dessus de votre t^te. 

15 Prfes du sol, au contraire, tout off re Timage de la con- 
fusion et du chaos: des troncs incapables de supporter 
plus longtemps leurs branches se sont fendus dans la 
moiti^ de leur hauteur et ne pr^sentent plus h. Toeil qu'un 
sommet aigu et ddchird. D'autres, longtemps ^branlds 

20 par le vent, ont 6t6 pr^cipitds d'une seule pibce sur la 
terre. Arrach^es du sol, leurs racines forment comme 
autant de remparts naturels derri^re lesquels plusieurs 
hommes pourraient facilement se mettre k convert. Des 
arbres immenses, retenus par les branches qui les en- 

25 vironnent, restent suspendus dans les airs et tombent en 
poussibre sans toucher le sol. 

II n'y a pas parmi nous de pays si peu peuple', 011 une 
for^t soit assez abandonnde h, elle-m^me pour que les 
arbres,' aprbs y avoir suivi tranquillement leur carribre, 

30 y tombent enfin de decrepitude. C'est Thomme qui les 
frappe dans la force de leur ige et qui ddbarrasse la for^t 
de leurs debris. Dans la solitude de TAmdrique, la 



VOYAGE EN AM^RIQUE 53 

nature toute-puissante est le seul agent de ruine comme 
le seul pouvoir de reproduction. Ainsi que dans les for^ts 
soumises au domaine de Thomme, la mort frappe ici sans 
cesse, mais personne n'enlbve les debris qu'elle a faits: 
chaque jour ajoute k leur nombre. lis tombent, ils 5 
s'accumulent les uns sur les autres; le temps ne peut 
suffire k les r^duire assez vite en poussi^re et k preparer 
de nouvelles places. Lk se trouvent conchies cote k cote 
plusieurs generations de morts. Les uns, arrives au der- 
nier terme de dissolution, ne pr^sentent plus k Toeil qu'un 10 
long trait de poussifere rouge trac^ dans Pherbe; d'autres, 
d^jk k moitie consumes par le temps, conservent encore 
cependant leur forme. II en est enfin qui,^ tombds d'hier, 
dtendent encore leurs longs rameaux sur la terre et ar- 
r^tent k chaque instant les pas du voyageur. 15 

II nous est souvent arrivd d'admirer sur TOc^an une 
de ces soirees calmes et sereines, alors que les voiles fiot- 
tant paisiblement le long des mats laissent ignorer au 
matelot de quel c6t6 s'dlbvera la brise. Ce repos de la 
nature entibre n'est pas moins imposant dans les solitudes 20 
du nouveau monde que sur Timmensitd des mers. 

Lorsqu'au milieu du jour le soleil darde ses rayons sur 
la for^t, on entend souvent retentir dans ses profondeurs 
comme un long g^missement, un cri plaintif qui se pro- 
longe au loin. C'est le dernier effort du vent qui expire ; 25 
tout rentre alors autour de vous dans un silence si pro- 
fond, une immobility si complete, que Time se sent pdne'- 
tr^e d'une sorte de terreur religieuse; le voyageur s'ar- 
r^te, il regarde: 

Presses les uns contre les autres, entrelacds dans leurs 30 
rameaux, les arbres de la for^t semblent ne former qu'un 
seul tout, un edifice immense et indestructible, sous les 



54 DE tocqueville's 

voiites duquel rfegne une obscurity dternelle. De quelque 
cote qu'il porte ses regards, il n'apergoit qu'une scfene 
de violence et de destruction, des arbres rompus, des 
troncs d^chirds; tout annonce que les ^dments se font 
5 ici perpdtuellement la guerre, mais la lutte est interrom- 
pue. On dirait que sur Tordre d*un pouvoir surnaturel 
le mouvement s'est subitement arr6td Des branches k 
moiti^ bris^es semblent tenir encore par quelques liens 
secrets au tronc qui ne leur off re plus d'appui ; des arbres 

lo ddjk d^racin^s n'ont pas eu le temps d'arriver jusqu'il 
terre et sont restds suspendus dans les airs. 

II ^coute, il retient^ sa respiration avec crainte pour 
mieux saisir le mojndre retentissement de Texistence; 
aucun son, aucun murmure ne parvient jusqu'k lui. II 

15 nous est arriv^ quelquefois en Europe de nous trouver 
^gards au fond d'un bois; mais toujours quelques bruits 
de vie venaient y frapper notre oreille. C'dtait le tinte- 
ment ^loignd de la cloche du village le plus voisin, les 
pas d'un voyageur, la hache du bdcheron, I'explosion 

20 d'une arme k feu, les aboiements d'un chien, ou seulement 
cette rumeur confuse qui s'^lbve d'un pays civilisd 

Ici non seulement I'homme manque, mais la voix 
m^me des animaux ne se fait pas entendre. Les plus 
petits d'entre eux ont quittd ces lieux pour se rapprocher 

25 des habitations humaines, les plus grands pour s'en Eloi- 
gner encore d'a vantage; ceux qui restent se tiennent 
caches k I'abri des rayons du soleiL Ainsi tout est immo- 
bile, tout dans les bois est silencieux sous leur feuillage; 
on dirait que le Crdateur a, pour un moment, d^tournd 

30 sa face, et que les forces de la nature sont paralysEes. 
Ce n'est pas, au reste, dans ce seul cas que nous avons 
remarquE la singulibre analogie qui existe entre la vue 



VOYAGE EN AM£RIQUE 55 

de rOc&n et Taspect d'une for^t sauvage. Dans Tun 
comme dans Tautre spectacle, Tidde de rimmensit^ vous 
assibge. La continuity des m^mes scbnes, leur mono- 
tonie ^tonne et accable Pimagination. Nous avons re- 
trouv^ plus fort et plus poignant peut-^tre, dans les soli- 5 
tudes du nouveau monde, le sentiment d'isolement et 
d'abandon qui nous avait sembl^ si pesant au milieu de 
TAtlantique. 

Sur la mer, du moins, le voyageur contemple un vaste 
horizon vers lequel il dirige toujours sa vue avec espd- 10 
ranee; il voit devant lui jusqu'oU son ceil pent attein- 
dre, et il aper9oit le ciel. Mais dans cet ocdan de feuil- 
lage, qui peut indiquer le chemin? Vers quels objets 
tourner ses regards? En vain s'^bve-t-on sur le som- 
met des plus grands arbres, d'autres plus 6ley6s encore 15 
vous environnent. Inutilement gravit-on les collines, 
partout la for^t semble marcher avec vous, et cette m^me 
for^t s'etend devant vos pas jusqu'au pole arctique et 
jusqu'k Tocdan Pacifique. Vous pouvez parcourir des 
milliers de lieues sous son ombrage, et vous avancez 20 
toujours sans paraitre changer de place. . . 

. . . Mais il est temps de revenir k la route de Saginaw. 
Nous marchions d6']k depuis cinq heures dans une com- 
plete ignorance des lieux oil nous nous trouvions, lorsque 
nos Indiens s'arr^tbrent, et Paind, qui s'appelait Sagan- 25 
Cuisco, fit une ligne sur le sable. II en montra Tun des 
bouts en s'ecriant: — Michi-couik-ouinque'^ (c'est le nom 
indien de Flint-River) y et I'extremitd opposde en pronon- 
9ant le nom de Saginaw^ et, marquant un point au milieu 
de la ligne, il nous indiqua que nous ^tions parvenus k la 30 
moitid du chemin, et qu'il fallait se reposer quelques in- 
stants. 



56 DE TOCQUEVILLE'S 

Le soleil ^tait d^jk haut sur rhorizon, et nous eussions 
accept^ avec plaisir rinvitation qui nous dtait faite, si 
nous eussions apergu de Teau k. notre portde ; mais n'en 
voyant pas aux environs, nous fimes signe k Tlndien que 
5 nous voulions manger et boire en meme temps. II nous 
comprit aussit6t, et se mit en marche avec la meme rapi- 
dity qu'auparavant. A une heure de Ik, il s'arr^ta de 
nouveau et nous montra k trente pas dans le bois un en- 
droit oil il fit signe qu'il y avait de Teau. 

10 Sans attendre notre rdponse, et sans nous aider k des- 
seller nos chevaux, il s'y rendit lui-m^me ; nous nous hi- 
tdmes de le suivre. Le vent avait renvers^ depuis peu 
un grand arbre en cet endrcit; dans le trou qu'avaient 
occupy ses racines se trouvait un peu d'eau de pluie. 

15 C'^tait la fontaine k laquelle nous conduisit notre guide, 
sans avoir Pair de penser qu'on p{it h^siter k user d*un 
pareil breuvage. 

Nous ouvrimes notre sac. Autre infortune! La cha- 
leur avait absolument git^ nos provisions, et nous nous 

20 vimes r^duits pour tout diner k un trhs petit morceau de 

pain, le seul que nous eussions pu trouver k Flint-River. 

Qu'on ajoute k cela une nu^e de moustiques qu'atti- 

rait le voisinage de Teau, et qu'il fallait combattre d'une 

main en portant de Tautre le morceau k la bouche, et on 

2$ aura Tidde d'un diner champetre dans une foret vierge. 

Tant que nous mangel,mes, nos Indiens se tinrent 

assis les bras crois^s sur le tronc abattu dont j'ai parl^. 

Quand ils virent que nous avions fini, ils nous firent 

signe qu'eux aussi avaient faim. Nous leur montrames 

30 notre sac vide: ils secoubrent la t^te sans mot dire. 
L'Indien ne sait pas ce que c'est que des heures r^gldes 
-^our ses repas; il se gorge de nourriture quand il le pent, 



VOYAGE EN AM^RIQUE 57 

et jedne ensuite jusqu'k ce qu'il trouve de quoi satisfaire 
son app^tit: les loups agissent de m^me en pareille cir- 
constance. 

Bientot nous pensons h. remonter k cheval, mais nous 
nous apercevons avec une grande frayeur que nos mon- 5 
tures ont disparu. Sans doute aiguillonn^es par la faim, 
elles se sont dloigndes du sentier oil nous les avions 
laiss^es et ce n'est qu'avec peine que nous parvenons k 
nous remettre sur leurs traces ; alors nous bdnissons les 
moustiques qui nous ont fait songer au depart et nous 10 
continuous notre route. 

Le sentier que nous suivons ne tarde pas k devenir 
de plus en plus difficile h, reconnaitre. A chaque instant 
nos chevaux ont h. forcer le passage k travers d'^pais 
buissons, ou h. sauter par-dessus des troncs d'arbres im- 15 
menses qui nous barrent le chemin. 

Au bout de deux heures d'une route extr^mement pe 
nible, nous arrivons enfin sur le bord d'une rivifere peu 
profonde, mais tr^s encaiss^e.^ Nous la traversons k 
gu^, et, parvenus sur le haut de la berge oppos^e, nous 20 
voyons un champ de mais et deux cabanes assez sem- 
blables h, des log-houses. Nous reconnaissons en appro- 
chant que nous sommes dans un petit ^tablissement 
indien: les log-houses sont des wig-wams. Du reste, la 
plus profonde solitude rfegne Ik comme dans la for^t 25 
environnante. 

Parvenu devant la premiere de ces demeures aban- 
donn^es, Sagan-Cuisco s'arr^te. II examine attentive- 
ment tous les objets alentour, puis, d^posant sa carabine 
et s'approchant de i\ous, il trace d'abord une ligne sur le 30 
sable, nous indiquant de la m^me manifere qu'auparavant^ 
que nous n'avons encore fait que les deux tiers du chemin ; 



58 DK TOCQUEVILLE'S 

puis se relevant, il nous montre le soleil, faisant signe 
qu'il descendait rapidement vers le couchant; il regarde 
ensuite le wig-wam et ferme les yeux. 

Ce langage ^tait fort intelligible: il voulait nous faire 
5 coucher en cet endroit. J'avoue que la proposition nous 
surprit fort et ne nous plut gu^re. Nous n'avions pas 
mang^ depuis longtemps et n'dtions que m^diocrement 
tenths de nous coucher sans souper. La majesty sombre 
et sauvage des scenes dont nous ^tions t^moins depuis 

10 le matin, Tisolement complet oh nous nous trouvions, la 
contenance farouche de nos conducteurs, avec lesquels 
il ^tait impossible d'entrer en rapport, rien de tout cela 
d'ailleurs n'^tait de nature k faire naitre en nous la con- 
fiance. 

15 II y avait, de plus, dans la conduite des Indiens quel- 
que chose de singulier qui ne nous rassurait point. La 
route que nous venions de suivre depuis deux heures 
semblait encore moins fr^quent^e que celle que nous 
avions parcourue auparavant. Personne ne nous avait 

20 jamais dit que nous dussions^ traverser un village indien; 
et chacun nous avait assur^, au contraire, qu'on pouvait 
aller en un seul jour de Flint-River k Saginaw. Nous ne 
pouvions done concevoir pourquoi nos guides voulaient 
nous retenir la nuit dans ce ddsert 

25 Nous insistimes pour marcher. L'Indien fit signe 
que nous serions surpris par I'obscurit^ dans les bois. 
Forcer nos guides k continuer leur route e^t 6t6 une 
tentative dangereuse. Je me d^cidai h. tenter leur cu- 
pidit^. Mais Tlndien est le plus philosophe de tons les 

30 hommes. II a peu de besoins, et partant peu de d^sirs. 
La civilisation n'a point de prise sur lui. II ignore et il 
m^prise ses douceurs. 



VOYAGE EN AM^RIQUE 59 

Je m'etais cependant apergu que Sagan-Cuisco avait 
fait une attention particulibre h. une petite bouteille 
d'osier^ qui pendait h. mon cot^. Une bouteille qui ne 
se casse pas! Voilk une chose dont I'utilitd lui ^tait 
tombde sous le sens, et qui avait excite chez lui une ad- 5 
miration r^elle. Mon fusil et ma bouteille ^taient les 
seules parties de mon attirail europ^en qui eussent paru 
exciter son envie. Je lui fis signe que je lui donnerais 
ma bouteille s'il nous conduisait sur-le-champ k Saginaw. 
L'Indien parut alors violemment combattu.^ II regarda 10 
encore le soleil, puis la terre. Enfin, prenant son parti, 
il saisit sa carabine, poussa deux f ois en mettant la main 
sur sa bouche le cri: ouA/ ouh! et il s'^lan^a devant 
nous- dans les broussailles. 

Nous le suivimes au grand trot et nous eiimes bientot 15 
perdu de vue les demeures indiennes. Nos guides couru- 
rent ainsi pendant deux heures avec plus de rapidity qu'ils 
n'avaient encore fait. 

Cependant la nuit nous gagnait, et les derniers rayons 
du soleil venaient de disparaitre dans les cimes de la f or6t, 20 
lorsque Sagan-Cuisco fut surpris par un violent saigne- 
ment de nez qui le forga de s'arr^ter. Quelque habitud 
que' ce jeune homme pariit ^tre, ainsi que son frbre, aux 
exercices du corps, il ^tait Evident que la fatigue et le 
manque de nourriture avaient ^puisd ses forces. Nous 25 
commencions k craindre que nos guides ne renongassent 
\ Tentreprise et ne voulussent coucher au pied d'un 
arbre. Nous primes done le parti de les faire monter 
alternativement sur nos chevaux. 

Les Indiens accept^rent notre ofiFre sans ^tonnement 30 
ni humility. 

C'^tait une chose bizarre \ voir que ces bommes k 



6o DE tocqueville's 

moiti^ nus ^tablis gravement sur une selle anglaise et 
portant nos carnassi^res et nos fusils en bandoulibre, 
tandis que nous cheminions p^niblement k pied devant 
eux. 
5 La nuit vint enfin. Une humidity glaciale commenga 
k se rdpandre sous le feuillage. L'obscuritd donnait alors 
k la foret un aspect nouveau et terrible. L'oeil n'aperce- 
vait plus autour de lui que des masses confus^ment amon- 
celdes, sans ordre ni symdtrie, des formes ^tranges et 

10 disproportionndes, des scenes incohdrentes, des images 
fantastiques qui semblaient emprunt^es k Timagination 
malade d'un fidvreux. Jamais nos pas n'avaient reveille 
plus d'dchos, jamais le silence de la for^t ne nous avait 
paru si formidable. On eiit dit que le bourdonnement 

15 des moustiques dtait la seule respiration de ce monde 
endormi. 

A mesure que nous avancions, les t^n^bres devenaient 
plus prof ondes ; seulement de temps en temps une mou- 
che k feu traversant le bois tragait comme un fil lumineux 

20 dans ses profondeurs. Nous reconnaissions trop tard la 
justesse des conseils de Tlndien, mais il ne s'agissait plus 
de reculer. 

Nous continuons done k marcher aussi rapidement que 
nos forces et la nuit peuvent nous le permettre. Au bout 

25 d'une heure, nous arrivons k la fin du bois et nous nous 
trouvons dans une vaste prairie. Nos guides poussent 
trois fois un cri sauvage qui retentit comme les notes 
discordantes d'un tam-tam. On y r^pond dans le loin- 
tain. Cinq minutes apr^s, nous sommes sur le bord d'une 

30 riviere dont Tobscurit^ nous emp^che d*apercevoir la rive 
oppos^e. 

Les Indiens font halte en cet endroit. lis s'entourent 



VOYAGE EN AM^RIQUE 6 1 

de leurs couvertures pour ^viter la piqiire des moustiques 
et, se cachant dans Therbe, ils ne forment bientot plus 
qu'une boule de laine k peine perceptible et dans laquelle 
il serait impossible de reconnaitre la forme d'un homme. 

Nous mettons nous-m^mes pied k terre et attendons 5 
patiemment ce qui va suivre. Au bout de quelques mi- 
nutes, un Idger bruit se fait entendre et quelque chose 
s'approche du rivage. 

C'dtait un canot indien long de dix pieds environ, et 
formd d'un seul arbre. L'homme, qui etait accroupi au 10 
fond de cette fragile embarcation, portait le costume et 
avait toute I'apparence d'un Indien. II adressa la parole 
k nos guides qui, k son commandement, se hit^rent d'en- 
lever les selles de nos chevaux et de les disposer dans la 
pirogue. 15 

Comme je me pr^parais moi-m^me k y monter, le pr^- 
tendu Indien s'avan^a vers moi, me pla^a deux doigts 
sur rdpaule et me dit avec un accent normand^ qui me fit 
tressaillir: <rAh! vous venez de la vieille France!... 
Attendez; n'allez pas trop vitement;^ y en a des fois ici 20 
qui s'y noient.*' Mon cheval m'aurait adressee la parole 
que je n'aurais pas,* je crois, 6t6 plus surpris. 

J'envisageai celui qui m'avait parld et dont la figure, 
frappde des premiers rayons de la lune, reluisait alors 
comme une boule de cuivre : — Qui ^tes-vous done ? lui 25 
dis-je. Vous parlez fran9ais, et vous avez Pair d*un In- 
dien I II me r^pondit qu'il ^tait un bois-hruli^ c'est-k-dire 
le fils d'un Canadien et d'une Indienne. 

J'aurai souvent occasion de parler de cette singulibre 
race de mdtis qui couvre toutes les frontiferes du Canada 30 
et une partie de celles des £tats-Unis. Pour le moment, 
je ne songeai qu'au plaisir de parler ma langue maternelle. 



62 DE TOCQUEVILLE'S 

Suivant les conseils de notre compatriote le sauvage, 

je m'assis au fond du canot et me tins aussi en ^quilibre 

qu'il m'^tait possible; mon cheval, que je tenais seule- 

ment par la bride, entra dans la riviere, nageant k c6t6 de 

5 moi, tandis que le Canadien poussait la nacelle ^ de Pavi- 

ron, tout en chantant h. demi-voix, sur un vieil air fran- 

9ais, le couplet suivant dont je ne saisis que les deux 

premiers vers: 

Entre Paris et Saint-Denis 
10 II ^tait une fille, etc 

Nous arrivimes ainsi san3 accident sur Tautre bord; 
le canot retourna aussitot chercher mon compagnon. Je 
me rappellerai toute ma vie le moment oU pour la seconde 
fois iP s'approcha du rivage. La lune, qui ^tait dans 

15 son plein, se levait prdcis^ment alors au-dessus de la 
prairie que nous venions de traverser, la moiti^ de son 
disque apparaissait seule sur Thorizon; on e^t dit une 
porte mystdrieuse k travers laquelle s'^chappait vers nous 
la lumi^re d'une autre sphere. Les rayons qui en sor- 

20 taient venaient se refl^ter dans les eaux du fleuve et 
arrivaient en scintillant jusqu'k moi. Sur la ligne m^me 
oU vacillait cette pile clartd, s'avan9ait la pirogue in- 
dienne. On n'apercevait pas de rames, on n'entendait 
point le bruit des avirons. EUe glissait rapidement et 

25 sans effort, longue, ^troite et noire, semblable k un alli- 
gator du Mississipi qui s'allonge sur la rive pour y saisir 
sa proie. Accroupi sur la pointe du canot, Sagan-Cuisco, 
la t^te appuy^e contre ses genoux, ne laissait voir que 
les tresses luisantes de sa chevelure; k I'autre extrdmit^, 

30 le Canadien ramait en silence, tandis que derri^re lui le 
cheval de Beaumont faisait rejaillir Teau de la Saginaw 
sous I'effort de sa puissante poitrine. 



VOYAGE EN AM£RIQUE 63 

II y avait dans Pensemble de ce spectacle une grandeur 
sauvage qui iit alors et qui a laissd depuis une impression 
profonde dans notre ime. 

D^barqu^s sur le rivage, nous nous hdtdmes de nous 
rendre k une maison que la lune venait de nous f aire aper- $ 
cevoir k cent pas du ileuve, et oh le Canadien nous assura 
que nous pouvions trouver un glte. Nous parvtnmes en 
effet k nous y ^tablir convenablement, et nous y aurions 
probablement r^pard nos forces par un profond sommeil, 
si nous avions pu nous d^barrasser des myriades de mous- lo 
tiques dont la maison ^tait remplie; mais c'est ce k quoi 
nous ne pdmes jamais parvenir. 

L'animal qu'en anglais on appelle mosquitdy et marin- 
gouin^ en frangais canadien, est un petit insecte sem- 
blable en tout au cousin de France, dont il difffere seule- 15 
ment par la grosseur. II est g^n^ralement plus grand; 
et sa trompe est si forte et si ac^r^e, que les ^toffes de 
laine peuvent seules garantir de ses piq^res. Ces petits 
moucherons sont le fl^au des solitudes de TAm^rique. 
Leur presence suffirait pour y rendre un long s^jour in- 20 
supportable. Quant k moi, je declare n'avoir jamais 
dprouvd un tourment semblable k celui qu'ils m'ont fait 
souffrir pendant tout le cours de ce voyage, et particu- 
liferement durant notre sdjour k Saginaw. Le jour, ils 
nous emp6chaient de dessiner, d'^crire, de rester un seul 25 
moment en place; la nuit, ils circulaient par milliers 
autour de nous; chaque endroit du corps que nous lais- 
sions ddcouvert leur servait k Tinstant de rendez-vous. 
R^veillds par la douleur que causait la piqiire, nous nous 
couvrions la tete de nos draps; leur aiguillon passait k 30 
travers. Chassis, poursuivis ainsi par eux, nous nous 
levions et nous allions respirer Tair du dehors jusqu'k ce 



64 DE TOCQUEVILLE'S 

que I'excbs de la fatigue nous procurit ehfin un sommeil 
pdnible et interrompu. 

II. The Saginaw Settlement 

Nous sortimes de trhs bonne heure, et le premier spec- 
tacle qui nous frappa, en quittant la maison, ce fut la 
5 vue de nos Indiens qui, roul^s dans leurs couvertures, 
prbs de la porte, dormaient k c6t6 de leurs chiens. 

Nous apercevions alors pour la premiere fois au grand 
jour le village de Saginaw que nous ^tions venus chercher 
de si loin. Une petite plaine caltivde, bord^e au sud par 
10 une belle et tranquille riviere, k Test, h. Touest et au nord 
par la for^t, compose, quant k present, tout le territoire 
de la cit^ naissante.^ 

Prfes de nous s'^levait une maison dont la structure 
annongait Taisance du propridtaire. C'^tait celle ou nous 
15 venions de passer la nuit. Une demeure de m^me espbce 
s'apercevait k Tautre extrdmit^ du ddfrichement. Dans 
rintervalle et le long de la lisi^re du bois, deux ou trois 
log-houses se perdaient k moitie dans le feuillage. 

Sur la rive opposde du fleuve s'dtendait la prairie 
20 comme un ocdan sans bornes dans un jour de calme. 
Une colonne de fum^e s'en ^chappait alors et montait 
paisiblement vers le ciel. En ramenant Toeil au point d'oii 
elle venait, on d^couvrait enfin deux ou trois wig-wams, 
dont la forme conique et le sommet aigu se confondaient 
25 avec les herbes de la prairie. Une charrue renvers^e, 
des bceufs regagnant d'eux-m^mes le labour,^ quelques 
chevaux k moitid sauvages, compldtaient le tableau. 

De quelque cotd que s'^tendit la vue, Tceil cherchait 

en vain la fl^che d'un clocher gothique, la croix de bois 

30 qui marque le chemin ou le seuil convert de mousse du 



VOYAGE EN AM^RIQUE 65 

presbyt^re. Ces v^ndrables restes de Tantique civilisa- 
tion chrdtienne n'ont point dte transport's dans le desert. 
Rien n'y rdveille encore Tid'e du passe ni de Tavenir. 
On ne rencontre m^me pas d'asiles consacr's k ceux qui 
ne sont plus. La mort n'a pas eu le temps de r'clamer s 
son domaine ni de faire borner son champ. 

Ici rhomme semble encore s'introduire furtivement 
dans la vie. Plusieurs generations ne se rdunissent point 
autour d'un berceau pour exprimer des espdrances sou- 
vent trompeuses et se livrer k des joies prdma turves que lo 
dement Tavenir. Son nom n'est point inscrit sur les 
registres de la citd; la religion ne vient point m^ler ses 
touchantes solennit's aux sollicitudes de la famille. Les 
pri^res d'une femme, quelques gouttes d'eau vers'es sur 
la t^te d*un enfant par la main de son pfere, lui ouvrent 15 
sans bruit les portes^ du ciel. 

Le village de Saginaw est le dernier point habit' par 
les Europ'ens au nord-ouest de la vaste presqu'ile de 
Michigan. On pent le consid'rer comme un poste avanc', 
une sorte de gu'rite que les blancs sont venus planter au 20 
milieu des nations indiennes. 

Les revolutions de TEurope, les clameurs tumultueuses 
qui s'^lbvent sans cesse de Tunivers polic', n'arrivent ici 
que de loin en loin, et comme le retentissement d'un son 
dont Poreille ne pent plus percevoir la nature ni I'origine. 25 

Tantot ce sera un Indien qui, ^ en passant, racontera 
avec la po'sie du d'sert quelques-unes des tristes r'alit's 
de la vie sociale; un journal oubli' dans le havresac d*un 
chasseur, ou seulement cette rumeur vague qui se pro- 
page par des voies inconnues et ne manque presque 30 
jamais d'avertir les hommes qu'il se passe quelque chose 
d'extraordinaire sous le soleil. 



66 DE tocqueville's 

Une f ois par an, un vaisseau, remontant le cours de la 
Saginaw, vient renouer cet anneau d^tach^ k la grande 
chatne europeenne qui d6]k enveloppe le monde de ses 
replis. II apporte au nouvel dtablissement les produits 
5 divers de Pindustrie, et enlbve en retour les fruits du sol, 
Trente personnes, hommes, femmes, vieillards et en- 
fants, composaient seuls, lors de notre passage, cette 
petite soci^t^, embryon k peine formd, germe naissant 
confid au desert, et que le desert doit f^conder. 

lo Le hasard, I'int^r^t ou les passions avaient r^uni dans 
cet espace dtroit ces trente personnes. Du reste, il 
n'existait point entre elles de liens communs, et elles 
diffdraient profond^ment les unes des autres. On y re- 
marquait des Canadiens, des Am^ricains, des Indiens et 

IS des m^tis. 

Des philosophes ont cm que la nature humaine, partout 
la m^me, ne variait que suivant les institutions et les lois 
des diff ^rentes socidtds. C'est Ik une de ces opinions que 
semble ddmentir k chaque page Thistoire du monde. Les 

20 nations comme les individus s'y montrent tous^ avec une 
physionomie qui leur est propre. Les traits caract^ris- 
tiques de leur visage se reproduisent k travers toutes les 
transformations qu'elles subissent. Les lois, les moeurs, 
les religions changent, la puissance et la richesse se dd- 

25 placent, le costume varie, Taspect ext^rieur change, les 
pr^jug^s s'effacent ou se substituent les uns aux autres. 
Parmi ces changements divers, vous reconnaissez tou- 
jours le m6me peuple. Quelque chose d*inflexible appa- 
rait au milieu de la flexibility humaine. 

30 Les hommes qui habitent cette petite plaine cultiv^e 
appartiennent k deux races qui depuis plus d*un sibcle 
existent sur le sol am^ricain et y obdissent aux m^mes 



VOYAGE EN AM^RIQUE 6j 

lois. lis n'ont pourtant rien de commun entre eux. Ce 
sont encore des Anglais et des Fran^ais tels qu'ils se 
montrent aux bords de la Seine et de la Tamise. 

Pdndtrez sous cette cabane de feuillage, vous y ren- 
contrerez un homme dont Taccueil cordial et la figure 5 
ouverte vous annonceront dfes Tabord le goClt des plai- 
sirs sociaux et Pinsouciance de la vie. Dans le premier 
moment, vous le prendrez peut-^tre pour un Indien. 
Soumis k la vie sauvage, il en a adopts volontairement 
les habits, les usages et presque les moeurs : il porte des 10 
mocassins, le bonnet de loutre et le manteau de laine. 
II est infatigable chasseur, couche k Taffftt,^ vit de miel 
sauvage et de chair de bison. 

Get homme n'en est pas moins rest^ un Fran9ais gai, 
entreprenant, fier de son origine, amaht passionnd de la 15 
gloire militaire, plus vaniteux qu'int^ress^, homme d'in- 
stinct, obdissant k son premier mouvement moins qu'^ 
sa raison, pr^fdrant le bruit k Fargent. 

Pour venir au ddsert, il semble avoir bris^ tous les 
liens qui Pattachaient h. la vie. On ne lui voit ni femme 20 
ni enfants.^ Get ^tat est contraire k ses mceurs, mais il 
s'y soumet facilement comme k toute chose. Livr^ k 
lui-m^me il se sentirait naturellement Thumeur casanifere." 
Nul plus que lui n'a le goiit du foyer domestique; nul 
n'aime mieux k rdjouir sa vue par I'aspect du clocher 25 
paternel. Mais on I'a arrach^ k ses habitudes tranquilles ; 
on a frapp^ son imagination par des tableaux nouveaux; 
on Pa transport^ sous un autre ciel: ce m6me homme 
s'est senti tout k coup possed^ d'un besoin insatiable 
d'^motions violentes, de vicissitudes et de dangers. 30 
L'Europeen le plus civilis^ est devenu Tadorateur de la 
vie sauvage. II prdf^rera les sa vanes aux rues des villes. 



68 DE tocqueville's 

la chasse k Pagriculture. II se jouera de Pexistence, et 
vivra sans nul souci de Tavenir. 

Les blancs de France, disaient les Indiens du Canada, 

sont aussi bons chasseurs que nous. Comme nous, ils 

5 meprisent les commoditds de la vie et bravent les terreurs 

de la mort; Dieu les avait cr^^s pour habiter la cabane 

du sauvage et vivre dans le ddsert.^ 

A quelques pas de cet homme habite un autre Euro- 
pden qui, soumis aux m^mes difficultds, s'est raidi contre 

10 elles. 

Celui-ci est froid, ten ace, impitoyable argumentateur.^ 
II s'attache k la terre, et arrache k la vie sauvage tout ce 
qu*il pent lui oter. II lutte sans cesse contre elle, il la 
d^pouille chaque jour de quelques-uns de ses attributs. 

15 II transporte, pifece k pi^ce, dans le desert ses lois, ses 

habitudes, ses usages, et, s'il se pent,* jusqu'aux moindres 

recherches de sa civilisation avancde. L'emigrant des 

fitats-Unis n'estime de la victoire que ses r^sultats; il 

•tient que la gloire est un vain bruit, et que Thomme ne 

20 vient au monde que pour y acqudrir Taisance et les com- 
modit^s de la vie. Brave pourtant, mais brave par cal- 
cul ; brave parce qu'il a ddcouvert qu*il y avait plusieurs 
choses plus difficiles k supporter que la mort ; aventurier 
entourd de sa famille, et qui cependant prise peu les plai- 

25 sirs intellectuels et les charmes de la vie sociale. 

Plac^ de Tautre cotd du fleuve, au milieu des roseaux 
de la Saginaw, Plndien jette de temps en temps un regard 
stoique sur les habitations de ses fr^res d'Europe. N'allez 
pas croire qu'il admire leurs travaux, ou en vie leur sort. 

30 Depuis bientot trois cents ans que le sauvage de TAme- 
rique se ddbat contre la civilisation qui le pousse et Ten- 
veloppe, il n*a point encore appris k connaftre et k esti- 



VOYAGE EN AM^RIQUE 69 

mer son ennemi. Les generations se succfedent en vain^ 
chez les deux races. Comme deux fleuves parall^les, 
elles coulent depuis trois sibcles vers un abime commun. 
Un espace dtroit les sdpare, mais elles ne m^lent point 
leurs flots. 5 

Ce n'est pas que Taptitude naturelle manque h Tin- 
dig^ne du Nouveau Monde; mais sa nature semble re- 
pousser obstinement nos id6es et nos arts. Couch^ sur 
son manteau, au milieu de la fum^e de sa hutte, Tlndien 
regarde avec mdpris la demeure commode de PEurop^en. lo 
Pour lui, il se complait avec orgueil dans sa misfere, et 
son coeur se gonfle et s'dlfeve aux images de son indepen- 
dance barbare. II sourit amferement en nous voyant 
tourmenter notre vie pour acqu^rir des richesses in- 
utiles. Ce que nous appelons industrie, il Tappelle suj^- 15 
tion honteuse. II compare le laboureur au bceuf qui 
trace p^niblement son sillon. Ce que nous nommons 
les commodit^s de la vie, il les nomme des jouets d'en- 
fants ou des recherches de femme. II ne nous envie que 
nos armes. Quand Thomme peut abriter la nuit sa t^te 20 
sous une tente de feuillage, allumer du feu pour chasser 
les moustiques en 6t6 et se garantir du froid en hiver, 
lorsque ses chiens sont bons et la contree giboyeuse, que 
saurait-il demander de plus k Tfitre ^ternel? 

A Tautre bord de la Saginaw, prhs des d^frichements 25 
europ^ens, et pour ainsi dire sur les confins de I'Ancien 
et du Nouveau Monde, s'^lfeve une cabane rustique plus 
commode que le wig-wam du sauvage, plus grossibre que 
la maison de Thomme * polled; c'est la demeure du mdtis. 

Lorsque nous nous prdsentimes pour la premiere fois 30 
k la porte de cette hutte k demi civilisde, nous fiimes 
tout surpris d'entendre dans I'intdrieur une voix douce 



70 DE TOCQUEVILLE'S 

qui psalmodiait sur un air indien les cantiques de la 
pdnitence.^ Nous nous arr^times un moment pour ^cou- 
ter. Les modulations des sons ^taient lentes et profon- 
d^ment m^lancoliques; on reconnaissait ais^ment cette 
5 harmonie plaintive qui caractdrise tous les chants de 
Thomme au desert. 

Nous entrimes: le maitre ^tait absent. Assise au 
milieu de Tappartement, les jambes crois^es sur une 
natte, une jeune femme travaillait k faire des mocassins. 

lo Du pied, elle bergait un enfant dont le teint cuivre et les 
traits annon9aient la double origine. Cette femme etait 
habill^e comme une de nos paysannes, sinon que ses 
pieds ^taient nus et que ses cheveux tombaient librement 
sur ses ^paules. En nous apercevant, elle se tait avec 

15 une sorte de crainte respectueuse. Nous lui demandons 
si elle est Fran^aise. — Non, r^pondit-elle en souriant. — 
Anglaise ? — Non plus,^ dit-elle. Elle baissa les yeux et 
ajouta: je ne suis qu'une sauvage. 

Enfant des deux races, elev^ dans Tusage de deux lan- 

20 gues, nourri dans des croyances di verses et berc^ dans 
des pr^jug^s contraires, le m^tis forme un compost aussi 
inexpliquable aux autres qu'k lui-m^me. Les images du 
monde, lorsqu'elles viennent se r^fl^chir sur son cerveau 
grossier, ne lui apparaissent que comme un chaos inex- 

2$ tricable, dont son esprit ne saurait sortir. Fier de son 
origine europdenne, il m^prise le desert, et pourtant il 
aime la libertd sauvage qui y ihgne ; il admire la civilisa- 
tion et ne peut complbtement se soumettre k son empire. 
Ses goiits sont en contradiction avec ses id^es, ses opi- 

30 nions avec ses mceurs. Ne sachant comment se guider 
au jour incertain qui T^claire, son kme se d^bat pdnible- 
ment dans les langes d'un doute universel: il adopte des 



VOYAGE EN AM^RIQUE 7 1 

usages opposes; il prie k deux autels; il croit au R^- 
dempteur du monde et aux amulettes du jongleur,^ et il 
arrive au bout de sa carribre sans avoir pu ddbrouiller le 
probl^me obscur de son existence. 

Ainsi done, dans ce coin de terre ignord du monde, la 5 
main de Dieu avait d^jk jet^ les semences de nations 
di verses. Ddjk plusieurs races diff ^rentes, plusieurs peu- 
ples distincts se trouvent ici en presence. 

Quelques membres exiles de la grande famille humaine 
se sont rencontres dans Timmensit^ des bois. Leurs 10 
besoins sont communs: ils ont k lutter contre les b^tes 
de la for^t, la faim, Tincldmence des saisons. lis sont 
trente k peine au milieu d'un desert, oli tout se refuse k 
leur effort, et ils ne jettent les uns sur les autres que des 
regards de haine et de soup9on. La couleur de la peau, 15 
la pauvret^ ou Taisance, Tignorance ou les lumi^res, ont 
ddjk etabli parmi eux des classifications indestructibles : 
des prdjugds nationaux, des pr^jugds d'^ducation et de 
naissance les divisent et les isolent. 

Oil trouver dans un cadre plus dtroit un plus complet 20 
tableau des misbres de notre nature ? II y manque cepen- 
dant encore un trait. 

Les lignes profondes que la naissance et Topinion ont 
trac^es entre la destinde de ces hommes ne cessent point 
avec la vie, mais s'^tendent au delk du tombeau. Six 25 
religions ou sectes di verses se partagent la foi de cette 
society naissante. 

Le catholicisme, avec son immobility formidable, ses 
dogmes absolus, ses terribles anath^mes et ses immenses 
recompenses; la reformation, avec son mouvement in- 30 
cessant et ses variations continues; Tantique paganisme, 
trouvent ici leurs reprdsentants. On y adore ddjk en six 



72 DE TOCQUEVILLE*S 

mani^res diff ^rentes Tfitre unique et ^ternel qui a cr^^ 
tous les hommes k son image. On s'y dispute avec 
ardeur le ciel que chacun pretend exclusivement son 
heritage. Bien plus, au milieu des misbres de la solitude 

5 et des maux du present, Pimagination humainc s'y 
^puise encore k enfanter pour Tavenir d'inexprimables 
douleurs. Le luth^rien condamne au feu ^ternel le cal- 
viniste, le calviniste Tunitaire, et le catholique les enve- 
loppe tous dans une reprobation commune. 

10 Plus tolerant dans sa foi grossifere, Tlndien se borne 
k exiler son fr^re d' Europe des campagnes heureuses^ 
qu'il se reserve pour lui. Fiddle aux traditions confuses 
que lui ont Idgu^es ses pbres, il se console ais^ment des 
maux de Is. vie, et meurt tranquille en r^vant aux for^ts 

IS toujours vertes que n'^branlera jamais la hache du pion- 
nier, et oU le daim et le castor viendront s'offrir k ses 
coups durant les jours sans nombre de r^ternit^. 

Aprfes dejeuner, nous allimes voir le plus riche pro- 
pri^taire du village, M. Williams.^ Nous le trouvimes 

20 dans sa boutique, occup^ k vendre k des Indiens une 
multitude d'objets de peu de valeur, tels que couteaux, 
colliers de verre, pendants d'oreilles, etc. C'^tait pitie 
de voir comme ces malheureux dtaient trait^s par leurs 
fr^res civilises d* Europe. 

2$ Du reste, tous ceux que nous vimes Ik rendaient une 
justice ^clatante aux sauvages. lis ^taient bons, inof- 
fensifs, mille fois moins enclins au vol que les blancs. 
C'dtait dommage seulement qu'ils commengassent k 
s'dclairer sur le prix des choses. Et pourquoi cela, s'il 

30 vous plait? Parce que les b^ndfices dans le commerce 
qu'on faisait avec eux devenaient tous les jours moins 
considerables. Apercevez-vous ici la sup^rioritd de 



VOYAGE EN AM^RIQUE 73 

rhomme civilis^? L'Indien aurait dit, dans sa simpli- 
city grossifere, qu'il trouvait tous les jours plus de diffi- 
cultds k tromper son voisin ; mais le blanc d^couvre dans 
le perfectionnement du langage une nuance heureuse qui 
exprime la chose et sauve la honte. 5 

En revenant de chez M. Williams, nous eiimes Tidde 
de remonter la Saginaw k quelque distance pour aller 
tirer les canards sauvages qui peuplent ses rives. Comme 
nous dtions occup^s k cette chasse, une pirogue se dd- 
tacha d'entre les roseaux du fleuve, et des Indiens vin- 10 
rent k notre rencontre pour considdrer mon fusil, qu'ils 
avaient aper^u de loin. J'ai toujours remarqu^ que cette 
arme, qui n'a cependant rien d'extraordinaire, m'attirait, 
parmi les sauvages, une consideration toute sp^ciale. Un 
fusil qui pent tuer deux hommes en une seconde et part 15 
dans rhumidit^, c*dtait, suivant eux, une merveille au- 
dessus de toute Evaluation, un chef-d'oeuvre sans prix. 
Ceux qui nous abordbrent tdmoignferent, suivant Thabi- 
tude, une gran de admiration. Ilsdemand^rent d*oli venait 
mon fusil. Notre jeune guide r^pondit qu'il avait 6t6 20 
fait de Tautre cotE de la grande eau, chez les pferes des 
Canadiens: ce qui ne le rendit pas, comme on pent le 
croire, moins prEcieux k leurs yeux. lis firent observer 
cependant que, comme le point de mire^ n'Etait pas placE 
au milieu de chaque canon, on ne devait pas 6tre aussi 25 
siir de son coup: remarque k laquelle j'avoue que je ne 
sus trop que r^pondre. 

Le soir Etant venu, nous remontimes dans le canot, 
et, nous fiant k TexpErience que nous avions acquise le 
matin, nous partimes seuls pour remonter un bras de la 30 
Saginaw, que nous n'avions fait qu'entrevoir. ^ 

Le ciel Etait sans nuage, I'atmosphbre pure et immo- 



74 I>E tocqueville's 

bile. Le fleuve conduisait ses eaux k travers une im- 
mense for^t, matis si lentement qu41 e^t 6t6 presque 
impossible de dire de quel c6t6 allait le courant. 

Nous avons toujours pens^ que, pour se faire une idee 
5 juste des for^ts du Nouveau Monde, il fallait suivre quel- 
ques-unes des rivieres qui " coulent sous leur ombrage. 
Les fleuves sont comme de grandes voies par lesquelles la 
Providence a pris soin, d^s le commencement du monde, 
de percer le desert pour le rendre accessible k I'homme. 

10 Lorsqu'on se fraye un passage k travers le bois, la vue 
est le plus souvent fort born^e. D'ailleurs, le sentier 
meme oli vous marchez est une oeuvre humaine. Les 
fleuves, au contraire, sont des chemins qui ne gardent 
point de traces, et leurs rives laissent voir librement tout 

IS ce qu'une v^gdtation vigoureuse et abandonnde k elle- 
m^me peut offrir de grands et de curieux spectacles. 

Le desert ^tait Ik, tel quHl s'offrit il y a six mille ans* 
aux regards de nos premiers p^res : 

Une solitude fleurie, ddlicieuse, embaumde, magni- 

20 fique demeure, palais vivant, biti pour I'homme, mais oti 
le maitre n'avait pas encore p6n6tT6, Le canot glissait 
sans effort et sans bruit. II rdgnait autour de nous une 
s6r6nit6f une quidtude universelles. Nous-m^mes nous 
ne tardons pas k nous sentir comme amollis k la vue d'un 

25 pareil spectacle. Nos paroles commencent k devenir 
de plus en plus rares. Bientot nous n'exprimons nos 
pensdes qu'k voix basse, nous nous taisons enfin; et 
relevant simultandment les avirons, nous tombons Tun 
et I'autre dans une tranquille reverie pleine d'inex- 

30 primables charmes. 

D'oii vient que les langues humaines, qui trouvent des 
mots pour toutes les douleurs, rencontrent un invincible 



VOYAGE EN AMiRIQUE 75 

obstacle k faire comprendre les plus douces et les plus 
naturelles Amotions du cccur? 

Qui peindra jamais avec fid^litd ces moments si rares 
dans la vie, oh le bien-^tre physique vous prepare k la 
tranquillity morale, et oli il s'etablit devant vos yeux $ 
comme un ^quilibre parfait dans Punivers; alors que 
Time, k moiti^ endormie, se balance entre le present et 
Tavenir, entre le rdel et le possible ; quand, entour^ d'une 
belle nature, respirant un air tranquille et tibde, en paix 
avec lui-mdme au milieu d'une paix universelle, I'homme lo 
pr^te Toreille aux battements dgaux de ses artferes dont 
chaque pulsation marque le passage du temps qui, pour 
lui, semble ainsi s'^couler goutte k goutte dans Tfiternitd? 

Beaucoup d'hommes peut-^tre ont vu s'accumuler les 
ann^es d'une longue existence sans dprouver une seule 15 
fois rien de semblable k ce que nous venons de d^crire. 
Ceux-lk ne sauraient nous comprendre. Mais il en est 
plusieurs, nous en sommes assures, qui trouveront dans 
leur m^moire et au fond de leur cceur de quoi colorer nos 
images, et sentiront se rdveiller, en nous lisant, le sou- 20 
venir de quelques heures fugitives que ni le temps ni les 
soins positifs de la vie n'ont pu effacer. 

Un coup de fusil qui retentit tout k coup dans les bois 
nous tira de notre reverie. Le bruit sembla d'abord 
rouler avec fracas sur les deux rives du fleuve; puis il 25 
s'doigna en grondant jusqu'k ce qu*il f^t enti^rement 
perdu dans la profondeur des for^ts environnantes. On 
edt dit un long et formidable cri de guerre que poussait 
la civilization dans sa marche. 

Un soir, en Sicile, il nous arriva de nous perdre dans 30 
un vaste marais qui occupe maintenant la place oil jadis 
dtait bdtie la ville d'Him^re.* L'impression que fit nattre 



76 DE TOCQUEVILLE'S 

en nous la vue de cette fameuse cit^ devenue un desert 
sauvage fut grande et profonde. Jamais nous n'avions 
rencontrd sur nos pas un plus magnifique tdmoignage de 
rinstabilitd des choses humaines et des mis^res de notre 
5 nature. 

Ici c'^tait bien encore une solitude ; ^ mais Timagina- 
tion, au lieu d*aller en arribre et de chercher k remonter 
vers le pass^, s'dlangait, au contraire, en avant et se per- 
dait dans un immense avenir. Nous nous demandions par 

10 quelle singuli^re loi de la destinde, nous, qui avions pu 
contempler les mines d'empires qui n'existent plus et 
marcher dans des deserts de fabriqiie humaine, nous, 
enfants d'un vieux peuple, nous dtions conduits k assister 
k Tune des scenes du monde primitif, et k voir le berceau 

If encore vide d'une grande nation. 

Ce ne sont point Ik les provisions plus ou moins halsar- 
dOes de la sagesse. Ce sont des faits aussi certains que 
s'ils Otaient accomplis. Dans peu d'anndes ces fordts 
impOndtrables seront tombOes, le bruit de la civilisation 

20 et de Pindustrie rompra le silence de la Saginaw. Son 
Ocho se taira. Des quais emprisonneront ses rives; ses 
eaux qui coulent aujourd'hui ignorOes et tranquilles au 
milieu d'un desert sans nom seront refoulOes dans leur 
cours par la proue des vaisseaux. Cinquante lieues sO- 

25 parent encore cette solitude des grands Otablissements 
europdens; et nous sommes peut-etre les derniers voya- 
geurs auxquels il ait 6t6 donnO de la contempler dans sa 
primitive splendeur. Tant est grande Timpulsion qui 
entraine la race blanche vers la conqu^te* enti^re du 

30 Nouveau Monde. 

C'est cette idOe de destruction, cette arri^re-pensfe 
d'un changement prochain et inevitable, qui.donne, sui- 



VOYAGE EN AMIiRIQUE 77 

vant nous,^ aux solitudes de rAmdrique un caractfere si 
original et une si touchante beaut^. On les voit avec 
un plaisir mdlancolique. On se hite eaquelque sorte de 
les admirer. L'idee de cette grandeur naturelle et sau- 
vage qui va finir se m^le aux superbes images que la 5 
marche de la civilisation fait naitre. On se sent fier 
d'etre homme, et Ton dprouve en meme temps je ne sais 
quel amer regret du pouvoir que Dieu nous a accord^ sur 
la nature. L'ime est agitde par des iddes, des sentiments 
contraires. Mais toutes les impressions qu'elle re9oit lo 
sont grandes, et laissent une trace profonde. 

12. The Return to Detroit 

Nous voulions quitter Saginaw le lendemain 27 juillet, 
mais un de nos chevaux ayant 6t6 bless^ par sa selle, 
nous nous ddcidimes k rester un jour de plus. Faute 
d'autre manibre de passer le temps nous fClmes^ chasser 15 
dans les prairies qui bordent la Saginaw au-dessous des 
d^frichements. 

Ces prairies ne sont point mardcageuses comme on 
pourrait le croire. Ce sont des plaines plus ou moins 
larges oil le bois ne vient point, quoique la terre soit 20 
excellente ; Therbe y est dure et haute de trois k quatre 
pieds. Nous ne trouvimes que peu de gibier et revinmes 
de bonne heure. La chaleur dtait ^touffante comme k 
Tapproche d'un orage, et les moustiques plus g^nants 
encore que de coutume. Nous ne marchions qu'envi- 25 
rounds par une nu^e de ses insectes auxquels il fallait 
faire une guerre perpdtuelle. Malheur k celui qui s'ar- 
r^tait ! il se livrait alors sans defense k un ennemi impi- 
toyable. Je me rappelle avoir 6t6 con train t de charger 



78 DE tocqueville's 

mon fusil en courant, tant il ^tait difficile de tenir un in- 
stant en place. 

Comme nous traversions k notre retour la prairie, nous 
remarquimes que 'le Canadien qui nous servait de guide 
5 suivait un petit sentier trac^, et regardait avec le plus 
grand soin la terre avant d*y poser le pied. — Pourquoi 
done prenez-vous tant de precaution, lui dis-je, avez- 
vous peur de vous mouiller ? — Non, rdpondit-il, mais 
j'ai pris Phabitude, quand je traverse les prairies, de 

lo regarder toujours oh je mets le pied, afin de ne pas 
marcher sur un serpent k sonnettes.^ — Comment diable, 
repris-je en sautant dans le sentier, est-cequ'il y a ici des 
serpents k sonnettes ? — Oh ! vraiement oui, repliqua mon 
Normand d'Am^rique avec un imperturbable sang-froid, 

1$ y en a tout plein?' 

Je lui reprochai alors de ne nous avoir pas averti plus 
tot; il prdtendit que, comme nous portions de bonnes 
chaussures, et que le serpent k sonnettes ne mordait 
jamais au-dessus de la cheville du pied, il n'avait pas cm 

20 que nous courussions grand danger. 

Je lui demandai si la blessure du serpent k sonnettes 
dtait mortelle ; il rdpondit qu'on en mourrait toujours en 
moins de vingt-quatre heures, si on n'avait pas recoufs 
aux Indiens. Ceux-ci connaissent un remfede qui, donn^ 

25 k temps, sauvait, dit-il, le malade. 

Quoi qu'il en soit, pendant tout le reste du chemin 
nous imitlimes notre guide, et comme lui nous regar- 
ddmes k nos pieds. 

La nuit qui succ^da k ce jour briilant fut une des plus 

30 pdnibles que j'aie passdes dans ma vie. Les moustiques 
^taient devenus si incommodes que, bien qu'accabl^ de 
fatigue, il me fut impossible de fermer Toeil. 



VOYAGE EN AM^RIQUE 79 

Vers minuit, I'orage qui mena9ait depuis longtemps 
dclata enfin. Ne pouvant plus esp^rer de m'endormir, 
je me levai, et allai ouvrir la porte de notre cabane pour 
respirer au moins la fraicheur de la nuit. 

II ne pleuvait point encore. L'air paraissait calme. 5 
Mais la for^t s'^branlait d^jk; etil en sortait de profonds 
g^missements et de longues clameurs. De temps en 
temps un Eclair venait h. illuminer le ciel. Le cours tran- 
quille de la Saginaw, le petit ddfrichement qui horde ses 
rives, les toits de^cinq ou six cabanes et la ceinture de 10 
feuillage qui nous enveloppait, apparaissaient alors un 
instant comme une Evocation de Tavenir.^ Tout se per- 
dait ensuite dans Tobscurit^ la plus profonde, et la voix 
formidable du desert recommengait k se faire entendre. 

J'assistais avec Amotion k ce grand spectacle lorsque 15 
j'entendis soupirer k mes cot^s, et, k la lueur d'un dclair, 
j'aper^us un Indien appuyd comme moi sur le mur de 
notre demeure. L'orage venait sans doute d'interrompre 
son sommeil; car il promenait un ceil fixe et trouble sur 
les objets qui Tenvironnaient. 20 

Get homme craignait-il la foudre? ou voyait-il dans 
le choc des dements autre chose qu'une convulsion 
passag^re de la nature? Ces fugitives images de civili- 
sation qui surgissaient comme d*elles-memes au milieu 
du tumulte du ddsert, avaient-elles pour lui un sens pro- 25 
phdtique? Ces g^missements de la for^t, qui semblait 
se ddbattre dans une lutte indgale, arrivaient-ils h, son 
oreille comme un secret avertissement de Dieu, une 
solennelle r^v^lation du sort final r^serv^ aux races 
sauvages ? Je ne saurais le dire. Mais ses Ibvres agitdes 30 
paraissaient murmurer quelques pribres, et tons ses traits 
semblaient empreints d'une terreur superstitieuse. 



So DE TOCQUEVILLE'S 

A cinq heures du matin nous songeimes au depart. 
Tous les Indiens des environs de Saginaw dtaient ab- 
sents, lis ^taient partis pour aller recevoir les presents ^ 
que leur font annuellement les Anglais, et les Europdens 
5 se livraient aux travaux de la moisson. II fallut done 
nous r^soudre k repasser la for^t sans guide. 

L'entreprise n'dtait pas aussi difficile qu'on pourrait 
le croire. II n'y a en gdndral qu'un seul sentier dans ces 
vastes solitudes; et il ne s'agit que de n'en pas perdre 
10 la trace pour arriver au but du voyage. 

■ 

A cinq heures du matin done, nous repassimes la 
Saginaw. Nous regdmes les adieux et les derniers con- 
seils de nos botes, et, ayant tournd la t^te de nos chevaux, 
nous nous trouvimes seuls au milieu de la foret. 

15 Ce n'est pas, je Tavoue, sans une impression grave que 
nous commen9ames k pdndtrer sous ses humides profon- 
deurs. Cette m^me for^t qui nous environnait alors 
s'etendait derri^re nous jusqu*au pole et k la mer Paci- 
fique. Un seul point habits nous sdparait du ddsert 

20 sans bornes, et nous venions de le quitter. Ces pensdes, 
au reste, ne nous portent qu'k presser le pas de nos che- 
vaux; et, au bout de trois heures, nous arrivons prbs d'un 
wig-wam abandonn^, et sur les bords solitaires de la 
riviere Cass.^ Une pointe de gazon qui s*avan9ait sur 

25 le fleuve k Tombre de grands arbres nous sert de table ; 
et nous nous mettons k dejeuner, ayant en perspective 
la riviere dont les eaux limpides comme du cristal ser- 
pentaient k travers le bois. 

Au sortir du wig-wam de Cass-River, nous rencontrons 

30 plusieurs sentiers. On nous avait indiqu^ celui qu'il 
fallait prendre. Mais il est facile d'oublier quelques 
points, ou d'etre mal compris dans de pareilles explica- 



VOYAGE EN AM^RIQUE 8 1 

tions. C'est ce que nous ne manquimes pas d'^prouver 
ce jour-lk. On nous avait parld de deux chemins: il 
s'en trouvait trois. II est trfes vrai que parmi ces trois 
chemins il en dtait deux qui se rdunissaient plus loin en 
un seul, comme nous le siimes depuis ; mais nous Tigno- s 
rions alors, et notre embarras ^tait grand. 

Aprfes avoir bien examine, bien discut^, nous ne voyons 
rien de plus sage k faire que d'abandonner k nos chevaux, 
en leur laissant la bride sur le cou, la solution de la diffi- 
cult^. Nous passons ainsi le mieux que nous pouvons lo 
la riviere k gud, et nous nous enfongons rapidement vers 
le sud-ouest. Plus d'une fois le sentier nous parut pr^s 
de disparaitre au milieu du taillis. Dans d'autres en- 
droits, le chemin nous paraissait si peu fr^quent^ que 
nous avions peine h croire qu'il conduisit autre part qu'k 15 
quelque wig-wam abandonnd; notre boussole, il est vrai, 
nous montrait que nous marchions toujours dans notre 
direction; toutefois, nous ne fiimes compl^tement ras- 
surds qu'en d^couvrant le lieu oli nous avions din6 trois 
jours auparavant. 20 

Un pin gigantesque, dont nous avions admird le tronc 
ddchird par le vent, nous le fit reconnaitre. Nous n'en 
continu^mes pas cependant notre course avec moins de 
rapidite, car le soleil commengait k baisser. Bientot 
nous parvinmes h la clairiere qui pr^c^de d'ordinaire les 25 
d^frichements. Comme la nuit allait nous surprendre, 
nous aper9iimes la rivibre Flint; une demi-heure apr^s, 
nous nous trouvions k la porte de notre bote. Cette fois 
Tours nous accueillit comme de vieux amis, et ne se 
dressa sur ses pieds que pour c^lebrer sa joie de notre 30 
heureux retour. 

Durant cette journ^e tout entibre, nous ne rencon- 



82 DE TOCQUEVILLE*S 

trimes aucune figure humaine ; de leur cot^ les animaux 
avaient disparu. lis s'dtaient retires sans doute sous le 
feuillage pour fuir la chaleur du jour. Seulement de loin 
en loin nous ddcouvrions, k la sommitd ddpouillde de 
5 quelque arbre mort, un dpervier qui, immobile sur une 
seule patte et dormant tranquillement aux rayons du 
soleil, semblait sculpt^ dans le bois m^me dont il avait 
fait son appui. 

C'est au milieu de cette profonde solitude que nous 

lo songeimes tout k coup k la revolutions de 1830, dont nous 
venions d'atteindre le premier anniversaire (29 juillet 
1 831). Je ne puis dire avec quelle impetuosity les 
souvenirs du 29 juillet s'emparferent de mon esprit. 
Les cris et la fumde du combat, le bruit du canon, les 

15 roulements de la mousqueterie, les tintements plus hor- 
ribles encore du tocsin, ce jour entier avec son atmos- 
phere enflammee semblait sortir tout k coup du pass^ et 
se replacer comme un tableau vivant devant moi. Ce 
ne fut \k qu'une illumination subite, un r^ve passager; 

20 quand, relevant la t^te, je portai autour de moi mes re- 
gards, Tapparition s'dtait ddjk dvanouie. Mais jamais 
le silence de la foret ne m'avait paru plus glac^, ses om- 
brages plus sombres, ni sa solitude si complete. 

13. An Outpost of Civilization^ 

Nous avons remontd rapidement le lac Saint-Clair et 
25 la riviere du m^me nom, et apr^s avoir ^t^ arret^s un 
jour k I'entr^e du lac Huron par les vents contraires et 
le manque de bois, nous sommes entr^s enfin dans cet 
immense lac, qui ressemble en tout k la mer, sinon que 
ses eaux sont d'une limpidity merveilleuse et laissent voir 



VOYAGE EN AM^RIQUE 83 

les objets k trente pieds de leur surface. Nous marchames 
deux jours et une nuit sur le lac Huron, faisant nos trois 
lieues k Pheure et ne pouvant en trouver la fin. Le matin 
du troisifeme jour nous ddcouvrimes pour la premiere 
fois un lieu habits par les blancs. C'est le Saut-Sainte- 5 
Marie, ^ situd sur la riviere du m^me nom, qui joint le 
lac Supdrieur au lac Huron. Lk nous jetimes Pancre et 
descendimes k terre. L'immense ^tendue de cotes que 
nous venions de parcourir ne prdsente pas de points de 
vue remarquables. Ce sont des plaines couvertes de 10 
for^ts. L'ensemble, cependant, produit une impression 
profonde et durable. Ce lac sans voiles, cette cote qui 
ne porte encore aucun vestige du passage de Thomme, 
cette dternelle for^t qui la borde: tout cela, je vous as- 
sure, n'est pas seulement grand en po^sie. C'est le plus 15 
extraordinaire spectacle que j'aie vu dans ma vie. Ces 
lieux, qui ne forment encore qu'un immense ddsert, de- 
viendront un des pays les plus riches et les plus puissants 
du monde. On pent Taffirmer sans 6tre proph^te. La 
nature a tout fait ici ; une terre fertile, des ddbouch^s^ 20 
comme il n'y en a pas d'autres dans le monde. Rien ne 
manque que Phomme civilisd: et il est k la porte. 

Je reviens au Saut-Sainte-Marie. En cet endroit, la 
riviere n'est plus navigable. Notre vaisseau s'arr^ta: 
mais non pas nous. Les Indiens ont appris aux Euro- 2$ 
p^ens k faire des canots d'^corce, que deux hommes 
portent sur leurs ^paules. Je rapporte un peu de Tdcorce 
avec laquelle ces embarcations sont faites. Vous pen- 
serez comme moi que celui qui le premier s'est embarqu^ 
Ik-dedans dtait un hardi compare. Les sauvages font un 30 
canot de cette espbce en cinq jours de temps. C'est 
une chose effrayante k voir qu'une pareille coquille de 



84 DE TOCQUEVILLE'S 

noix lanc^e au milieu des rdcifs de la riviere Sainte-Marie 
et descendant les Rapides^ avec la vitesse d'une flbche. 
Le fait est cependant qu'il n'y a aucun danger, et je m'y 
suis trouv^ plus d'une fois dejk avec des dames, sans que 
5 personne tdmoignit la moindre crainte. Dans la circon- 
stance actuelle on mit les canots sur le dos des bateliers, 
et ayant gagn^ le dessus des Rapides, nous lan^imes nos 
embarcations et nous nous couchames au fond. Toute 
la population de Sainte-Marie est frangaise. Ce sont de 

ro vieux Fran9ais gais et en train comme leurs pbres et 
comme nous* ne le sommes plus. Tout en conduisant 
nos canots, ils nous chantaient de vieux airs qui sont 
presque oubli^s maintenant chez nous. Nous avons re- 
trouvd ici le Frangais d'il y a un si^cle, conserve comme 

IS une momie pour Tinstruction de la gdndration actuelje.* 

14. Niagara^ 

Nous ne sommes restds qu'une heure k Buffalo et nous 
nous sommes aussitot dirigds vers Niagara. A deux 
lieues, le bruit de la chute ressemblait ddjk k un orage. 
Niagara en indien veut dire Tonnerre des eaux. On ne 

20 pouvait trouver une expression plus magnifique ni plus 
juste. Les langues indiennes sont pleines de ces sortes 
d'images, et bien autrement podtiques que les notres. 
Mais pour en revenir au Niagara,* nous avancions done 
au bruit, sans pouvoir concevoir que nous fussions si 

2$ prbs de la chute. 

Rien, en effet, ne Tannonce aux yeux. Un grand 
fleuve (qui n'est autre chose que Tdcoulement du lac 
firid) coule lentement au milieu d*une plaine. On n'ap- 
per9oit k Thorizon ni rocher, ni montagne. II en est 



VOYAGE EN AM^RIQUE 85 

ainsi jusqu'k Tendroit m^me de la cataracte. II faisait 
nuit close lorsque nous y sommes arrives; et nous avons 
remis au lendemain notre premibre visite. 

Le lendemain matin, i8 aoiit, nous nous y sommes 
'rendus par le plus admirable temps du monde. . . $ 

Je ferais ndcessairement ^m pathos^ ma ch^re maman, 
si j'entreprenais la description du spectacle que nous 
eiimes alors sous les yeux. La chute du Niagara est, k 
mon avis, supdrieure k tout ce qu'on en a dit et ^crit en 
Europe, ainsi qu'k toutes les idees que imagination s'en lo 
forme d'avance. Le fieuve se divise en deux lorsqu'il 
arrive prfes du gouffre qui est ouvert devant lui et forme 
deux chutes qui se trouvent s^pardes par une petite ile. 
La plus large forme un fer k cheval qui a un quart de 
lieue de ddveloppement, c'est-k-dire plus de deux fois la 15 
largeur de la Seine. Le fieuve, arrivd Ik, se pr^cipite 
d'un seul jet^ k 149 pieds de profondeur. La vapeur qui 
s'en <^lbve ressemble k un nuage, sur lequel repose un 
immense arc-en-ciel. On parvient trfes facilement jusqu'k 
une pointe de rocher presque entibrement environn^e 20 
d'eau, et qui s'avance sur le gouffre. Rien n'^gale la 
sublimit^ du coup d'ceil dont on jouit en cet endroit, 
surtout la nuit (comme nous Tavons vu), lorsqu'on 
n'aper^oit plus le fond de I'abime, et que la lune jette un 
arc-en-ciel sur le nuage. Je n'avais jamais vu d'arc-en-ciel 25 
nocturne. II a la m^me forme que celui du jour, mais 
est parfaitement blanc. Je Tai vu passant d'un bord k 
Pautre, par-dessus le gouffre. Une entreprise qu'on croi- 
rait difficile au premier abord et dont cependant Texdcu- 
tion est ais^e, c'est de pe'n^trer environ cent pas sous la 30 
nappe d'eau. Parvenu Ik, une saillie du rocher' emp^che 
d'aller plus loin. II r^gne en cet endroit une obscurity 



86 DE tocqueville's 

profonde et terrible, qui, par moment, vient k s'dclaircir; 
et alors on apergoit le fleuve tout entier qui semble des- 
cendre sur votre t^te. II est difficile de rendre Tim- 
pression produite par ce rayon de lumi^re, lorsque, apr^s 
S vous avoir laissd entrevoir, pour un instant, le vaste 
chaos qui vous environne, il vous abandonne de nouveau 
au milieu des t^n^bres et du fracas de la cataracte. 
Nous sommes rest^s un jour franc k Niagara. Hier 
nous nous sommes embarquds sur le lac Ontario. . . 

15. Down the Valley of the St. Lawrence* 

10 Nous venons de faire une immense toum^e dans Touest 
et le nord de TAm^rique. La dernibre quinzaine a 6t6 
consacrde h, visiter le Canada. Lors de ma pr^c^dente 
lettre, je ne croyais pas faire ce voyage. Le manque 
de nouvelles politiques nous ^tait devenu si insuppor- 

15 table, que nous comptions gagner Albany en droiture." 
Heureusement nous avons appris en route des nouvelles 
de France, et nous avons cm pouvoir disposer encore 
de huit jours pour descendre le Saint-Laurent. Nous 
nous fdlicitons beaucoup maintenant d'avoir entrepris ce 

20 voyage. Le pays que nous venons de parcourir est, par 
lui-mSme, trhs pittoresque. Le Saint-Laurent est le plus 
vaste fleuve qui existe au monde. A Quebec* il est d^jk 
trhs large: un peu plus bas, il a sept lieues d'un bord k 
Pautre, et il conserve la mdme largeur pendant cinquante 

25 lieues encore. II prend^ alors quinze, vingt, trente lieues, 
et se perd enfin dans POcdan. C'est comme qui* dirait 
la Manche roulant dans Tintdrieur des terres. Get im- 
mense volume d'eau n'a rien du reste qui surprenne, 
lorsqu'on songe que le Saint-Laurent sert seul d'dcoule- 



VOYAGE EN AM^RIQUE 87 

ment h, tous les grands lacs, depuis le Sup^rieur jusqu'au 
lac Ontario. lis se tiennent tous^ comme une grappe 
de raisin, et aboutissent enfin k la valine du Canada. 

Mais ce qui nous a intdressds le plus vivement au 
Canada, ce sont ses habitants. Je mMtonne que ce pays $ 
soit si inconnu en France. II n'y a pas six mois,* je 
croyais, comme tout le monde, que le Canada dtait de- 
venu complbtement anglais. J'en ^tais toujours reste au 
relevd de 1763, qui n'en portait la population fran9aise 
qu'k 60,000 personnes. Mais depuis ce temps, le mouve- 10 
ment d'accroissement a 6t6 \k aussi rapide qu'aux fitats- 
Unis, et aujourd'hui il y a dans la seule province du 
Bas-Canada' 600,000 descendants de Frangais. Je vous 
r^ponds qu'on ne peut leur con tester leur origine. lis 
sont aussi Fran9ais que vous et moi. lis nous ressemblent 15 
m6me bien plus que les Americains des £tats-Unis ne 
ressemblent aux Anglais. Je ne puis vous exprimer quel 
plaisir nous avons dprouvd h. nous retrouver au milieu de 
cette population. Nous nous sentions comme chez nous, 
et partout on nous recevait comme des compatriotes, en- 20 
fants de la vieille France^ comme ils Tappellent. A mon 
avis, r^pithbte est mal choisie. La vieille France est au 
Canada; la nouvelle est chez nous. Nous avons retrouvd 
1^ surtout dans les villages doignds des villes, les ancien- 
nes habitudes, les anciennes moeurs frangaises. Autour 25 
d'une dglise, surmontee du coq et de la croix fleurdelis^e,* 
se trouvent groupies les maisons du village: car le pro- 
pridtaire canadien n'aime point \ s'isoler sur sa terre 
comme PAnglais ou TAm^ricain des £tats-Unis. Ces 
maisons sont bien bities, solides au dehors, propres et 30 
soigndes au dedans. Le paysan est riche et ne paye pas 
un denier d'impot. Lk se rdunit quatre fois par jour. 



88 DE tocqueville's • 

autour d'une table ronde, une f amille compos^e de parents 
vigoureux et d*enfants gros et rdjouis. On chante aprbs 
souper quelque vieille chanson frangaise, ou bien on 
raconte quelque vieille prouesse des premiers Fran^ais du 

5 Canada; quelques grands coups d*6p6e donnds du temps 
de Montcalm^ et des guerres avec les Anglais. Le di- 
manche on joue, on danse apr^s les offices.^ Le curd 
lui-meme prend part h, la joie commune tant qu'elle ne 
d6g6nhTe pas en licence. II est Toracle du lieu, I'ami, le 

lo conseil de la population. Loin d'etre accusd ici d'etre 
le partisan du pouvoir, les Anglais le traitent de dema- 
gogue,^ Le fait est qu'il est le premier k rdsister k Top- 
pression, et le peuple voit en lui son plus constant appui. 
Aussi les Canadiens sont-ils religieux par principe et par 

15 passion politique. Le clergd forme Ik la haute classe, 
non parce que les lois, mais parce que Popinion et les 
mceurs le placent k la t^te de la socidtd. J'ai vu plusieurs 
de ces eccldsiastiques : et je suis restd convaincu que ce 
sont, en effet, les gens les plus distingues du pays. lis 

20 ressemblent beaucoup k nos vieux curds frangais. Ce 
sont, en general, des hommes gais, aimables et bien 
dlevds. 

Ne serait-on pas vraiment tentd de croire que le carac- 
thie national d'un peuple depend plus du sang dont il 

25 est sorti que des institutions politiques ou de la nature 
du pays ? Voilk des FrauQais m^lds depuis quatre-vingts 
ans k une population anglaise ; soumis aux lois de I'Angle- 
terre, plus sdpards de la m^re patrie que s'ils habitaient 
aux antipodes. Eh bien! Ce sont encore des Fran9ais* 

30 trait pour trait; non pas seulement les vieux, mais tous, 
jusqu'au bambin qui fait tourner sa toupie. Comme 
nous, ils sont vifs, alertes, intelligents, railleurs, emportds, 



VOYAGE EN AMIiRIQUE 89 

grands parleurs^ et fort difficiles h. conduire quand leurs 
passions sont allum^es. lis sont guerriers par excellence 
et aiment le bruit plus que Targent. A'cot^, et n^s 
comme eux dans le pays, se trouvent des Anglais fleg- 
matiques et logiciens comme aux bords de la Tamise; 5 
hommes k- prdc^dents,^ qui veulent qu'on dtablisse la 
majeure avant de songer k passer \ la mineure; gens 
sages qui pensent que la guerre est le plus grand fl^au 
de la race humaine, mais qui la feraient cependant aussi 
bien que d'autres,* parce qu'ils ont calculi qu*il y a des 10 
choses plus difficiles k supporter que la mort. 

16. What France Lost in America^ 

Pittsburg* est Tancien fort Duquesne des Fran9ais, 
Pune des causes de la guerre de 1745.* Les Frangais 
ont donne, en Am^rique, la preuve d'un gdnie extraordi- 
naire dans la manibre dont ils avaient dispose leurs postes 15 
militaires. Alors que I'int^rieur du continent de TAm^- 
rique septentrionale dtait encore entiferement inconnu aux 
Europdens, les Fran^ais ont ^tabli, au milieu des deserts, 
depuis le Canada jusqu'k la Louisiane, une suite de petits 
forts qui, depuis que le pays est parfaitement explore,'' 20 
ont €x€ reconnus pour les meilleurs emplacements qu'on 
pdt destiner k la fondation des villes les plus florissantes 
et les situations les plus heureuses pour attirer le com- 
merce et commander la navigation des fleuves. Ici, 
comme en bien d'autres circonstances, nous avons tra- 25 
vaill^ pour les Anglais, et ceux-ci ont profit^ d*un vaste 
plan qu'ils n'avaient pas congu. Si nous avions reussi, 
les colonies anglaises dtaient envelopp^es® par un arc 
immense, dont Quebec et.la Nouvelle-Orl^ans formaient 



90 DE tocqueville's 

les deux extr^mitds. Presses sur leurs derri^res par les 
Frangais et leurs allies les Indiens, les Am^ricains des 
£tats-Unis ne se seraient pas r^voltds centre la mfere- 
patrie. lis le reconnaissent tous. II n'y aurait pas eu 
5 de revolution d'Amdrique, peut-^tre pas de revolution 
frangaise, du moins dans les conditions oU elle s'est 
accomplie. 

Les Fran^ais d'Am^rique avaient en eux tout ce qu'il 
fallait pour faire un grand peuple. lis forment encore 

10 le plus beau rejeton de la famille europ^enne dans le 
nouveau monde. Mais, accabMs par le nombre, ils de- 
vaient finir par succomber. Leur abandon est une des 
plus grandes ignominies de Tignominieux rfegne de 

. Louis XV.^ 

15 Je viens de voir dans le Canada un million de Fran- 
9ais braves, intelligents, faits pour former un jour une 
grande nation fran^aise en Am^rique, qui vivent en 
quelque sorte en Strangers ^ dans leur pays. Le peuple 
conqu^rant tient le commerce, les emplois, la richesse, 

20 le pouvoir. II forme les hautes classes et domine la 
society enti^re. Le peuple conquis, partout oil il n'a 
pas rimmense superiority numdrique, perd peu k peu 
ses mceurs, sa langue, son caractbre national. 

Aujourd'hui le sort en est jete, toute TAm^rique du 

25 Nord parlera anglais. Mais n'es-tu pas frapp^ de Tim- 
possibilite oil sont les hommes de sentir la port^e* qu'aura 
un evdnement present dans Tavenir, et le danger dans 
lequel ils sont toujours de s'affliger ou de se r^jouir 
sans discernement .? Lorsque la bataille des plaines 

30 d' Abraham, la mort de Montcalm et le honteux traitd* 
de 1763, mirent TAngleterre en possession du Canada 
et d'un pays plus grand que T Europe enti^re, et qui au- 



VOYAGE EN AM^RIQUE 9 1 

paravant appartenait h, la France, les Anglais se livr^rent 
k une joie presque extravagante. La nation, ni^ ses plus 
grands hommes, ne se doutaient gu^re alors que, par 
Teffet de cette conqu^te, les colonies n'ayant plus besoin 
de Tappui de la m^re patrie, commenceraient k aspirer 5 
k I'ind^pendance : que, vingt ans aprbs, cette inddpen- 
dance serait sign^e, I'Angleterre entrainde dans une 
guerre ddsastreuse qui donnerait un dnorme accroisse- 
ment k sa dette; et que de cette mani^re se cr^erait sur 
le continent de I'Am^rique une immense nation, son 10 
ennemie naturelle tout en parlant^ sa langue, et qui est 
certainement appel^e h. lui enlever Tempire de la mer. 

17. A Settler of Kentucky* 

Cette partie des fitats-Unis n'est peupl^e que par une 
seule espfece d'hommes, les Virginiens.* lis ont conserve 
une configuration physique et morale qui leur est propre; 15 
ils forment un peuple k part, qui a ses prdjugds nationaux 
et son caract^re distinctif. Nous avons eu, pour la pre- 
miere fois, I'occasion d'examiner \k I'effet que produit 
Pesclavage sur la socidt^. Sur la rive droite de TOhio, 
tout est activity, industrie; le travail est en honneur; il 20 
n'y a pas d'esclaves. Passez sur la rive gauche, la sc^ne 
change si subitement que vous vous croyez de Tautre 
c5t^ du monde, Tesprit d*entreprise cesse tout k coup. 
Lk, le travail n'est pas seulement une peine: c'est une 
honte, et on se degrade en s*y soumettant. Monter k 25 
cheval, chasser, fumer comme un Turc aux rayons du 
soleil, voilk la destinde d'un blanc: se livrer k tout autre 
travail manuel, c'est agir en esclave. Les blancs, au sud 
de I'Ohio, forment une veritable aristocratic qui, comme 



92 DE TOCQUEVILLE'S 

les autres, k beaucoup de prdjug^s joint des sentiments 
et des instincts 6ley6s. On dit, et je suis trhs port^ h. le 
croire, que ces hommes-ci ont, en mati^re d'honneur, des 
recherches et des ddlicatesses^ inconnues dans le Nord. 
5 lis sont francs, hospitallers et mettent beaucoup de choses 
avant Targent. lis finiront cependant par ^tre domin^s 
par le Nord. Chaque jour celui-ci s'enrichit et se peuple, 
tandis que le Sud est stationnaire ou s'appauvrit. La 
population du Kentucky et du Tennessee est dispers^e 

10 dans de vastes for^ts et dans des valines profondes. C'est 
Ih. qu'apr^s une longue journde nous ddcouvrimes, le soir, 
une cabane en bois dont tous les cotds mal joints lais- 
saient apercevoir un grand feu qui petillait k Tintdrieur. 
Nous frappons: deux grands coquins de chiens,^ hauts 

IS comme des ines, se presentent d'abord k la porte: leur 
maitre les suit de prfes, nous secoue rudement la main et 
nous invite h. entrer. Une chemin^e large comme la 
moiti^ de I'appartement et dans laquelle brdlait un arbre 
tout entier, un lit, quelques chaises, une carabine longue 

20 de six pieds, contre les parois de Tappartement quelques 
fourniments de chasseur que le vent faisait danser k son 
aise, complfetent le tableau. Aupr^s du feu ^tait assise 
la maitresse du logis, avec Tair tranquille et modeste qui 
distingue les femmes amdricaines, tandis que quatre ou 

25 cinq gros enfants se roulaient sur le plancher, aussi l^gfere- 
ment v^tus qu*au mpis de juillet Sous le manteau de la 
chemin^e, deux ou trois n^gres accroupis semblaient en- 
core trouver qu'il faisait moins chaud Ih. qu'en Afrique. 
Au milieu de cet ensemble de mis^re,® mon gentilhomme 

30 ne faisait pas les honneurs de chez lui avec moins 
d'aisance et de courtoisie. Ce n'est pas qu'il se donnat 
lui-meme aucun mouvement; mais les pauvres noirs 



VOYAGE EN AM^RIQUE 93 

s'apercevant bientot qu'il dtait entrd un Stranger dans 
la maison, Tun par les ordres du maitre nous prdsentait 
un verre de wiskey; un autre, un giteau de ma'is ou un 
plat de venaison; on envoyait un troisi^me chercher du 
bois. La premiere fois que je vis donner cet ordre, je 5 
crus qu'il s'agissait d'aller k la cave ou au b^cher; mais 
les coups de hache que j'entendis retentir dans le bois 
m'apprirent bientot qu'on coupait Parbre dont nous 
avions besoin; c'est ainsi qu'on procfede toujours. Pen- 
dant que les esclaves ^taient ainsi occup^s, le maitre, 10 
tranquillement assis devant un feu qui aurait roti un 
boeuf jusqu'k la moelle des os, s'enveloppait majestueuse- 
ment d'un nuage de fumde, et entre chaque bouffde 
racontait h, ses botes, pour leur rendre le temps moins 
long, tous les hauts faits^ que sa mdmoire de chasseur 15 
pouvait lui fournir. 

18. The Migration of a Tribe ^ 

Enfin, un beau jour, on aper9ut une petite fumde sur 
le Mississipi, aux bornes de Phorizon ; le nuage s'est rap- 
prochd peu k peu, et il en est sorti, non pas un gdant ni 
un nain comme dans les contes des f^es, mais un gros 20 
bateau k vapeur, venant de la Nouvelle-Orldans,' et qui, 
aprfes avoir parade pendant un quart d'heure devant 
nous> comme pour nous laisser dans Pincertitude sur le 
point de savoir s*il s'arreterait ou continuerait sa route; 
apr^s avoir souffld comme une baleine, se? dirigea enfin 25 
vers nous, brisa la glace avec sa grosse charpente et 
s'accrocha au rivage. Toute la population de notre uni- 
vers se rendit sur le bord du fleuve, qui, comme vous 
savez, formait alors Tune des extremes fronti^res de 



94 DE tocqueville's 

notre empire. La cit^ de Memphis^ tout enti^re fut en 
emoi ; on ne sonna pas les cloches parce qu'il n'y a pas 
de cloches, mais on cria hourrah ! et les nouveaux-venus 
descendirent sur la grhve en mani^re de Christophes 
5 Colombs. Nous n'^tions pas sauv^s encore, cependant ; 
la destination du bateau ^tait de remonter le Mississipi 
jusqu'k Louisville, et notre affaire, k nous, ^tait d'aller k 
la Nouvelle-Orl^ans. Nous avions heureusement une 
quinzaine de compagnons d'infortune qui ne d^siraient 

10 pas plus que nous de prendre leur quartier d'hiver k 
Memphis. On fit done une poussie g^nerale* sur le ca- 
pitaine. Qu'allait-il faire au haut du Mississipi? II 
allait infailliblement se trouver arr^t^ par les glaces. 
Le Tennessee, le Missouri, TOhio dtaient pris. II n'y 

15 avait pas un de nous qui n'afiirmdt s'en ^tre assure par 
ses propres yeux. II serait infailliblement arr^t^, en- 
dommag^, bris^ peut-^tre par les glaces. Pour nous, 
nous ne parlions que dans son int^r^t. Cela va sans 
dire: dans son int^r^t bien entendu. . . L'amour du pro-' 

20 chain* donne tant de chaleur aux discours, qu'enfin nous 
commengimes k dbranler notre homme. J'ai cependant 
la conviction qu'il ne serait pas retourn^ sur ses p>as, sans 
un dv^nement heureux, auquel nous devons de n'^tre pas 
devenus citoyens de Memphis. Comme on parlementait 

25 ainsi sur le rivage, on entendit une musique infernale 
retentir dans la for^t; c'^tait un bruit de tambour, de 
hennissements de chevaux, d'aboiements de chiens. On 
vit enfin paraitre une grande troupe d'Indiens, vieillards, 
femmes, enfants, bagages, le tout conduit par un Euro- 

30 p^en et se dirigeant vers la capitale de notre triangle.* 
Ces Indiens^taient des Chactas (ou Tchactaws), suivant 
la prononciation indienne; k propos de cela, je vous 



VOYAGE EN AM£rIQUE 95 

dirai que M. de Chateaubriand^ a fait un peu comme le 
singe ^ de la Fontaine; il n'a pas pris le nom d*un port 
pour un nom d'homme: mais it a donn^ h. un homme' 
le nom d'une puissante nation du sud de TAmdrique. 
Quoi qu'il en soit, vous voulez sans doute savoir pour- 5 
quoi ces Indiens ^taient arrives Ik, et en quoi ils pou- 
vaient nous servir; patience, je vous prie, aujourd'hui 
que j'ai du temps et du papier, je ne veux point me 
presser. Vous saurez done que les Am^ricains des 
fitats-Unis, gens raisonneurs et sans pr^jug^s, de plus, 10 
grands philanthropes, se sont imagines, comme les 
Espagnols, que Dieu leur avait donn^ le nouveau monde 
et ses habitants en pleine propri^t^. 

lis ont ddcouvert, en outre, que, comme il dtait prouv^ 
(dcoutez bien ceci) qu'un mille carr^ pouvait nourrir 15 
dix fois plus d'hommes civilises que d'hommes sauvages, 
la raison indiquait que partout oh les hommes civilises 
pouvaient s'^tablir, il fallait que les sauvages c^dassent 
la place. Voyez la belle chose que la logique.* Cons^- 
quemment, lorsque les Indiens commencent k se trouver 20 
un peu trop pihs de leurs fr^res les blancs, le president 
des £tats-Unis leur envoie un messager, lequel leur re- 
prdsente que dans leur int^r^t, bien entendu, il serait 
bon de reculer un tant soit peu vers TOuest. Les terres 
qu'ils habitent depuis des sifecles leur appartiennent, sans 25 
doute: personne ne leur refuse ce droit incontestable; 
mais ces terres, apr^s tout, ce sont des deserts incultes, 
des bois, des marais, pauvre propridtd vraiment. De 
I'autre cot^ du Mississipi, au contraire, se trouvent de 
magnifiques contr^es, oh le gibier n'a jamais 6t6 trouble 30 
par le bruit de la hache du. pionnier; oh les Europ^ens 
ne parviendront jamais. lis en sont se'par^s par plus 



96 DE TOCQUEVILLE'S 

de cent lieues. Ajoutez k cela des presents d'un prix 
inestimable, pr^ts k payer leur complaisance: des barri- 
ques d'eau-de-vie, des colliers de verre, des pendants 
d'oreilles et des miroirs; le tout appuyd de I'insinuation 

5 que s'ils refusent, on se verra peut-^tre contraint de les 
y forcer. Que faire? Les pauvres Indiens prennent 
leurs vieux parents dans leurs bras ; les femmes cjiargent 
leurs enf ants sur leurs ^paules ; la nation se met enfin en 
marche, emportant avec elle ses plus grandes richesses. 

10 Elle abandonne pour toujours le sol sur lequel, depuis 
mille ans peut-etre, ont vdcu ses p^res, pour aller s'dta- 
blir dans un desert 011 les blancs ne la laisseront pas dix 
ans en paix. Remarquez-vous les rdsultats d'une haute 
civilisation? Les Espagnols, en vrais brutaux, lichent 

1$ leurs chiens sur les Indiens comme sur des b^tes feroces; 
ils tuent, br^ent, massacrent, pillent le nouveau monde 
comme une ville prise d*assaut, sans pitid comme sans 
discernement. Mais on ne pent pas tout d^truire ; la 
fureur a un terme. Le reste des populations indiennes 

20 finit par se m^ler h. ses vainqueurs, k prendre leurs 
mceurs, leur religion; elle^ rbgne aujourd'hui dans plu- 
sieurs provinces sur ceux qui Pont conquise jadis. Les 
Amdricains des fitats-Unis, plus humains, plus mod^r^s, 
plus respectueux du droit et de la l^galit^, jamais san- 

25 guinaires, sont plus profond^ment destructeurs et il est 
impossible de douter qu'avant cent ans il ne restera pas 
dans TAmdrique du Nord, non pas une seule nation, mais 
un seul homme appartenant h. la plus remarquable des 
races indiennes^. . . 

30 Mais je ne sais plus du tout ou j'en suis de mon his- 
toire.' II s*agissait, je crois, des Chactas. Les Chactas* 
formaient une nation puissante qui habitait la frontibre 



VOYAGE EN AM^RIQUE 97 

de I'fetat d'Alabama et celle de la Georgia. Aprfes de 
longues n^gociations on est enfin parvenu, cette ann^e, 
k leur persuader de quitter leur pays et d'^migrer sur la 
rive droite du Mississipi. Six k sept mille Indiens ont 
d6]h, pass^ le grand fleuve; ceux qui arrivaient k Mem- 5 
phis, y venaient dans le dessein de suivre leurs compa- 
triotes. L 'agent du gouvernement am^ricain qui les 
accompagnait et ^tait charg^ de payer leur passage, 
sachant qu'un bateau k vapeur venait d'arriver, accourut 
au rivage. Le prix qu'il offrit pour transporter les In- 10 
diens soixante lieues^ plus has, acheva de fixer I'esprit 
dbranl^ du capitaine ; on donna le signal du depart. La 
proue fut tournde du cotd du sud et nous montimes gaie- 
ment I'^chelle que redescendaient tristement de pauvres > 
passagers qui, au lieu d'aller k Louisville, se voyaient 15 
forces d'attendre le d^gel k Memphis. Ainsi va le monde. 
Mais nous n'^tions pas encore partis; il s'agissait 
d'embarquer notre tribu exil^e, ses chevaux et ses chiens. 
Ici commenga une scfene qui, en v^ritd, avait quelque 
chose de lamentable. Les Indiens s'avancbrent d'un air 20 
morne vers le rivage; on fit d'abord passer les chevaux, 
dont plusieurs, peu accoutum^s aux formes de la vie 
civilisee, prirent peur et s'elancbrent dans le Mississipi, 
d'oii on ne put les retirer qu'avec peine. Puis vinrent 
les hommes, qui, suivant la coutume ordinaire, ne por- 25 
taient rien que leurs armes; puis les femmes, portant 
leurs enfants attaches sur leur dos ou entortillds dans les 
couvertures qui les couvraient; elles etaient, en outre, 
surcharg^es de fardeaux qui contenaient toute leur ri- 
chesse. On conduisit enfin les vieillards. II se trouvait 30 
Ik une femme kg6e de cent dix ans. Je n'ai jamais vu 
plus eff rayante figure. EUe dtait nue, k Texception d'une 



98 DE TOCQUEVILLE'S 

couverture qui laissait voir, en mille endroits, le corps le 
plus ddcharn^ dont on puisse se faire id^e. Elle dtait 
escort^e de deux ou trois generations de petits-enfants. 
Quitter son pays k cet ige pour aller chercher fortune 
5 sur une terre ^trang^re, quelle mis^re! II y avait, au 
milieu des vieillards, une jeune fille qui s'^tait cass^ le 
bras huit jours auparavant ; faute de soins, le bras avait 
geie au-dessoys de la fracture. II fallait cependant qu'elle 
suivit la marche commune. Quand tout fut pass^, les 

10 chiens s'approch^rent du rivage; mais ils refus^rent 
d'entrer dans le bateau et se mirent k pousser des hurle- 
ments affreux. II fallut que leurs mattres les amenassent 
de force. 

II y avait, dans Tensemble de ce spectacle, un air de 

15 mine et de destruction, quelque chose qui sentait un 
adieu final et sans retour; on ne pouvait y assister sans 
avoir le cceur serrd; les Indiens ^taient tranquilles, mais 
sombres et taciturnes. II y en avait un qui savait I'an- 
glais et auquel je demandai pourquoi les Chactas quit- 

20 taient leur pays. — Pour ^tre libres, me rdpondit-il. — Je 
ne pus jamais en tirer autre chose. Nous les d^poserons 
demain dans les solitudes de ^Arkansas. II faut avouer 
que c'est un singulier hasard, que celui qui^ nous a fait 
arriver k Memphis pour assister k I'expulsion, on pent 

25 dire k la dissolution, de Tune des plus c^lbbres et plus 
anciennes nations amdricaines. 

19. Washington in 1832^ 

Nous sommes ici depuis huit jours: nous y resterons 
jusqu'au 6 f^vrier; le sdjour que nous y faisons est 
utile et agrdable. Washington contient en ce moment 



VOYAGE EN AMiRIQUE 99 

les hommes les plus saillants de toute TUnion,^ II ne 
s'agit plus, pour nous, d'obtenir d'eux des notions sur des 
choses que nous ne connaissons pas: mais nous repas- 
sons, dans leurs conversations, tout ce que nous savions 
d6]k k peu prhs. Nous fixons des points douteux. C'est 5 
une espbce de contre-enquete qui est tr^s utile. Nous 
sommes toujours traitds avec beaucoup d'^gards et de 
distinction. Hier, le ministre de France nous a prd- 
sent^s au President,* que nous avons appele monsieur 
tout k notre aise et qui nous a secoud la main comme k 10 
ses compares. II en fait exactement autant pour tout 
le monde. . . 

Si I'on veut avoir une idee de la puissance que pos- 
s^dent les hommes pour calculer les ^vdnements k venir, 
il faut visiter Washington.* II y a quarante ans, quand 15 
il s'est agi de bitir une capitale pour I'Union, on a cher- 
chd, comme de raison, Templacement le plus favorable. 
Sur les bords du Potomack, se trouvait une verte plaine, 
dont on fit choix. La large et profonde riviere, qui se 
trouvait k Textr^mit^, devait amener dans la nouvelle 20 
citd les productions de T Europe; les fertiles districts qui 
se trouvaient en arribre, approvisionneraient le marchd 
et Tenvironneraient d'une population nombreuse. Wash- 
ington devait se trouver, en vingt ans, k la t^te du com- 
merce intdrieur et ext^rieur de TUnion. On lui pro- 25 
mettait un million d'habitants qui devaient arriver sous 
peu. En consequence on commen9a des Edifices publics 
qui pussent rdpondre k une si vaste population ; on tra9a 
des rues d'une largeur dnorme ; on se hita surtout d'a- 
battre, k perte de vue, les arbres qui auraient pu gener 30 
la construction des maisons. Tout cela n'^tait en grand 
que Phistoire du pot au lait:* 



lOO DE TOCQUEVILLE'S 

II ^tait quand je Teus de grosseur raisonnable. 
J'aurai . . . 

La laiti^re et le Congrbs raisonn^rent de la m^me ma- 
ni^re. La population ne vint point ; les vaisseaux ne re- 

5 montbrent point le Potomack. Aujourd'hui, Washington 
offre Pimage d'une plaine aride et brMee par le soleil, 
sur laquelle se trouvent disperses deux ou trois somp- 
tueux Edifices et cinq ou six villages qui composent la 
ville. A moins d'etre Alexandre ou Pierre le Grand, il 

10 ne faut pas se m^ler de cr^er la capitale d'un empire.^ 



NOTES 

Page 1« — I. From a letter begun on board Z< Havre under 
date of April 26, 1831, and addressed to Madame la comtesse de 
Tocqueville, his mother. 

2. en, to be taken with port^ its, 

3. Some of the passengers of the Havre^ among them de Tocque- 
ville and de Beaumont, had been landed at Newport in Rhode Is- 
land, whence they had come on to New York by steamboat. Dur- 
ing part of this trip the shores of Connecticut and Long Island 
were in sight. 

4. ce qa'H 7 a de certain, certain it is. 

5. Sund, (Long Island) Sound, 

T&ge 2» — I. college, freely jf ^^(7/. At the present time the ^^Z- 
/4f<? is a municipal school somewhat similar to our high school. 

2. 11 nous est arriy^ de traduire, it sometimes has happened that 
we have translated, 

3. nn pltl^y /iV/a^/^. 

4. autant yandrait, one might as well, 

5. qnel est notre genre de yie actoel, what our real manner of 
life is. 

Page 8. r- 1- qn'on paryient It se fourrer ici, etc., which people 
here succeed in stowing away in their stomachs, 

2. From a letter to Madame la comtesse de Tocqueville, from 
Auburn, N. Y., July 17, 1831. 

3. culr; the old-fashioned stage-coach '^ was hung on leather 
straps which served as springs. 

4. Basse-Bretagne, Lower Brittany ^ a rough, wild section of north- 
western France. 

5. terres, country districts. 

Page 4« — I. du bols et des bois ; the play on words is like that 
in the English wood and woods, 

lOI 



I02 NOTES [P. 4-8 

2. Tout cela yient plle-mlle, all that grows helter-skelter, 

3. quelle y ^tait la force mutuelle des partis, what the strength 
of the various parties was there. 

Page 5* — I. The Iroquois confederacy was made up of five 
tribes, Mohawk, Oneida, Onondaga, Cayuga, and Seneca, to which 
later was joined the Tuscarora. During the Revolution, a part of 
the nation which espoused the British cause migrated under Brant 
to Canada. In 1820 the Oneida removed to Wisconsin. At the 
present time there are on reservations in New York about 5000 Iro- 
quois in a fairly prosperous condition. 

2. Taken from a letter to his sister-in-law, Madame la baronne de 
Tocqueville, dated at Batavia, N. Y., July 25, 1831. 

3. Vous saurez done, the future with imperative force, know^ then, 

4. 11 manquait du premier sou pour vivre, he didn't have a penny 
to live on. 

5. son affaire, what he was looking for ; what he wanted, 

6. Lake Oneida, northeast of Syracuse in central New York, is a 
large body of water, 20 miles long and from 4 to 7 miles wide. 

Page 6. — I. i la b6che, with the grub hoe, 

2. les recherches des soci^t^s policies, the refinements of civilized 
society, 

3. qu'elle devait PItre, as it must have been. 

Page 7* — I. Quo! qu'il en soit, however that may be, 

2. Note this use of yenil JL, happen to ; compare with venir de^ 
as in page 6, line 32. 

3. oU 11 a 6t6, where he went. The past definite and the past in- 
definite of etre are frequently used in familiar style for correspond- 
ing forms of alter, Cf . our colloquial English, " I was to town yes- 
terday," " I have been to see him," etc. 

4. Je ne sals trop pour quel usage, I am not quite sure for what 
purpose, 

5. de lui faire comprendre, etc., to make her understand. When 
faire governs a dependent infinitive which has an object of its own, 

the nominal object of faire (the logical subject of the infinitive) 
must take the indirect object form, {fut). 

Page 8* — I. et nous ne nous eiimes pas plutdt fait . . . que, 
-^d we had no sooner made . , . than. 



p. 8-14] NOTES 103 

2. les una auz antres, together. 

Page 9* — I. The matter that follows to page 82 is taken from 
de Tocqueville's " Quime jours au disert,^ For the circumstances 
under which the sketch was written cf. Introduction pages v, vii. 

2. lis ont ^t^ je ne sals pas trop oli| they have gone somewhere ; 
cf. page 7, note 3. 

Page 10* — I. BnffalOi with a population now estimated at 
400,000, had only 14,000 people in 1831. 

2. Chateaubriand (i 768-1 848), a prominent French statesman 
and writer. He traveled in America (i 791-2), making studies of In- 
dian life which he later wove into the prose idyl, Atala (1801). As 
a picture of the Indian his work was extravagant and idealistic. 

3. James Fenimore Cooper (i 789-1 851), was one of our most cele- 
brated novelists. Two of his Indian stories, The Last of the Mohi- 
cans and The Prairie, had been published a few years before de 
Tocqueville's visit and proved immensely popular in Europe as well 
as America. 

Page 11* — I. On eiit dit des hommes, one would have said they 
were people. 

Page 12. — I. la balance entre les deux plus grandes nations 
de I'Europe. By the year 1700 the Iroquois exercised a domina- 
tion which reached from beyond the St. Lawrence to the Carolinas, 
and from New England to the Mississippi. Owing to their superior 
prowess and ability, as well as their location along the frontier be- 
tween the possessions of France and England in America, they 
early came to hold a veritable balance of power between these two 
great nations, and their support was eagerly courted by both. In 
the main, however, they were loyal to England. See also page 5, 
note I. 

Page 13« — I. C'^tait U le fond du sentiment g^n^ral, that 
was in reality the sentiment of everybody. 

Page 14« — I. Temple, church ; in modem French temple means 
a church for a protestant form of worship. 

2. POcean; when the word ocean is spelled with a capital, as 
here, it refers to the Atlantic ocean. 



I04 NOTES [T. 15-19 

Pa;e 15* — I. Tout y est heort^i impr^niy everything here is 
in confusion and unexpected, 

2. fait subir k rhomme, subjects the individual to; for IL Phomme, 
cf. page 7, note 5. 

Page 17« — I. Yons ayez grande chance de, you are likely to, 

2. Lyon, Lyons, an important manufacturing city of France, 
long famous for its silks, situated at the confluence of the Rhone 
and the Sadne. Population 459,000. 

3. In 1830 Belgium revolted against Holland, and in 183 1 secured 
a recognition of independence from France and England. War, 
however, did not end till 1833. 

4. un rendez-YOus de chasse, a hunter's cctbin. 

Page 18. — I. que = lorsgue, 

2. Eri6, Erie, population 65,000, county-seat of Erie county. Pa. 
The old French fort, Presque He, built in 1753 and captured by the 
British in 1760, was situated on the site of Erie. It was at Erie 
also that Perry built and equipped his fleet. 

3. De Tocqueville is slightly in error, for the Battle of Lake Erie 
was fought September 10, 181 3, and off Put-in-Bay, not Middle Sister 
island. The American fleet under Perry gained a complete victory 
over the British in command of Barclay, one of Nelson's captains. 
This defeat gave the United States undisputed control of the Up- 
per Lakes, and insured the recapture of Detroit and the invasion 
of Canada by General Harrison. 

4. Fort Maiden was a British post near the present site of Am- 
herstburg on the Detroit River, six miles above Lake Erie. 

5. Caen and EYreuz are cities of Normandy lying on the rpad 
between Paris and the estate of the de Tocqueville family. 

6. The battle of Waterloo was fought June 18, 1815, about two 
miles from the Belgian village of the same name. The French 
forces numbered 125,000, those of the Allies more than 200,000. 
The result of the battle was a complete annihilation of the power 
of Napoleon, and his exile to St. Helena followed a few months 
later. 

Page 19* — I. Detroit, population 400,000. The city was not 

founded by the Jesuits in 17 10, as de Tocqueville says, but by Sieur 

*" la Mothe Cadillac in 1701. The settlement was at first called 



F. 19-26] NOTES IO5 

Fort Pontchartrain, and Cadillac was governor for a number of 
years. 

2. s'il s'agit de gagner on dollar, if it is a question of making a 
dollar. 

Page 20* — I. De Tocqueville means that they had to resort to 
strategy to obtain that information which open avowal of their 
plans and wishes had not secured for them. 

2. The first settlement in what is now Michigan was made by 
the French as early as 1641. Upon the overthrow of the French 
power in Canada in 1759, the region passed into the control of the 
British, and after the Revolution, by the Ordinance of 1 787, became 
a part of the Northwest Territory. In 1805 it was set off into a 
territory by itself, with its capital at Detroit. Admitted into the 
Union as a state in 1837. 

3. Major John Biddle (i 789-1859), served as an officer in the 
War of 181 2, and later as paymaster in the regular army; came to 
Detroit in 1822, where he was for some years Indian agent and 
register of the land office; delegate to Congress from Michigan 
territory, 1 829-1 831. 

Page 21« — I. Pontiac, a town of 12,000 inhabitants, 26 miles 
northwest of Detroit. 

2. d'assez beaux ^tablissements, to be construed as the logical 
subject of 11 a M fond^, although <7, impersonal, requires a sin- 
gular verb. 

Page 22« — i. The word pionnier, from which comes our pio- 
neevy is a military term in its origin, used to designate those mem- 
bers of an army who precede the main body, preparing the roads, 
etc. 

Page 25* — i. constitution, ^m/7</, ma>&^-i//. 

2. fi^yre de bois, what the Michigan pioneers used to call ''fever 
and ague.*' 

3. II a fait cet effort . . . depuis des ann^es, one day he began it, 
he has kept it up for years. 

Page 26. — i. Concentre, absorbed, 

2. fatigu6 des importuns, tired by intruders, 

3* elle, i.e. hospitality. 



Io6 NOTES [P. 27-34 

Page 27* — i. qui n'aiment de la civilisation, etc., who love 
in civilization and enlightenment only what these things contribute to 
human comfort. 

Page 28* — i. il lui a fallu s'arracher ^, she hcui to tear her^ 
self away from, 

2. alors mime qu'elle, even when she. 

3. cette demeure forme, etc., this dwelling forms a little world by 
itself 

Page 29. — i. Albert Gallatin (i 761-1849), one of our most 
celebrated American financiers, was a native of Switzerland who 
came to America in 1780; from 1793 to 1801 he was a member of 
Congress from Pennsylvania; 1801 to 181 3 Secretary of the Treas- 
ury; 1816 to 1823 Minister to France, and 1826-27 Minister to Eng- 
land; in 1828 retired to private life and settled in New York where 
he devoted himself to business, education, and the study of ethnol- 
ogy- 

2. hommes de loi, lawyers, 

3. gros, used here in our colloquial sense of " big." 

Page 80. — I. maquignons normands, horse-traders of Nor^ 
mandy. Of course de Tocqueville means that the landlord was not 
distinguished for frankness and simplicity any more than French 
horse- jockeys are. 

2. s'y prennent, take hold of things. 

Page 31 • — I. k mgme de, able to, 

2, ii qui que ce soit, anyone whosoever, 

3. un cochon sal^, **a pig salted down" as our farmers say. 

Page 33« — i. prStres m^thodistes. The part played by the 
Methodist " circuit riders/* and other pioneer preachers in the settle- 
ment of the West was a most important one and has received due 
appreciation from all writers of our history. The first conference 
of the Methodists in America was held in 1773, but the church was 
not officially organized under Wesley's direction till 1784. 

2. These so-called ** camp meetings " are still well4cnown in the 
West, but, naturally, they have lost many of their primitive 
features. 

Page 34. — I. Saginaw Bay is a large indentation of Lake 



p. 34-^] NOTES 107 

Huron, some 60 miles long by 20 wide, in the eastern side of the 
peninsula of Michigan, about 100 miles in a direct line from Detroit. 
The word Saginaw is derived from the Indian O-zah-ge-nong^ mean- 
ing " the land of the river-mouth dwellers." 

Pag'e S5« — I. Compagnie des pelleteries du Canada, Canadian 
Fur Company, Probably de Tocqueville has in mind the Hudson 
Bay Company of Canada, which had, however, relinquished Michi- 
gan to a rival organization. The Northwest Fur Company, toward 
the end of the eighteenth century. At the close of the War of 
1 81 2, all of the posts belonging to this latter company were sold to 
the American Fur Company headed by John Jacob Astor. 

Page S6« — I. s'en fut, went; see page 7, note 3. 

2. la niiit ne lui ayait pas fait d^couyrir, etc., night had not 
helped him discover what caused us to pursue a course which seemed 
so extraordinary to him. 

Pag'e 87« — i. The Chippeway (or Chippewa), more correctly, the 
Ojibwa, is the largest and most important Indian tribe of Algonquin 
stock, and formerly occupied an extended territory around the upper 
Great Lakes. Since the close of the War of/i8i 2 they have been at 
peace with the whites, and by treaties, both in Canada and the 
United States, have lost the greater part of their lands and retired 
to reservations. At the present time they are estimated at about 
30,000, scattered between Canada, Michigan, Wisconsin, Minnesota, 
and North Dakota. 

2. The Williams referred to here is Major Oliver Williams who 
for several years was a successful trader of Detroit. In 181 9, he 
with three men cut the first wagon road through the woods between 
Detroit and Pontiac, and the same year settled at Silver Lake 
beyond Pontiac, where he lived till his death, in 1834. 

' Page S8« — I. De Tocqueville is quite right when he says this 
region is full of lakes, — it is said that there are 440 in Oakland 
county alone. 

2. Milton's Paradise Lost has enjoyed a great celebrity in France, 
but was especially popular in the time of the Romanticists early in 
the nineteenth century. Possibly de Tocqueville is here thinking 
of some of the charming descriptions of Eden in the fourth book. 

Page 3^9 — I* 0^ aveugles, blindly. In such expressions with 



Io8 NOTES [P 39-44 

en there is really an ellipsis: en (maniire d^) avevgles; en (qualitS 
de) pire^ etc. 

Page 40« — I. Ce m6me homme yient-il k sonrire, if this same 
man happens to smile. 

Page 42« — I. log-house. De Tocqueville has used the word 
house four times before this in a compound: page 2, line 25; page 
18, line 5 ; page 23, line 22 ; page 24, line 1 1 ; and twice he has given 
it a masculine gender, as here, twice a feminine gender. This 
illustrates very well the difficulty the Frenchman is under when he 
transfers nouns from English, where there is no grammatical 
gender, to French where there are two genders — what gender shall 
he give the adopted word ? Evidently de Tocqueville had no guid- 
ing principle in mind. 

2. mais 11 n'y a pas de bons coups a faire maintenant, but there 
is no chance for any good luck now, i.e. in the killing of game. 

3. terme, freely, statue. The Roman divinity, Terminus, pre- 
sided over boundaries, and his statue was a short pillar terminating 
in the bust of a man, woman, or a satyr. An ordinary boundary 
mark or stone was also called a terminus (Fr. terme) and the idea 
of immovableness was always associated with it. 

4. sauteur. The Chippewa were called by the French Sauteurs, 
(i. e. people of the falls), from the fact that they were first known 
around the outlet of Lake Superior near the settlement of Sault or 
Saut (de la) Sainte Marie, at the rapids in the river of the same 
name. 

5. It is well known that the Indians of the border regions acknowl- 
edged allegiance to both governments in order to share in the 
distributions of food, money, and presents. 

6. An expletive qlie precedes the logical subject of itre, when 
for reasons of emphasis this subject follows the verb. 

Pagre 48« — i. mais lis n'en savent pas plus long, but they don*t 

know when they are well off. 

Page 44. — i. Qui, an uncommon use of the interrogative as 
subject of a transitive verb in the sense of what, 

2. haute futaie. A futaie is a forest left undisturbed till it 
comes to a well-developed growth. In the technical language of 
forestry four kinds of futaie are recognized : futaie sur taillis, a 



p. 44-60] NOTES IO9 

forest of forty years' growth ; detni futaie, forty to sixty years ; 
jeune haute futaie, sixty to one hundred and twenty years ; haute 
futaie, one hundred and twenty to two hundred years. 

Page 45« — i. The settlement at Flint River, 58 miles north- 
west of Detroit, was founded by one Jacob Smith in 181 9, but at 
the time of de Tocqueville's visit in 1831 numbered only three or 
four families. As early as 1838, however, when the settlement was 
known as Flint, it was estimated that there were three hundred 
families in the village. Today the city has a population of 15,000. 

Page 4B» — I. aucun son quelconque, no sound whatever. 

Page 47* — i. II s'^tait d^jk engage dans les bas-fonds, he had 
already got into the flats. 

2. accolade, embrace. The accolade was a ceremony formerly 
used in conferring knighthood, and consisted of an embrace and a 
light blow of the flat of a sword upon the shoulders. 

3. au portier, see page 7, note 5. 

Page 50. — I. Jean de La Fontaine (i 621-1695), one of the best 
known French poets, famous for his tales and fables. The allusion 
in our text is to the fable entitled Le lion abattu par Vhomme. 
In an old translation the story goes as follows : 

"A picture once was shown, 
In which one man, alone, 
Upon the ground had thrown 
A lion fully grown. 

Much gloried at the sight the rabble. 
A lion thus rebuked their babble : 
That you have got the victory there, 
There is no contradiction. 

But, gentles, possibly you are 

The dupes of easy fiction ; 
Had we the art of making pictures, 
Perhaps our champion had lick'd yours I '' 

2. pour tout de bon, in dead earnest. 

3. Qu'un arbre renyers6, etc., if a fallen tree, a stream^ or a 
marsh happened to come in our way. 

4. Part de le faire valoir par des pr^yenances et des soins, the 
art of making this service more valuable by being polite and attentive. 



no NOTES [P. 61-61 

Page 51* — I. Vichelle 6t&it renYetsie, conditions wer^reversgi/. 

Page 52« — i. d'un seul jet, wHA towering trunks, 

2. What de Tocqueville here says about the grandeur of the 
primitive forests of the Saginaw valley is amply confirmed in the 
accounts left by the pioneers. But it is a sad comment at this date 
to add that those handsome forests have been so ruthlessly cut 
down and wasted, that there is hardly a trace of them left. 

3. pour que les arbres, etc., for the trees , , , to. 

Page 53* — i. n en est enfin qui, finally, there are some which. 

Page 54. — i. II ^oute, 11 retient, he listens , etc. The il here 
stands for le voyageur, page 53, line 28. Cf. page 55, line 27, of text. 

Page 66. — i. De Tocqueville is in error about Michi-cout^- 
ouinque being the Indian name of Flint River, — it signifies *' burnt 
plain," but was a term sometimes used to designate the region. An 
Indian friend of the author says the name for Flint River was 
Fe-won-nuk-o-wine-sebeengf sometimes merely Pe-won-nuk-eningf and 
an examination of early records and pioneer reports shows that 
this was the common name. 

Page 67 — i. tr^s encaiss^, with very high banks, 
2. de la meme mani^re qii'auparavaiity in the same manner as 
before. 

Page 68* — i. dussions, were to, should. 

Page 69. — i. bouteille d'osier, w/V^^^fr yfaj/^. 

2. L'Indien parut alors yiolemment combattu, then the Indian 
appeared to be having a great struggle with himself, 

3. Quelque habitu^ que, however accustomed, Quelque here is an 
adverbial, and combined with que requires the subjunctive (pariit), 

"PtLge 61* — I. De Tocqueville 'has recorded in more than one 
place his surprise at the way the French of America has preserved 
its original dialect flavor. Commenting upon an excursion by 
canoe near the outlet of Lake Superior, made while visiting Sault 
Sainte Marie, he wrote: ''Singulier effet que produit sur nous cette 
langue fran9aise 1^ k la fin du monde avec son vieil idiome et son 
accent provincial." And again, speaking of the lawyers of Quebec: 
** lis parlent f ran9ais avec Taccent normand des classes moyennes." 



p. 61-66] NOTES III 

It is a well-known fact that large numbers of the original colonists 
of Canada came from Normandy and the coast sections of northern 
France. 

2. yitement, provincial for viu, 

3. 7 en a des fois ici qui s'y noient, for H y en a qui s*y noieni ici 
Patfois, 

4. Mon cheval . . . que je n'anrais pas, etc., if my horse had 
spoken to mey etc. 

5. There has been a good deal of speculation as to why the word 
bois-braU is used in Canadian French to denote a half-breed, but 
Rev. Thomas Nahbenyash, an Indian friend of the author, clears 
the matter up. The term is only a translation of the Indian 
expression, We-sah-ko-da-we-ne-ne-wug^ literally, "man (or men) of 
the burnt woods or plains." According to Indian tradition the 
name was first given to the mixed-bloods who were the product of 
early French colonization in the time of Sieur DuLuth at the western 
end of Lake Superior on the edge of the great plains in Minnesota; 

Page 62« — i. From what is said in line 30 it is evident that 
the Canadian was paddling the canoe. 
2. 11 = /^ canot 

Page 63« — i. The origin of the word marlngouin is not quite 
certain, though the recent Dictionnaire giniral de la langue fran- 
(aise by Hatzfeld and Darmesteter traces it to a South American 
source. It was a common word in the seventeenth century (ad- 
mitted by the Academy in 17 18) and was used by almost every 
French explorer and missionary of that period in descriptions of 
life in the New World. Doubtless the word became at that time 
part of the language of Canada where it still survives, although 
now practically obsolescent in France. 

Page 64. — i. The population of this cit6 naissante, as de 
Tocqueville mentions farther on, was at that time thirty people; 
now it is 55,000. The city is 100 miles northwest of Detroit and 
about eighteen miles from Saginaw Bay at the head of the naviga- 
tion of the Saginaw River. 

2. des boeufs regagnant d'eux-mlmes le labour, some oxen 
returning of themselves to the plow-lot. 

Page 65« — i. De Tocqueville was a Catholic, and he is here 



112 NOTES [P. 86-72 

speaking from the standpoint of the Catholic Church, which regards 
baptism as necessary to salvation. In isolated communities, where 
no priest is available, the rite of baptism may be performed by any 
layman. 

2. Tantdt ce sera un Indien qui, etc. This paragraph explains 
the foregoing, by illustrating the ways in which the news of civiliza- 
tion reaches the remote parts of the wilderness. 

Page 66. — i. De Tocqueville is not quite correct here in the 
form touSf which ought logically to agree with nations^ the subject 
of the sentence. The error arises from including comtne les indi' 
vidus as part of the subject. 

P|i8»e 07* — I. COUChe k Taffut, freely, sleeps with one eye open, 

2. On ne lui yoit ni femme ni enfants, he has nothing to do with 
vfife or children. 

3. 86 sentirait naturellement Phumeur casani^re, would nature 
'ally feel the home-making instinct, 

Pagre 68* — i. De Tocqueville in his whole discussion here has 
not at all exaggerated the marvelous way in which the French were 
able to adapt themselves to the picturesque life of the wilderness. 

2. The Yankee has ever been noted for a tendency to disputation 
and debate. 

3. s'il se peut, if it is possible. 

Pagre 69« — I. en yain, to no purpose^ that is, as far as a better 
understanding between the two races is concerned. 
2. Phomme polled, civilized man. 

Page 70. — I . cantiques de la penitence, the Penitential Psalms. 
These are Psalms vi, xxxii, xxxviii, Li, cii, cxxx, cxliii, of the 
Authorized Version, vi, xxxi, xxxvii, l, ci, cxxix, cxlii of the 
Vulgate. 

2. non plus, nor that either. 

Page 71* — I. Jongleur, medicine man, the Indian witch doctor. 

Page 72. — i. campagnes heureuses, Happy Hunting Grounds. 

2. This Mr. Williams was the son of the Major Oliver Williams re- 
ferred to on page 37, note 2. De Tocqueville does not make it plain, 
but the trading post at Saginaw was really in charge of two brothers, 



p. 72-78] NOTES II3 

Gardner D. Williams and Ephraim S. Williams, who located there 
in 1828. For twelve years they also acted as agents of the Ameri- 
can Fur Company. Both men were very prominent in the later 
development of Saginaw valley. Gardner D. Williams died 1858; 
his brother survived him till- recent times. 

Page 7 8« — i . le point de mire, the sight. In the case of double- 
barreleid guns, the sight is placed midway between the two barrels. 

2. nons n'ayions fait qu'entreyoir, we had caught only a glimpse 
of. 

Page 74* — i. il y a six mille ans. This is according to the 
chronology of Bishop Ussher (i 580-1658), who in his Annals of the 
Old Testament and Chronologia Sacra made calculations for the 
dates of Bible history which have long been printed on the inner 
margin of the Authorized Version of the Scriptures. 

Page 75« — i. The dty of Himera (pr. Him^-era), on the north 
coast of Sicily not far from Palermo, was founded by the Greeks 
649 B.C. It was destroyed by Hannibal 409 B.C., but was sub- 
sequently rebuilt. For the circumstances of de Tocqueville's trip 
to Sicily see Introduction, page iii. 

Page 76. — i. Ici c'^tait bien encore nne solitude, to be sure^ 
here (in the forests of Saginaw) was still a solitude, 

2. In more than one regard de Tocqueville foretold in a remark- 
able way the future development of America. His predictions 
concerning the Saginaw River have been fully realized, and the. 
valley to-day is known throughout the country for its shipping and 
ship-building, coal, salt, lumber beet-sugar, and general industries* 

Page 77. — i. suiyant nOMiB^from our standpoint, 
2. f^mes, see page 7, note 3. 

Page 78. — i. serpents sonnettes. The rattlesnake mentioned 
here is the black marsh rattlesnake (Sistrurus catenatus)^ known 
commonly by the Indian name massasauga. Its bite is frequently 
fatal, though it is not the most poisonous of our American rattle- 
snakes. 

2. y en a tout plein, dialectical for il y en a beaucoup. Compare 
with our colloquial English ''all full of;" ''The marsh is all full 
of snakes," etc. 



114 NOTES [P. 79-84 

Page 79. — i. dyocation de I'ayenir, a mysterious appeal to the 
future, 

Pagre 80. — I. See page 42, note 5. This annual distribution 
of presents was made at Fort Maiden on the Detroit River. 

2. Cass River is one of the head streams of the Saginaw, unit- 
ing with the main stream not far from the present city of Saginaw. 

Pagre 82. — I. The "July Revolution," as it is called, of 1830, 
was a protest of the people of Paris against the arbitrary policy of 
Charles X. The revolt began on July 27, and was attended by riot, 
mob violence and bloodshed, such as de Tocqueville describes in 
the following lines. On July 29 the crown was bestowed on the 
Orleanist Louis Philippe. For the way de Tocqueville was con- 
cerned see Introduction, page iii. 

2. The extract which follows is taken from a letter to the father, 
Le Comte de Tocqueville, written Sur le lac Huron^ 14 aoiit^ 1B31. 
After returning to Detroit from the Saginaw region the two travel- 
ers continued their trip up the Lakes. 

Page 83. — i. The important city of Sault Sainte Marie has a 
population of about 11,000. It was the first French settlement in 
the western Great Lakes region, a mission having been located 
here as early as 1641. 

2. des d6boach68, an outlet. What de Tocqueville says here and 
in the preceding few lines is quite within the facts. The Lake Su- 
perior region is unsurpassed for mineral wealth ; and the enormous 
commerce which passes through the city of Sault Sainte Marie 
makes it an " outlet " like no other in the world. 

Page 84. — i. The Rapids of the St. Mary's River prevent all 
navigation of the main channel, but there are ship-canals on both 
the American and the Canadian shore. " Shooting the rapids " is 
still indulged in by the tourists. 

2. nOUSy we of the younger generation, 

3. See page 61, note i. 

4. What follows is from a letter addressed to his mother, with 
the date, 21 aoiit 1831^ sur le lac Ontario. 

5. Mais pour en revenir au Niagara, but to return to the subject 
of Niagara, 



p. 8&-88] NOTES H 5 

Page 85« — i. Je ferais n^essairement dn pathos, / could not 

help being bombastic, 

2. d'un seul jet, at a single leap. The commonly given figures 
for the height of the fall are i6o feet. 

3. line saillie da rocher, a projection of the rock. 

Page 86. — i. Taken from a letter written from Albany, Sep- 
tember 7, 1 83 1, to his old tutor, Abb^ Lesueur. When the letter 
reached France the good Abb^ was dead. 

2. nous comptions gagner Albany en droiture, we planned to go 
direct to Albany, 

3. Quebec is the capital of the province of Quebec and the oldest 
city in Canada. It has a picturesque location on and below a 
rocky promontory overlooking the St. Lawrence, and in appear- 
ance resembles a mediaeval city. There are many interesting his- 
torical localities in the neighborhood. Present population is about 
70,000, five-sixths being French. 

4. II prendy it widens out to, 

5. comme qui, as if somebody. 

Page 87* — i. lis se tiennent tous, they are all connected, 

2. n n'y a pas six mois, not six months ago, 

3. Bas-Canada, Lower Canada^ represented by the modem pro- 
vince of Quebec. 

4. la croiz fleurdelis^e, a cross, the extremities of which termi- 
nate in a heraldic fleur-de-lis, which is identified with the royal 
arms and adornments of France. 

Page 88* — i. Montcalm, Louis, Marquis de (1712-1759), a dis- 
tinguished French general in Canada. He commanded the French 
forces when Quebec was besieged by the English under General 
Wolfe and fell mortally wounded, as did the English commander, 
in the battle on the Plains of Abraham, the 13th of September, 
1759, when the city was taken. In 1827 a monument was erected 
in Quebec to the common memory of both generals. The surren- 
der of Quebec was the end of the French power in Canada. 

I. apr^s les offices, after church, 

3. le traitent de demagogue, regard him as a demagogue (i.e. a 
dangerous leader of the people). 

4. They are still French, after the lapse of another eighty years 1 



Il6 NOTES [P. 89 

Page 89. — grands parleurs, "%" talkers, i.e. inclined to brag 
and bluster. 

2. hommes h. precedents, etc., men governed by precedents, who 
wish to see the major premise {of a syllogism) established before 
paying any attention to the minor. In Logic every regular form of 
argument is made up of three propositions, the first two of which 
are called respectively the major and the minor premise, and the 
last the conclusion, which necessarily follows from the premises. 
De Tocqueville*s point is that the English are logical-minded. 

3. aussi bien que d'autres, as well as others, 

4. Part of a letter to de Tocqueville*s brother Hippolyte, written 
on board the Fourth offuly the 26th of November, during the trip 
from Pittsburg to Cincinnati. 

5. Pittsburg, the metropolis of western Pennsylvania, population 
in 1900, 321,000. It is the center of the iron, steel and glass indus- 
tries in the United States. As early as 1730 the point was the 
center of trading operations with the Indians. In 1754 the Eng- 
lish began to build a fort there but it was captured soon by the 
French and enlarged by them into Fort Duquesne. In an attempt 
to recapture the place in 1755 General Braddock met his memo- 
rable defeat. It was retaken by General Forbes in 1758 and by 
him called Pittsburgh, after the prime minister of England. Dur- 
ing the Revolution the place was garrisoned by Continental sol- 
diers. 

6. The War of 1745 is known in American history as King 
George's War, or the War of the Austrian Succession. After the 
death of the emperor Charles VI in 1740, his daughter Maria 
Theresa ascended the throne of Austria, but her claim was con- 
tested on every side. England, however, formed an alliance with 
her, and so came into conflict with France. The principal event 
of this war in America was the capture of Louisburg, an important 
French stronghold on the island of Cape Breton. In April 1745 
Governor Shirley of Massachusetts sent an army which, aided by 
the British fleet, effected the capture of the fortress after a month's 
siege. The treaty of Aix-la-Chapelle in 1748 put an end to the 
war. 

7. depuis que le pays est parfaitement explore, now that the 
country has been perfectly explored. 



p. 89-91] NOTES II7 

8. 6taient enyelopp^s. Sometimes, especially in energetic writ- 
ing, we find an imperfect indicative used for a conditional tense in 
the main clause of a conditional sentence. 

VtLge 90* — I. Louis XV was king of France from 171 5 to 
1774. During the regency of the Duke of Orleans the land was 
brought to the verge of ruin, and the king through his profligacy, 
extravagance, and reckless foreign wars did not mend matters. 
The French Revolution is in large measure the direct outcome of 
the follies of his reign. 

2. en strangers, see page 39, note i. 

3. de sentir la port^e, etc., to realize how an event 0/ the present 
is going to affect the future, 

4. le honteuz traits, the Treaty of Paris. 

Page 91* — I. ni, and. In sentences of negative force such a 
ni is merely a copulative conjunction. 

2. tout en parlant, although speaking, 

3. From a letter to his father, written from Memphis, Tennessee, 
December 20, 1831. As we learn in the early part of this letter, de 
JTocqueville and Beaumont had planned to go all the way to the 
Mississippi by boat down the Ohio River, but they were arrested 
near Louisville, December 4, by the river's freezing over. To avoid 
giving up the trip, or wintering in Louisville, they determined to 
cross Kentucky by stage to Memphis, and there catch a steamboat 
for New Orleans. De Tocqueville does not mention in this letter, 
for fear of alarming his parents, the sudden and severe attack of ill- 
ness that overtook him in the midst of this overland journey. De 
Beaumont's diary, however, gives a graphic account of it : — 

'^ Le 12, le froid toujours plus rigoureux; nous passons en bac le 
Tennessee, qui porte de gros gla9ons. Tocqueville transi de froid; 
il ^prouve un frisson general. 11 a perdu Tappetit; sa t6te prise; 
impossible d'aller plus loin, il faut s'arreter — Ou? Comment? 
Point d'auberge sur la route. Angoisse extreme. Le stage va tou- 
jours . . . Voici enfin une maison: Sandy-Bridge (nom de lieu)-Log- 
Housel N'importe, on nous y depose. . . 

"13 decembre; quelle journ^e! quelle nuitl Le lit ou Tocqueville 
se couche est dans une chambre dont les murs se composent de 
morceaux de ch6ne non ^quarris, pos^s les uns sur les autres. II 
gSle ^ pierre fendre. J'allume un feu monstre; la flamme petille 
dans ratre, excit^e par le vent qui nous vient de tous cotes. La 
lune nous envoie ses clart^s par les interstices des pieces de bois. 



Il8 NOTES [P. 91-94 

Tocqueville ne se rechauffe qu*en s'^touffant sous son drap et sous 
la multitude de couvertures dont je le charge. Nul secours k obte- 
nir de nos h6tes. Que faire? que devenir, si le mal s'aggrave? quel 
est ce mal? oii trouver un m^decin? Le plus proche a plus de 30 
milles ; plus de deux jours necessaires pour Taller chercher et reve- 
nir; k mon re tour que trouverai-je? 



" Le 14, Tocqueville mieux. Ce ne sera pas une maladie." 

The sick man recovered quickly and on the i6th took up the 
journey, arriving in Memphis the next day. 

4. Kentucky was originally a part of Fincastle County, Virginia. 
About 1774 the first real effort was made in colonization, and the 
following year there was an attempt toward organizing a local gov- 
ernment. Virginia for some years resisted all movements looking 
to a separation, but in 1 792 the new region was made a state of the 
Union. 

Pagre 92. — i. des recherches et des d^licatesses, a refinement 
and a punctiliousness, 

2. coquins de chiens, villainous dogs, 

3. ensemble de mis^re, perfect wretchedness, 

Pagre 93. — i. des hauts faits, compare our English *<tall sto- 
ries," in the sense of " remarkable," or ** hard to believe." 

2. Taken in part from a letter to de TocqueviIle*s mother, under 
date of jy cUcembre sur le Mississipi, The travelers were compelled 
to wait a week in Memphis before proceeding on their journey. 

3. New Orleans (Pr. Noo Or^-le-anz) is situated on the Mississippi 
River a hundred miles from the Gulf. The city was founded in 
1 7 18, and became the capital of the French territory in that section 
in 1722. It was ceded to Spain in 1762 and remained a Spanish 
possession till its retrocession to France in 1800. In 1803 it passed 
into the control of the United States as part of the Louisiana Pur- 
chase. The growth of New Orleans has been steady and substan- 
tial; in 1803 it had a population of 8000; at the time of de Toque- 
ville's visit almost 50,000; now its estimated population is 375,000. 

Pagre 94« — i. Memphis, largest city in Tennessee (pop. in 1900, 
102,000), is situated on the Mississippi, 818 miles above New Or- 
leans. Both the French and the Spaniards built forts on the site of 
Memphis, but no permanent settlement was made till 181 9. At the 



F. 94-96] NOTES II9 

time of de Tocqueville's sojourn the place numbered nearly a thous- 
and people. 

2. pouss^e g6n^rale, concerted attack, 

3. L'amour du prochain, love for our neighbor (in the scriptural 
sense). 

4. la capitale de notre triangle, i.e. Memphis. At the beginning 
of the letter de Tocqueville says: "Ainsi nous nous trouvions au 
milieu d*un triangle form^ par le Mississipi, le Tennessee, et d'im- 
pen^trables deserts au midi." 

Pagre 95* — i. Chateanbriand, see page lo, note 2. 

2. A reference to La Fontaine's fable entitled Le singe et le 
dauphin. The story is that a ship having on board some people 
with their trained monkeys and dogs was wrecked not far from 
Athens. The dolphins came to the rescue, and owing to the decep- 
tive resemblance, a monkey was in a fair way to be landed. How- 
ever, it occurred to the friendly dolphin to ask the creature upon 
his back some questions, and in reply the monkey claimed to have 
come from Athens where his cousin was "Judge-Mayor.'' More 
than this, the Piraeus (the port of Athens) was an intimate friend 
of his. The dolphin at once perceived his mistake, dropped the 
monkey, and began to look about for some man to save. 

3. Chactas (cf. our English Choctaws) is a character in Chateau- 
briand's Atala, 

4. Voyez la belle chose que la logique, see what a fine thing logic 
is, 

Pag^e 06* — I. This elle is very loosely used, for the noun it re- 
places is nation in line 8 above. 

2. De Tocqueville's indictment of the United States for the way 
the Indians have been treated is not very much overdrawn, yet his 
prophecy, after the lapse of almost eighty years, is far from being 
fulfilled. Tribal relations and government are fast disappearing, 
but probably the number of the Indians is increasing rather than 
lessening at the present time. 

3. oh j'en suis de mon histoire, where lam in my story, 

4. The Choctaws were an important confederacy. Through the 
Colonial period they usually sided with the French. After the 
Revolution they began to drift westward into Louisiana, and in 1830 



I20 NOTES [P. 97-99 

they agreed to cede their lands east of the Mississippi to the gov- 
emment in exchange for a location in Indian Territory. They are 
now known there as the Choctaw Nation, and number about 20,000 
" citizens/' mostly of pure blood. Their government is autonomous. 

Pagre 97. — i. The Indians were to be landed on the west shore 
of the Mississippi in Arkansas; see page 98, line 22. 

Page 98. — I. que celui qui. Do not translate the que^ it 
merely introduces the apositive statement celui qui^ etc. 

2. What follows is from a letter headed Washington, 24 Janvier, 
1832, and addressed to de Tocqueville*s father. In a previous 
letter to his sister-in-law (Mme. de la baronne Edouard de Tocque- 
ville), written on Chesapeake Bay the i6th of January, he describes 
the return from New Orleans. The trip was made overland through 
Mississippi, Alabama, Georgia, the two Carolinas to Norfolk, Va., 
which was reached on January 15. At that point the travelers 
embarked for Washington arriving there on the 17th. 

Page 99. — i. A few weeks before the arrival of de Tocque- 
ville in Washington the twenty-second Congress assembled, thus 
bringing to Washington a large number of famous men. " Both 
for its members and the accomplished work of two sessions, this 
Congress will ever shine bright in the galaxy of history. Statesmen, 
the most illustrious and promising of the age, served in one branch 
or the other." — Schouler, 

2. Andrew Jackson was now in the middle of his first term as 
president (i 829-1 833). He was born of Scotch-Irish parents, in 
1767, in Union County, North Carolina. Although left early to 
make his own way in the world, by 1788 he was public prosecutor 
of what is now Tennessee; in 1796 became a member of the Con- 
stitutional Convention of the new state, and in 1797 was appointed 
a United States senator to fill a vacancy; 1798-1804 judge of the 
Supreme Court of Tennessee; 1804-1811 engaged in business; 
commanded at the Battle of New Orleans, January 8, 181 5, the 
most glorious land success of the United States in the War of 181 2. 
This campaign made him a national figure. In 1823 again became 
a United States senator from Tennessee; 1829-1837 President. 
When he retired from office at the close of his term, he withdrew 
to the Hermitage, his home, near Nashville, Tennessee, where he 
snent the remainder of his days; died 1845. 



F. 99-100] NOTES 121 

3. Washington is situated very picturesquely in the District of 
Columbia, on the northeast shore of the Potomac River about 100 
miles from its mouth, and 228 miles by rail from New York. The 
plan of the city was made in 1791 by Pierre Charles L'Enfant, a 
French engineer, and was approved by Washington ; the next year 
the beginnings of the city were started, and by 1800 the north 
section of the Capitol was completed so that Congress could meet 
there. In 1814 the Capitol, President's House, and other public 
buildings were burned by the British, but were replaced within the 
next few years. In the first years of its existence the growth of 
the city was very slow, and formed a striking incongruity with the 
grand scale on which the city was laid out. De Tocqueville was 
not the first traveler to sneer at this. The magnificence of the 
present city dates from 1871, when improvements were begun which 
have now made Washington one of the handsomest capitals in the 
world. Population in 1900, 278,718. 

4. This is a reference to La Fontaine's fable (x., LVii.), La 
laitiere et le pot au lait, A dairy woman was going to market one 
day carrying a pot of milk on her head. As she walked along she 
thought how she could buy with the milk a hundred eggs, and then 
with the chickens from these eggs purchase a pig. 

Le pore ^ s'engraisser codtera peu de son ; 

n ^tait, quand je Peus, de grosseur raisonnable ; 

J'aurai, le revendant, de I'argent, bel et bon. 

" With little carCf And then the price 

And any fare y Will be so nice^ 

H^ II grow quite fat and big; For which the pork will seW^ 

With the money thus obtained a cow and calf would be procured. 
It was a pleasing thought and the woman danced for joy, when 
down came the pot of milk and with it all her dreams. 

Pagr® 100. — I. Alexander the Great founded (331 B.C.) the city 
named for him in Egypt, and Peter the Great laid the beginnings of 
St. Petersburg in 1703. 



VOCABULARY 



Many words which are practically identical in French and English, as well as 
certain pronouns and other forms which it is presumed will be easily recognized, 
have been omitted. The student should not forget, however, that he is always 
expected to exercise some ingenuity and discrimination in the adaptation of mean- 
ings whether they are new or old. 



k, at, in, to, by, with, from, on. 

abandon, m., abandonment. 

abandonn^y -e, abandoned. 

abandonner, to abandon, leave, 
give up. 

abattre, to cut down, vanquish. 

abattUy -e, overthrown, broken. 

abtme, m,, abyss, depth. 

aboiementy m., barking. 

abord| m,, access, arrival, land- 
ing ; d' — , (at) first ; an premier 
— , at first sight. [land. 

aborder, to approach, arrive at, 

aboucher (s'), to have an inter- 
view, confer with. 

aboutir, to end, terminate. 

abriy m., shelter, cover. 

abriter, to shelter. 

abmtiy -e, brutalized, besotted. 

absoln, -e, absolute. 

absolnment, absolutely. 

abuSy m., abuse, misuse. 

accabl6, -e, overwhelmed. 

accabler, to overwhelm. 

accent, ^., accent, tone. 

accepter, to accept, receive. 

acception, /., sense. 

accolade,/., embrace, hug. 

aceompagner, to accompany. 

accompli, -^, accomplished, ful- 
filled. 



accomplir, to accomplish, ef- 
fect. 

accorder, to grant. 

accoutnm^, -e, customary, ac- 
customed. 

accoutumer, to accustom ; a* — , 
to accustom oneself to. 

accrocher (s'), to fasten to. 

accroissement, m,, growth, in- 
crease. 

accroupi, -e, squatting, cower- 
ing. 

accueil, m., welcome. 

accueillir, to receive. 

accnmuler, to accumulate; s' — , 
to increase, accumulate. 

accns6, -e, accused. 

9Lc6i6, -e, sharp, keen. 

achat, m., purchase. 

acheter, to buy, purchase. 

acheyer, to finish, conclude. 

acqn^rir, to acquire, buy. 

acquis, -e, acquired. 

acte, m.f act. 

activity, /., activity. 

actuel, -le, actual, real, present. 

adieu, adieu, farewell. 

adjuger, to award. 

adopter, to adopt, embrace. 

adorateur, m., adorer, worshiper. 

adresser, to address; — la pa- 
role kf to speak to; s' — (It), 
to apply to. 



123 



124 



VOCABULARY 



afiaire, /., thing, affair, busi- 
ness, concern; faire des — s, 
to do business. 

a£Eam^, -e, famishing, starving ; 
— de, hungry for. 

afSxmer, to affirm, assert. 

affliger (s'), to grieve, fret. 

affreu-x, -se, frightful, fearful. 

afironter, to affront, defy. 

aff^ty vt't watch, guard. 

afin, in order to. 

Afrique,/., Africa. 

&ge, m.f age, time; en bas — , 
young, youthful. , 

tg6j -e, aged. old. 

aggraver (s*), to grow worse. 

agUit^,/., agility. 

agir, to act, behave; 11 s'agit 
de. it is a question of. 

agite, -e, moving, trembling, 
troubled. 

agiter, to agitate, move. 

agr^able, agreeable, pleasant, 
desirable. 

agricole, agricultural. 

aide,/., aid; kV — de, with the 
help of. 

aider, to aid, help. 

agile, m,t eagle. 

aigu, -e, sharp, piercing. 

aiguillon, m.^ sting. 

aiguillonner, to goad, incite. 

ailleurs, elsewhere; d' — , be- 
sides, moreover. 

aimable, amiable, agreeable. 

aimer, to love ; — mieuz, to pre- 
fer, like better. 

ain^, m., elder. 

ainsi, thus, therefore; — que, 
as, as well as. 

air, m., air, look, melody; — s, 
//., air. 

aisance, /*., ease, comfort, pros- 
perity. 

aise, /., ease; k V — , at one's 
ease. 

ais^, -e, easy. 

ais^ment, easily. 



ajouter, to add, join. 
Alabama, m.y one of the United 

States bordering on the Gulf 

of Mexico, 
alarmer, to alarm, 
alentour, around, roundabout, 
alerte, alert, 
aller, to go ; cela va sans dire, 

of course, that's understood; 

s'ep — , to depart, retire, 
alli^, m.t ally. 
alligator, m,^ alligator, 
allong^, -e, extended, 
allonger, to lengthen, quicken ; 

8* — 2 to be stretched out. 
allume, -e, lighted, excited, 
allumer, to kindle, 
allure,/., gait, 
alors, then, at that time, 
alt^rer, to change, impair, 
alternatiyement, by turns, 
amant, m.^ lover. 
Hme,/., soul, 
amende, /., penalty; faire — >, 

honorable, to make an apo- 
logy, 
amener, to bring, fetch, cause, 
am-er, -^re, bitter, 
am^rement, bitterly, 
am^ricain, -e, American. 
Am^ricain, m.^ American. 
Am^rique, /., America, the 

United States; — du Nord, 

North America. 
ami, m,f friend. 

amiti^, /., friendship, good- will, 
amoindrir, to weaken, lessen, 
amollir, to mollify, 
amonceler, to pile up. 
amour, f»., love ; — da prochain, 

love of fellow man. 
ampoule, /., blister, 
amulette, /, amulet, talisman, 
amuser, to amuse. 
an, m,y year; il y a un — , a 

year ago. 
analogie, /., analogy, 
anath^me, m., anathema, curse. 



VOCABULARY 



125 



ancien, ~ne, old, bygone. 

anciexmement, anciently. 

ancre, f.^ anchor. 

&ne, m.^ donkey. 

anglais, -e, English. 

anglais, m,y English language, 
(Anglais^ Englishman. 

Angleterre, /., England. 

angoissCyy., pain, distress. 

anguleu-z, -se, prominent. 

anim6, -e, animated, gay. 

animer, to animate. 

anneaUy m., ring, link. 

ann^e, /., year. 

anniyersaire, m., anniversary. 

annoncer, to announce, proclaim. 

annuel, -le, annual. 

annuellement, annually. 

antipode, m., antipode. 

antique, antique, ancient. 

aoiit, XV., August. 

apercevoir, to perceive, be aware 
of, notice, discern ; s* — , to 
discover, be visible. 

apparaitre, to appear. 

apparence, y., appearance, sem- 
blance. 

apparition, /*., appearance, 
vision. 

appartement, *m., room, apart- 
ments. 

appartenant, -e, belonging to. 

appartenir, to belong to. 

appauyrir (s'), to grow poor. 

appeler, to call, name ; s' — , to 
be called. 

app^tit, m.j appetite. 

apporter, to bring. 

apprendre, to learn, teach, in- 
form, hear of, understand. 

apprSt, m.^ preparation. 

approche, /., approach. 

approcher, to approach, bring, 
draw near ; s' — de, approach. 

approprier, to adapt. 

approuver, to approve. 

approvisionner, to supply with 
goods. 



appui, f»., support, help. 

appuy^, -e, supported, leaning. 

appuyer, to support. 

apr^s, after ; — quoi, after which. 

aptitude, /., aptitude. 

arbre, m,, tree. 

arc, m.y bow. 

arc-en-ciel, m., rainbow. 

arche, f,^ ark. 

arctique, arctic. 

ardent, -e, ardent, fervent. 

ardeur, /., heat, ardor, fervor. 

ar^ne, /*., arena. 

argent, m.y silver, money. 

argumentateur, m.^ arguer, dis- 
putes 

aride, arid, barren. 

aristocratic, /., aristocracy. 

Arkansas, m.y one of the United 
States bordering on the Mis- 
sissippi. 

arme,/., arm, weapon; — "k feu, 
firearm. 

arm^, — e, armed. 

armoire, /., cupboard. 

arqu^, -e, arched. 

arracher, to tear out, pluck up ; 
s' — , to detach oneself from. 

arrlt^, -e, decreed, resolved, 
stopped. 

arrSter, to stop; s' — , to stop, 
halt. 

arri^re, behind; en — , in ar- 
rears, beyond; aller en — , 
go backward. 

arri^re-pensde,/., after thought. 

arriv^e, /., arrival. 

arriyer, to arrive, come, happen, 
occur. 

art^re, /., artery, 

artisan, m., mechanic. 

asile, m.y asylum, sanctuary. 

aspect, m.y sight, view, appear- 
ance, aspect. 

aspirer, to aspire. 

assaut, m.y assault. 

assemble, /., assembly, com- 
pany. 



126 



VOCABULARY 



asseoir (s'), to sit down. 

assez, pretty, rather, enough, 
sufficiently. 

assi^ger, to besiege, assail. 

assis, -e, seated. 

assister, to assist, attend, be- 
hold, watch. 

assure, -e, sure, certain. 

assurer, to assure, guarantee. 

atmosphere, /., atmosphere. 

fttre, m.y fireplace. 

attach^, -e, attached, fastened. 

attacher, to attach, tie, connect. 

attaque, /., attack. 

attaquer, to attack, assail. 

atteindre, to reach, strike. 

attendre, to wait, await; s' — It, 
to expect, trust to. 

attendu, considering; — que, 
whereas, inasmuch as. 

attentivement, attentively. 

attester, to attest. 

attirail, m.j implements, equip- 
ments ; — de guerre, weapons. 

attirer, to attract. 

attribut, m,, attribute. 

auberge, /., inn, tavern. 

aubergiste, m,, landlord. 

aucun, -e, no one, not any, any. 

au-dessous, below. 

au-dessus, above. 

aujourd'hui, to dav, nowadays. 

aumdne, /., alms, charity. 

auparavant, before. 

aupr^s, near. 

aussi, sdso, likewise, accordingly, 
as much as, as. 

aussitdt, immediately, directly. 

austere, austere, severe. 

autant, as much, as many. 

autel, m., altar. 

automne, m., autumn. 

autour, about, around ; tout — , 
round about. 

autre, other, another; tout — , 
any other. 

autrement, differently. 

autrefois, formerly. 



ayance, /., advance; d' — , par 
— , beforehand. 

avanc^, -e, advanced. 

avancer, to advance; s' — , to 
advance, draw near, protrude, 
overhang. 

avant, before; en — , forward. 

ayantageu-x, -se, advantage- 
ous, profitable. 

ayec, with, among. 

ayenir, m., future. 

ayentureu-z, -se, adventurous. 

ayenturier, m., adventurer. 

ayerti, -e, warned. 

ayertir, to warn. 

ayertissement, m., warning, ad- 
monition. 

ayeugle, blind ; en — , blindly. 

ayidit^, /., eagerness. 

ayiron, m., oar; leyer les — d, 
lie on one's oars. 

ayis, m., opinion, judgment, 
advice. 

ayoine, /., oats. 

ayoir, to have, be, get ; 11 y a, 
there is, there are, it is ; ago. 

ayoisiner, to border upon. 

ayouer, to avow, confess. 



B 



bac, m., ferryboat. 

bagage, w., baggage. 

baigner, to bathe, wash. 

baisser, to lower, drop, be on 
the wane ; le jour baisse, even- 
ing is coming on. 

balancer (se), to swing, rock. 

baleine, /., whale. 

balle, /., bullet. 

bambin, m., baby. 

bandouli^re, /., shoulder-belt; 
porter en — , carry over the 
shoulders. 

barbare, barbarous, savage. 

barbouiller, to daub. 

baril, m., barrel. 



VOCABULARY 



127 



barioler, to speckle, streak. 

barque, /., boat. 

barrer, to bar. 

barri^rOi/.y enclosure, fence. 

barrique, /., hogshead. 

bas, -se, low; — priz, low 

price; Toiz — se, faint voice, 
bas-fond, m,, low ground, 
bataille, /., battle, 
bateau, m,, boat; — k yapenr, 

steamboat, 
batelier, m,, boatman, 
bati, -e, built. 

bfttiment, m., building, vessel, 
b&tir, to build, construct, erect. 
battement, m., beating (of the 

heart), 
battu, -e, beaten, pounded, 
beau, bel, belle, fine, beautiful, 
beaucoup, much, a good deal, 

many, 
beauts,/., beauty, 
biche, /., spade. 
Beige, m., /,, Belgian, 
b^n^fice, m.f benefit, profit. 
b^nir, to bless, 
berceau, m., cradle, 
bercer, to rock, lull, 
berge,/., steep bank (of a river), 
besoin, m., need, necessity; au 

— , in case of need, at a pinch ; 

ayoir — de, to want 
bestiauz, //. of b^tail. 
b^tail, m., cattle, 
bite,/., beast, animal, 
bien, .well, right, very, many, 

certainly, completely ; — plus, 

much more, rather; — que, 

although, 
bien, w., fortune, property, 
bien-ltre, m,f well-being, wel- 
fare, 
bienfait, m., benefit. 
bientdt, soon, 
bienveillance, /., benevolence, 

friendliness. 
bison, PI., bison, buffalo, 
bizarre, odd, strange, singular. 



bizarrerie,/., oddness. 

blanc, m,, white, white man. 

blan-c, -Che, white. 

blancheur,/., whiteness. 

bl^, m.f wheat, grain. 

blesser, to wound. 

blessure,/., wound. 

bleu, -e, blue. 

blouse,/., blouse. 

boeuf, m,, ox. 

boiie, to drink. 

bois, m.f wood, timber, forest. 

boiten-z, -se, lame. 

bon, -ne, good. 

bonbonni^re, /., bonbon box, 
pretty little house. 

bonnet, m., cap; — k plumes, 
plumed cap. 

bord, m., edge, bank. 

bord^, -e, bordered, edged. 

border, to edge, border, line. 

borne,/., limit. 

born6, -e, confined. 

borner, to bound; se — , to limit 
oneself. 

bosquet, m., grove, thicket. 

bouche,/., mouth. 

boucle, /., ring; — a d'oreilles, 
//., earrings. 

boue,/., mud, dirt. 

bouff^e,/., puff, whiff. 

boule,/., ball. 

bourdonnement, 01., buzzing. 

boussole, /., mariner's compass. 

bout, m., end, extremity. 

bouteille,/., bottle. 

boutique,/., shop. 

branche,/., branch, bough. 

brave, brave, gallant. 

braver, to brave. 

Br^tagne,/., Brittany, old prov- 
ince in the north of France. 

breuyage, m., beverage. 

bride,/., bridle. 

brillant, -e, brilliant, radiant. 

briller, to shine, glitter. 

bris6, -6, broken to pieces. 

briser, to break ; se — , to break. 



128 



VOCABULARY 



broussailleSy /. //., bushes, un- 
derwood. 

bruit, m., noise, bustle, report, 
talk, fame, uproar. 

brMant, -e, scorching, hot. 

brM6, -e, burned. 

briiler, to burn. 

brutal, m.f brute. 

brutalement, brutally. 

biicher, m.^ wood-house. 

biicheron, m.^ wood-chopper. 

buisson, m., bush. 

but, m., end, purpose, goal. 

butte,/., butt; 6tre en — ^, to 
be exposed to. 



cabane,/., hut, cabin. 

cacher, to hide; se — , to hide 
oneself, live retired. 

cadre, m., limits. 

calciner, to char. 

calcul, tn,t calculation. 

calculer, to calculate. 

calme, calm, quiet. 

calme, m., calm, quiet. 

calyiniste, m.,/., Calvinist. 

campagne, /., country, cam- 
paign. 

Canada, m.j Canada. 

canadien, -ne,^ Canadian. 

canardj m., duck. 

candeur,/., frankness. 

canon, m., barrel (of a gun). 

canot, «., canoe; — d'^corce, 
bark canoe. 

cantique, m,, canticle, psalm. 

canton, m., district. 

capable, capable. 

capitaine, m., captain. 

capital, m,f capital, funds. 

capitale,/., capital (city). 

car, for. 

carabine,/., carbine, rifle. 

caract^re, m., character. 

caract^riser, to characterize. 



caract^ristique, characteristic, 
camassi^re,/., game-bag. 
carr^, -e, square, 
carrifere,/., course, 
carte,/., map. 
cas, m,j case, event, 
casani-er, -%re, domestic 
casser, to break, 
castor, m,t beaver, 
cataracte,/., cataract, waterfall, 
catholicisme, m., Catholicism, 
catholique, m.,/.. Catholic, 
causer, to cause, 
cavalier, m., rider, horseman, 
cave,/., cellar, 
ce, cet, cette, (//., ces), this, 

these, that, those; he, she, it, 

they ; it, that. 
ceci, this. 
c^er, to yield, 
ceinture,/., girdle, enclosure, 
cela, that, it. 

c61^bre, celebrated, famous. 
c61^brer, to celebrate. 
celle, she, her, that, 
celui, (pi. J cenz), he, that ; — -ci, 

this one, the latter, 
cent, hundred, 
centaine,/., hundred, 
centenaire, century-old. 
centre, m., center, middle. 
cep, »!., vine; — de vigne, 

grape-vine, 
cependant, in the meantime, 

nevertheless, 
cercle, m., circle, ring, 
certain, m,^ certainty, 
certainement, certainly, 
cerveau, m., brain, mind, 
cease,/.; sans — , incessantly, 
cesser, to cease, 
ceuz (//. of celui), these, those; 

— -ci, the latter, 
chacun, -e, each, everyone, 

every man. 
chaine,/., chain, 
chair,/., flesh, meat, 
chaire,/., pulpit. 



VOCABULARY 



129 



chaise,/., chair, seat, 
chaleiir,/., heat, warmth, 
chambre,/., chamber, room. 
champ, m., field ; — de bataille, 

battlefield ; sur le — , at once. 
Champ6tre, rural, 
chance, /., luck, good luck, risk. 
chandelle, /., candle, 
changement, m., change, 
changer, to change, alter; — 

d'aris, to change one's mind, 
chanson, /., song, 
chant, m.y song, epic, 
chanter, to sing, 
chaque, each, every, 
charge, /., charge, attack, 
charger, to load, charge with, 

entrust ; to load (with powder 

and ball); se — , to take charge 

of. 
charitablement, charitably, 
charme, m.^ charm, spell. 
charpente, /., frame, 
charrue, /., plough, 
chaise, /*., chase, hunt. 
chass6, -e, driven out, expelled. 
chasser, to hunt, 
chasseur, m,^ hunter, 
chat, m,j cat. 
chaud, -e, hot ; faire — , to be 

hot. 
chauffer (se), to warm oneself, 
chaussure, /., boots, 
chef-d'oeuvre, m., masterpiece, 
chemin, m., road, way ; se mettre 

en — , to set out. 
cheminle, /., fire-place, 
cheminer, to go on. 
chSne, m.f oak. 
chenil, m,^ kennel, 
ch-er, -^re, dear, costly, 
chercher, to search, attempt, 
cheval, m., horse, 
chevelure, /., hair (of the head), 

scalp, 
cheveu, m., hair ; -x, //., hair of 

the head, 
cheville, /.; — du pied, ankle. 



chevreuil, m,y buck. 

Chez, with, among, in one's 
house; — moi, at my home. 

chien, m,, dog. 

chim^re, idle fancy. 

choc, m.y clash. 

choisi, -e, chosen. 

choisir, to choose. 

choiz, m.y choice. 

chose, /., thing, matter; tout 
autre — , quite another matter. 

chr^ien, -ne. Christian. 

chute, /., fall, cataract. 

ciel, m. (pl.f cieuz), heaven, sky. 

cime, /., top. 

cinq, five. 

cinquante, fifty. 

circonscrire, to limit. 

circonstance, /., circumstance, 
fact, occasion. 

circulation, /., circulation. 

circuler, to move round. 

citadin, w., -e, /., citizen. 

cit6, /., city. 

citoyen, w., -ne, /., citizen. 

civilisation, /., civilization. 

civilis6, -e, civilized. 

civiliser, to civilize. 

clair, m.; — de lune, moonlight. 

clairement, clearly. 

clairi^re, /., glade, clearing. 

clameur, /., clamor, outcry. 

clart^, /., light. 

classe, /., class; hautes — s, 
higher classes (of society). 

clerg6, tn.y clergy. 

cloche, /., bell. 

clocher, »*., steeple, belfry. 

clochette, /., small bell. 

cloison, /., partition. 

clos, -e, closed ; nuit — e, dense 
night. 

coch^re; porte — , /., carriage- 
entrance. 

cochon, m.y hog, pig. 

coeur, m.y heart, mind, courage; 
de bon — , heartily, courage- 
ously. 



'3^ 



VOCABULARY 



coin, m,f corner. 

college, m,f college, school. 

collier, m,, collar, necklace; — 
de yerre, necklace of glass 
beads. 

colline, /., hill. 

Colomb (Christophe), Chris- 
topher Columbus. 

colonie, /., colony. 

colonne, /., column, pillar. 

colorer, to color, disguise. 

combattre, to fight. 

combien, how much, how many. 

commandementi m., command. 

commander, to command, over- 
look. 

comme, as, like, almost, nearly, 
as it were, how, much. 

commencement, m., beginning. 

commencer , to begin, commence. 

comment, how, why, what. 

commerpant, -e, commercial. 

commerpant, m., trader, mer- 
chant. 

commerce, m., commerce, trade; 
f aire le — , to trade. 

commettre, to commit. 

commode, commodious, com- 
fortable. 

commodity, /., convenience. 

commun, ~e, common. 

communtoent, commonly, gen- 
erally. 

communiquer, to communicate, 
impart. 

compagne, /., companion, help- 
mate. 

compagnie, /., company. 

compagnon, i»., companion ; — 
de YOyage, travelling compan- 
ion. 

comparer, to compare. 

compass^, -e, affected, formal. 

compatriote, m., /., compatriot. 

compare, m., fellow, god-father 
(a term of familiarity). 

complaire (se), to delight in. 

complaisance, /., complacency. 



compl-et, -He, complete. 

compl^tement, completely. 

completer, to complete. 

compos6, -e, composed. 

compost, m,, compound. 

composer, to compose, form ; m 
— , to be composed (of), con- 
sist (of). 

comprendre, to comprehend, un- 
derstand ; se faire — , to make 
oneself understood. 

compris, -e, understood. 

compte, m., account; tenir — 
de quelque chose, to take a 
thing into account. 

compter, to count, intend, ex- 
pect. 

conceYOir, to perceive, under- 
stand. 

conclure, to conclude, finish. 

concurrence, /., competition. 

condamner, to condemn. 

conducteur, m., guide. 

conduire, to conduct, guide, lead. 

conduit, -e, conducted, led. 

conduite, /., conduct, behavior. 

confederation, /., confederation. 

confiance, /., confidence. 

confie, -e, confided, entrusted. 

confier, to confide. 

configuration, /., configuration, 
character. 

confins, m. //., confines. 

confondre, to blend. 

confus, -e, confused. 

confusement, confusedly, indis- 
tinctly. 

conge, m.f leave ; prendre — , to 
bid adieu. 

congr^s, /»., congress. 

conique, conic. 

conjecture, /., conjecture, guess. 

conjugal, -e, conjugal, matrimo- 
nial. 

connaissance, /., acquaintance. 

connattre, to know. 

connu, -e, known. 

conqu6rant, -e, conquering. 



VOCABULARY 



131 



oonqa^ranty m., conqueror. 

conqu^rir, to conquer. 

conqu§te, /., conquest. 

conquis, -e, conquered. 

consacre, -e, consecrated. 

consacrer, to devote. 

conseUi m., counsel, advice, 
council. 

conseiller, to counsel, advise. 

cons^quemment, consequently. 

consequent, -e, consistent ; par 
— , consequently. 

conserve, -e, preserved. 

conserver, to preserve, keep. 

considerer, to consider, examine. 

consoler (se), to console oneself. 

constant, -e, constant. 

consulter, to consult. 

consumer, to consume. 

conte, m., tale. 

contempler, to contemplate. 

contenance, /., countenance. 

contenir, to contain. 

contester, to dispute. 

continent, m,, continent, main- 
land. 

continu, -e, constant. 

continuer. to continue. 

continuite, /., continuity. 

contraint, -e, constrained, 
forced. 

contrainte, /., constraint. 

contraire, contrary. 

contraire, m., contrary, opposite; 
au — , on the contrary. 

contrairement, contrarily. 

contre, against. 

contr^e, /., region, country. 

contre-enqulte, /., counter-in- 
quest. 

contre-pied, f»., reverse, contra- 
ry. 

convaincu, -e, convinced. 

convenable, becoming, 
convenablement, suitably, be- 
comingly, 
convenir, to suit, be proper for. 
converser, to converse, talk. 



copieu-z, -se, abundant, plenti- 
ful. 

coq, m.f cock, weather-vane. 

coquillage m., shells. 

coquille, /., shell. 

coquin, m., rascal. 

cor, m,, horn ; k — et ^ cri, with 
hue and cry. 

cordial, -e, cordial, hearty. 

cordiality, /., cordiality. 

corne, /., horn. 

corniche, /., cornice. 

corps, m.f body. 

costume, m., costume, dress. 

cdte, /., shore; — k — , side by 
side. 

cdte, m,, side, way; k mon — , 
at my side; de Pautre — , on 
the other side ; de mon — , for 
my part. 

couchant, m., west. 

couche,/., bed. 

couche, -e, lying down. 

coucher, m.f setting (of the sun). 

coucher, to lie, sleep. 

couler, to flow, glide along. 

couleur,/., color. 

coup, m.f blow, stroke, shot ; — 
d'ep^e, sword-thrust ; — d'CBil, 
glance, view; tout k — , on a 
sudden. 

coupe, -e, cut, short. 

couper, to cut, cut off. 

couplet, m.f couplet, verse. 

courage, m.f courage, heart. 

courant, m.f current, stream. 

courir, to run ; en courant, on the 
run. 

cours, m.f course, current. 

course, /., running, excursion; 
k toute, — , at full speed. 

court, -e, short ; tout — , abrupt- 
ly, bluntly ; couper — , to cut 
short, interrupt. 

courtoisie,/., courtesy. 

cousin, m.f small mosquito, 
midge. 

couteaU) m.f knife, hunting-knife. 



^32 



VOCABULARY 



coiiter, to cost. 

coutume,/., custom; comme de 
— , as usual ; de — . usual. 

couvert, -e, covered ; a — , under 
cover. 

cottyerture, /"., cover, coverlet, 
blanket. 

couyrir, to cover, envelop; se 
— , to cover oneself. 

craindre, to fear. 

crainte,/., fear. 

cr^ateur, m., creator, God. 

creature,/., creature. 

crder, to create, produce, estab- 
lish. 

cri, w., cry ; — de guerre, watch- 
word. 

crier, to cry, call, shout. 

croire, to believe, trust ; se — , to 
think or believe oneself. 

crois6, -e, crossed. 

crottre, to grow. 

croix,/., cross. 

croupe,/., croup, rump. 

croyable, credible. 

croyance,/., belief. 

cuiller, cuillire,/., spoon. 

cuir, m., leather, strap. 

cuisse,/., thigh. 

cuiyre, w., copper. 

cuiyr^, -e, coppery, copper-col- 
ored. 

culte, m., worship, creed. 

cultiyatetu:, «»., farmer. 

cultiy^, -e, cultivated. 

cultiyer, to cultivate. 

cupidity,/., cupidity, greed. 

cur^, m., curate, parson. 

curieu-z, -se, curious. 

curiosity,/., curiosity, rarity. 



daim, m., buck; une pean de 

— , a deerskin, 
dais, m., canopy, 
dame,/., lady. 



dandiner (se), to waddle. 

dangereu-z, -se, dangerous. 

dans, in, within, at, with. 

danser, to dance. 

darder, to dart. 

dayantage, more. 

de, of, from, with, by, some. 

d4, m., die (dice). 

d^barqu^, -e, disembarked, 
landed. 

d^barrasser, to clear; se — (de), 
to get clear (of). 

d^baUre (se), to struggle. 

d^bouch^, m., waterway. 

debout, standing, upright. 

debris, !»., remains, rubbish. 

d^brouiller, to unravel, clear up. 

d^buter, to begin. 

d6cembre, m., December. 

d^charger (se), to empty. 

d^cham^, -e, lean, emaciated. 

d^chirer, to tear, break. 

d6cid6, -e, decided, determined. 

decider (se), to resolve. 

d^larer, to declare. 

d^conp^, -e, outlined, laid out, 
arranged. 

d^couyert, -e, uncovered. 

d^couyrir, to discover, see. 

decrepitude, /., decrepitude, 
feebleness. 

d^crire, to describe. 

decroissant, -e, decreasing. 

dedans, /»., interior; au — , in- 
side. 

defense,/., defence. ^ 

deferrer (se), to cast a shoe. 

defrichement, m., clearing. 

def richer, to clear (land). 

degel, m., thaw. 

degen^rer, to degenerate. 

degoiit, m., disgust. 

degrader (se), to debase, dis- 
grace oneself. 

degre, m., degree. 

dehors, m., outside, exterior; an 
— , outside. 

dejjl, already, before, yet. 



VOCABULARY 



^33 



dejeuner, m., breakfast 

dejeuner, to breakfast. 

delk, beyond; par — , beyond. 

d^licat, -6, delicate, difficult. 

d^licatdsse,/., delicacy, nicety. 

d^lice, m., delight 

d^licieu-z, -se, delightf uL 

d^liyrer, to deliver. 

domain, to-morrow. 

demandeiy to ask, inquire. 

d-marche,/., gait, bearing. 

d^mentir, to contradict, deny. 

d^mesur^ment, excessively. 

demeore, /., dwelling, abode, 
habitation. 

demi, -e, half; k — , half, al- 
most. 

demi-donzaine,/., half dozen. 

demi-henre,/., half hour. 

d^mocratiquement, democratic- 
ally. 

denier, m., farthing. 

denize, /.; //., provisions, pro- 
duce. 

dent,/., tooth. 

d^nfiment, w., bereavement. 

d^pareill6y -e, odd. 

depart, m,, departure. 

d^pendre, to depend. 

dipense,/., expense, charge. 

d^pity m,, spite; en — de, in 
spite of. 

d^placer (se), to change one's 
place, be displaced. 

d^ployer, to display. 

d^poser, to lay down, deposit. 

d^pouill^y -6, naked. 

d^poniller, to despoil. 

depravation,/., depravity. 

depraver, to deprave. 

depnis, since; — pen, not long 
since. 

d^raciner, lo root out. 

dirider (se), to cheer up, smile. 

demi-er, -^e, last, lowest, 
vilest. 

dernier, m,, the last. 

d^rober, to conceal. 



derri&re, behind. 

derri^re, m., rear. 

d^s, from, since. 

d6sastreu-z, -se, disastrous, un> 
fortunate. 

descendre, to descend, alight, 
land ; — k terxe, to disembark, 
land. 

desert, -6, wild. 

desert, m., desert, wilderness. 

d6sir, m,j desire, wish. 

d^sirer, to desire, wish. 

d^sordonn^, -e, extravagant, un- 
restrained. 

d^sordre, m., disorder, confu- 
sion. 

dessdcher, to wither; se — , to 
dry up. 

dessein, m., design, purpose. 

desseller, to unsaddle. 

dessiner, to sketch, set ofiE; 86 
— , to be visible. 

dessus, over; par — , above, 
over. 

desstts, m., the upper part, top. 

destinee,/., destiny, career. 

destiner, to destine, design. 

destructeur, m., destroyer. 

d6tach6, -6, detached. 

detacher (se), to break away, 
appear. 

detail, m., detail, particulars. 

determine, -e, determined, re- 
solved. 

determiner, to determine, cause. 

detour, m», winding; au — de, 
at the turn of. 

detoume, -e, turned away. 

detoumer, to turn away. 

detromper, to undeceive; se — ^ 
to be undeceived. 

detruire, to destroy. 

dette,/., debt. 

dettx, two. 

deuxifeme, second. 

devant, before. 

developpement, i»., devek>p- 
ment, extent. 



134 



VOCABULARY 



d^yelopper, to develop. 

deyenir, to become, get. 

deviner, to guess. 

devoir, m,, duty, task. 

devoir, to owe, must, ought, 
about to, be to. 

d^vorer, to devour. 

diable, m,y devil. 

dieu, m.t god, God. 

diff^remment, differently. 

difference,/., difference. 

different, -e, different. 

diff^rer, to differ. 

difacile, difficult, hard. 

difflcnlte,/., difficulty, obstacle. 

digne, worthy. 

dilater (se), to dilate. 

diligence, /*., diligence, stage- 
coach. 

dimanche, m., Sunday. 

diner, m., dinner. 

diner, to dine. 

dire, to tell; pour ainsi — , as it 
were. 

diriger (se), to go, direct one's 
steps, head for, sail for. 

discernement, m., discernment, 
judgment, distinction. 

discordant, -e, harsh, discord- 
ant, [tion. 

discours, f»., speech, conversa- 

discuter, to debate. 

disparaitre, to disappear. 

disperse, -e, scattered. 

disperser, to disperse, scatter. 

disposer, to dispose. 

disposition, /., disposal. 

disproportionne, -e, dispropor- 
tionate. 

disputer (se), to dispute, contest. 

disque, m., disk. 

distincti-f , -ye, distinctive, dis- 
tinguishing. 

distingue, -e, distinguished, 
eminent. 

distinguer, to distinguish. 

distrirt, !»., district, territory. 

divert, -e, diverse, different. 



diviser, to divide; se — , ';o be 
divided, be at variance. 

diz, ten. 

diz-huit^ eighteen. 

diz-neui, nineteen, nineteenth. 

dizaine, /., about ten. 

dogme, m.y dogma, tenet. 

doig^, m,t finger. 

domaine, m., domain. 

ddme, m.^ dome, church, cathe- 
dral. 

dominer, to rule, domineer. 

dommage, m», damage; c'est — , 
it is a pity. 

done, therefore, then, conse- 
quently. 

donner, to give, allow; se — , 
to give oneself up. 

dont, whose, whereof, of which, 
of whom, -for whom. 

dormir, to sleep. 

double, double. 

doubler, to double. 

douceur, /., sweetness, delight. 

douleur, /., pain, sorrow. 

doute, !»., doubt; sans — , no 
doubt. 

douter, to doubt; se — , to sus- 
pect, mistrust, surmise. 

douteu-z, -se, doubtful. 

dou-z, -ce, sweet, gentle, pleas- 
ant. 

doucement, quietly; tout — , 
very quietly. 

drap, m.f cloth, sheet; //., 
clothes. 

draperie, /., drapery. 

dresser, to set up; se — , to 
stand erect. 

droit, -e, right, straight, erect ; 
tout — , straight on. 

droit, tn.f right, law, claim. 

droite, /., right hand; h. — , on 
the right. 

droiture, /.; en — , directly. 

dur, -e, tough. . 

durable, lasting. 

dnrant, during. 



VOCABULARY 



135 



B 



ean, /., water. 

eatt-de-yie, /., brandy. 

^bauche, /., sketch. 

^branler, to shake, move, dis- 
turb; s' — , to move. 

^br^cher, to notch. 

^carter, to push aside. 

eccl^siaatique, m,, clergyman. 

^changer, to exchange. 

^hantillon, i»., sample, speci- 
men. 

^chapper, to escape; a' — , to 
slip out, escape, vanish. 

^Chelley /*., ladder, gang-plank, 
scale. 

Eclair, m,f flash of lightning. 

6claircie,/., clearing (in a forest), 
clear spot. . [up. 

^claircir (s')i to grow light, clear 

^claireiy to light; s' — , to be- 
come enlightened. 

6clat, m.t noise; — de rire, 
burst of laughter. 

^clatanty -e, bright, dazzling, 
signal. 

^clater, to burst. 

^colier, m., schoolboy. 

^corce, /., bark; canot d'— , 
(birch) bark canoe. 

^asaiSy -^, Scotch. 

^coulement, m., flowing, drain- 
ing, outlet 

^cottier (a'), to pass away, glide 
or slip away. 

touter, to listen, hear. 

^cras^y -e, flattened. 

toier (a*), to exclaim. 

^crire, to write, compose. 

6curie,/, stable. 

effacer, to efface; a' — , to be 
effaced, keep in the back- 
ground. 

effet. m.f effect ; en — , in fact. 

effile, -e, slender. 

effrayanty -e, frightful, fearful, 
hideous. 



effray^y -e, afraid. 

effrayer, to frighten. 

6gSLlf -e, equal, level. 

6gal, m., equal. 

^galit^, /., equality. 

6gard, tn,f regard. 

dgar^y -e, strayed. 

6garer (s'), to lose one's way^ 
go astray. 

^glise,/., church. 

^goiame, 01., egotism, selfish- 
ness. 

^lanc^y -e, slender. 

61ancer (a'), to shoot forth. 

61ev^, -e, high, raised ; bien — , 
cultured, well-bred. 

61eyer (a')y^to rise, arise. 

elle, she, her, it ; //., they^ 
them. 

elle-mlme, itself, herself. 

^toign^y -e, distant, remote. 

Eloigner ^s'), to go away. 

embarcation,/., craft. 

embarquer, to embark. 

embarras, m., embarrassment^ 
perplexity. 

embarraaser, to encumber. 

embaumer, to perfume. 

embl^me, /»., emblem. 

embraaaer, to embrace. 

embryon, m,y embryo. 

embuacadey /., amouscade, am- 
bush. 

^migr^y m.y emigrant. 

6migrer, to emigrate. 

^moi, /»., flutter. 

emparer (a'), (de), to take pos- 
session of. 

empecher (a')» (de), to forbear, 
keep from. 

emphaae, /., emphasis. 

empire, m., empire, sway. 

emplacement, m,^ site. 

emploi, m.f employ, employ- 
ment, trade, occupation. 

emport^, -e, hot-headed. 

emporter, to carry away. 

empreint, -e, stamped. 



^3^ 



VOCABULARY 



emprisonnery to imprison, to 

confine, 
emprunt^y -e, borrowed, 
en, of him, of Her, of it, of them, 

of their, thence, some, any, 

none, 
en, prep.^ in, into, within, to, at, 

like, of, by, for, from, 
encadrer, to frame. 
encaiss^y -e, embanked, 
enceinte^/., enclosure. 
enclin, -e, inclined, prone, 
enclos, M., enclosure. 
encore, yet, still, once more, 

again, too, moreover, 
endommag^y -e, damaged. 
endormi, -e, asleep, sleeping, 
endormir (s'), to fall asleep, 
^nergie,/., energv. 
enfant|Xn.,/.,child, infant, native, 
enfanter, to bring forth, give 

birth (to). [self. 

enfermer (s'), to seclude one- 
enfin, finally, after all. 
enflamm^, -e, on fire, fiery. 
6nf oncer (s'), to go deep (in), 

plunge, 
enfourcher, to bestride. 
engager, to induce ; s' — , to bind 

oneself ; a' — dans un bois, to 

get too far into the woods, 
engraisser (8')y to fatten, grow 

fat. 
enlever, to lift, carry away, 

sweep off. 
ennemi, m., enemy, 
ennui, m,^ ennui, tedium, 
^norme, enormous, huge. 
enqn6rxr (s'), to make inquiry, 
enrichir (sOy to grow rich, 
ensemble, together, 
ensemble, m,^ whole, 
ensuite, afterwards, then, 
entendre, to hear, understand, 
entendu, -e, understood ; bien — , 

unquestionably, 
enti-er, -^re, entire, whole, com- 

plete. 



enti^rement, entirely, wholly. 

entortilU, -e, wrapped. 

entortiller (s')i to twist round, 
twine. 

entourer, to enclose, surround, 
wrap. 

entrain^, -e, dragged. 

entratner, to carry away, draw. 

entre, between, among; entr'euz, 
among them. 

entr^,/., entrance, inlet. 

entrelacer, to interweave. 

entreprenant, ~e, enterprising. 

entreprendre, to undertake. 

entrepreneur, m., manager. 

entreprise, /., undertaking, en- 
terprise. 

entrer, to enter, penetrate, land. 

entretenir, to maintain, keep in 
repair, converse with. 

entreyoir, to catch a glimpse (of). 

entr'ouyrir (s»)i to open. 

enyelopper, to envelop, sur- 
round ; s' — , to wrap oneself 
up. 

enyie, /., envy, desire; ayoir 
— de, to have a mind to. 

enyier, to envy. 

enyiron, about, almost. 

enyironnant, -e, surrounding. 

enyironner, to surround. 

eny irons, m.pL^ environs, vicin- 
itjr. 

enyisager, to eye. 

enyoyer, to send. 

^pais, -se, thick, dense. 

6paisseur, /., depth. 

^parpiller, to scatter. 

^paule,/., shoulder. 

6peryier, m,, sparrow-hawk. 

^pithHe,/., epithet, name. 

6poque,/., time. 

dpouz, m., husband. 

^prouyer, to experience ; — nne 
douleur, to feel a pain. 

^puiser, to exhaust ; s' — , to wear 
out. 

6quarri, -e, squared. 



VOCABULARY 



137 



^qtuurir, to square. 

6quilibre, m., equilibrium. 

£ri^ (Lac), m., Lake Erie, one of 
the Great Lakes, lying between 
Canada and New York, Penn- 
sylvania, Ohio and Michigan. 

erreur,/., error, mistake. 

esclayage, m., slavery. 

esclave, m.^/,, slave. 

escorter, to escort. 

espace, m., space. 

Espagnol, m., Spaniard. 

esp^ce,/., species, kind, race. 

esp^rance,/., hope. 

esp^rer, to hope, trust. 

espoir, «»., hope. 

esprit, m., spirit, mind. 

est, m,, east. 

estimer, to value. 

estomac, m,, stomach. 

^tablir, to establish, fix, settle ; 
8* — , to settle down, marry, be 
established. 

^tablissement, m,, establish- 
ment, settlement. 

6tatf m,y state, condition, com- 
monwealth. 

Etats-UniSy m, //., United 
States. 

^t^, m,, summer. 

6teindre, to extinguish, obliter- 
ate ; s' — , to die out. 

6teint, -e, extinguished. 

6tendre, to spread, stretch ; s' — , 
to extend, spread. 

^tendu, -e, stretched. 

6tendue,/., extent. 

^ternel, — le, eternal, endless. 

6ternit6,/., eternity. 

^tincelant, -e, sparkling, shin- 
ing. 

^tinceler, to sparkle, gleam. 

^toffe, /., cloth ; — s de laine, 
woolens. 

6tonn6, -e, astonished. 

^tonnement, m.^ astonishment. 

^tonner, to astonish, amaze; 
s' — I to wonder. 



^touffanty -e, sultry. 

^touffer, to> suffocate, stifle, 

smother, 
strange, strange. 
Stre, to be, exist, dwell, belong 

etre, m., being, individual; 
(£tre), God, Supreme Being. 

^trier, m,, stirrup. 

^troit, -e, narrow, limited. 

Europe,/., Europe. 

europ^n, -ne, European. 

Europ^en, m,, European. 

euz, them, they; — ^mlmefl^ 
themselves. 

^yaluation, /«, valuation, est^* 
mate. 

4yaluer, to rate. 

Eyangile, m., Gospel. 

^yanouir (a'), to vanish. 

^y^nement, m., event. 

^yidemment, evidently. 

^yiter, to avoid. 

^yocation, /., raising up (of 
spirits). 

exactement, exactly. 

exactitude,/*., correctness, acou- 
racy. 

examen, m., examination, scru- 
tiny. 

examiner, to examine. 

exc^der, to exceed. 

excellence,/.; par — , above all, 
in an eminent degree. 

exception,/., exception; k 1'— 
de, excepting. 

exc^s. m.f excess. 

excite, -e, excited, fanned. 

exciter, to excite. 

ex^ution, /., execution, accom- 
plishment. 

exemple, m., example; donner 
V—f to set the example; sana 
— , extraordinary. 

exercer, to exercise. 

exercice, m., exercise; — dtt 
corps, physical exercise. 

exiger, to exact, demand. 



138 



VOCABULARY 



exil£, -e, exiled. 

exiler, to exile, banish. 

ezister, to exist. 

expirer, to expire. 

explication,/., explanation. 

expliquer, to explain. 

explorer, to explore. 

explosion,/., discharge. 

exposer, to expose; s' — , to ex- 
pose oneself. 

exprimer, to express, speak; 
s' — , to express oneself. 

ext^rieur, -e, exterior. 

extraordinaire, extraordinary, 
uncommon. 

extraordinaire, m., uncommon 
thing; quelqne chose d' — , 
something unusual. 

extrlme, extreme, utmost. 

extreme, m., extreme, utmost 
point. 

extr6mit6,/., extremity. 



fabrique, /., factory, manufac- 
turing. 

face,/., face; en — , in the face, 
opposite ; — k — , face to face. 

facile, easy. 

facilement, easily, readily. - 

facility,/., facility, ease. 

faculty,/., faculty, power. 

faible, feeble. 

faim,/., hunger; avoir — , to be 
hungry. 

faire, to make, do, work, effect, 
produce, cause; se — , to be 
made, accustom oneself (to), 
take place. 

fait, -e, made, destined. 

fait, m., fact, deed, matter of 
fact. 

falloir, to be necessary, be 
obliged, need, want, must, 
should, ought. 

fameu-x,-8e, famous, renowned. 



familiariser, to familiarize, 
famille,/., family, 
fantastique, fantastic, fanciful, 
fardeau, m., burden, load, 
farine,/., flour, 
farouche, wild, 
fatigue, -e, fatigued, 
faubourg, fw., outskirt, suburb, 
faucher, to mow. 
faute,/.; — de, in lieu of. 
fauve, fallow, tawny ; bites — 8, 

/. //., deer, 
f^conder, to fertilize, 
f ^e, /., fairy ; contes de — s, m. 

//., fairy-stories, 
f^liciter (se), to congratulate 

oneself, 
femme,/., woman, wife, 
fendre, to cleave, split; ee — , 

to break asunder, 
fendu, -e, cleft, 
fenetre,/., window, 
fer, m.f iron, steel, axe; — k 

cheval, horseshoe, 
ferme, Arm. 
ferme,/., farm, 
fermer, to shut, close. 
fermet6,/., firmness, 
f 6roce, ferocious, 
f^rocit^,/., ferocity, 
fertile, fertile, 
feu, m., fire. 
feuillage, m., foliage, 
feuille,/., leaf, 
f^yrier, »»., February. 
fidMe, faithful, true. 
fidMe, m.,/,; lee — s,//., belier- 

ers. 
fid^lit^./., faithfulness, fidelity, 
fi-er, -ere, proud, 
fier (se), to trust (to), 
fifevre,/., fever, ague, 
fi^yreux, /»., delirious person, 

fever patient, 
figure, /., form, countenance, 

face, 
fignrer, to figure, represent; se 

— , to imagine, fancy. 



VOCABULARY 



139 



fily fn,f thread. 

fille,/., daughter, girl. 

filSy m,, son. 

fin./., end, extremity. 

fini, -e, finished. 

finir, to finish, conclude, have 

an end. 
fixe, set; un (Bil — , a glassy 

stare or look, 
fiz^y -e, fixed, 
fixer (se), to settle, 
flairer, to scent, 
fl^au, m.f scourge. 
flSchCy/., spire, 
flegmatique, phlegmatic, cold. 
fl6tri| -e, faded, 
fleur, flower, blossom, 
fleurdelis^y -e, marked with a 

fleur-de-lis. 
fleuri, -e, flowery, 
fleuve, m., river, 
flexibility, /., flexibleness. 
flexible, flexible, 
florissant, -e, flourishing, 
flot, m., wave, billow, 
flotter, to float, 
foi,/., belief. 
fois, /., time; une — , once; 

(tout) It la — , at once, 
folie,/., madness, folly. 
fond, -e, dark (of color), 
fonctionnaire, m., official. 
fond, !»., bottom, heart, gist; 

au — , at the bottom, 
fondation,/., foundation, estab- 
lishment, 
fonder, to found, erect, 
fondre, to melt, dissolve, 
fontaine,/., fountain, spring, 
force,/., strength, power; de — , 

by main strength. 
forc^, -e, forced, compelled, 
forcer, to force, compel. 
for§t, /., forest, 
forme, /., form, shape, aspect, 
former, to form, make. 
fort, -e, strong, stout, copious, 

violent. 



fort, very, very much, extremely. 

fortement, strongly. 

fortuity -e, fortuitous. 

fortune,/., fortune; faire — , to 
make one's fortune. 

foudre,/., thunderbolt. 

fougfere,/., fern. 

fouillis, m,j medley. 

foule,/., crowd, multitude. 

fouler, to trample, stamp upon ; 
— aiix pieds, to trample un- 
der foot. 

fonmi, -e, furnished. 

fonrniment, m., belt, (various 
articles of) equipment. 

fonrnir, to furnish, supply. 

fourrer, to stufiE, cram. 

foyer, m,, hearth, fireside. 

fracas, m., crash, noise. 

fragile, fragile, frail. 

fraicheur,/., coolness. 

franc, m., franc (about 20 cents). 

franc, franche, frank, sincere; 
un jour — , a whole day. 

franpais, -e, French. 

f rangais, m,, French (language) ; 
(BYanpais), Frenchman. 

France^/., France. 

f ranchir, to leap over. 

frappant, -e, striking. 

frapp6, -e, struck. 

flapper, to strike, smite, knock, 
impress; — k la, porte, to 
knock at the door. 

fratemel, -le, fraternal, broth- 
erly. 

frayer, to c^n, mark out, clear 
out. 

frayeur, /., fright. 

fr§le, frail, w^ak. 

fr6quent6, -e, frequented. 

fr^re, m., brother. 

frisson, m., cold fit, chill. 

froid, -e, cold, dispassionate. 

froid, m.f cold. 

froment, m,, wheat. 

front, m,, forehead; dd — , in 
front. 



140 



VOCABULARY 



fronti^e, /., frontier. 

fruity m.^ fruit, product, produc- 
tion. 

fugiti-f, -ve, fugitive, flitting. 

fair, to avoid, flee. 

fumde, /., smoke. 

fumer, to smoke. 

fureur, /., fury. 

furtiyement, by stealth, furtive- 
ly. 

fusil, f»., gun. 

futaie,/., forest; haute — , forest 
of full-grown trees. 



gager, to bet, wager. 

gagner, to gain^ earn, arrive (at), 

reach, catch, 
gaiement, gaily. 
gaiety, /., gaiety, merriment, 
gain, m.^ gain. 
garantir, to protect; se — , to 

shelter oneself. 
f^arpon, m., waiter; — de ferme, 

farm-hand. 
garde, /., guard ; chien de — , 

watch-dog; monter la — , to 

mount guard, 
garder, to keep, wear, 
garni, -e, furnished, provided, 

trimmed, 
gamir, to furnish, adorn, 
giteau, m., cake, 
gftter, to spoil, 
gauche, left; k — , on the left 

side, 
gazon, m., turf, sod. 
g^ant, m., giant, 
geler, to freeze, 
g^missement, m., groan, moan, 

sigh. 
gSnant, -^, troublesome, 
giner, to hinder. 
g^n^ral, -e, general, common; 

en — , in general, generally, 
g^n^ralement, generally. 



g^nie, m.f genius. 

genou, m.f knee. 

genre, m,, fashion, manner. 

gens, m, pl,f people, persons. 

gentilhomme, m., gentleman. 

Georgie, /., Georgia, one of the 

southernmost of the United 

States, 
germe, m., germ, seed, 
g^sir, to lie. 
gibier, m., game, 
giboyeu-z, -se, abounding in 

game, 
gigantesque, gigantic, 
gite, m.f shelter, lodging, 
glace, /., ice. 
glac^, --e, chilling, 
glacer, to freeze, chill, 
glacial, -e, glacial, cold, 
glapon, m., cake of ice. 
glisser, to glide ; se — , to creep, 
gloire, /., glory, 
gonfler (se), to be swollen, 
gorger (se), to gorge, cram one- 
self, 
gothique, Gothic, 
goufire, m,f abyss, 
goi^t, fn,f taste, inclination, fancy, 
goiter, m., afternoon luncheon, 
goutte, /., drop, 
grand, -e, great, grand, large, 

tall, big; — uniforme, full 

uniform, 
grand, m.^ greatness ; en — , on 

a large scale, 
grandeur, /., greatness, size, 

grandeur, 
grandir, to grow, 
grappe, /., bunch (of grapes), 

cluster, 
gravement, gravely, 
gravir, to climb. 
gr§le, thin, slender, 
grenier, m., loft, 
grfeve, /.fc strand, 
grimpart, -e, climbing, 
gronder, to growl, rumble, 
gros, -se, big, huge, numerous. 



VOCABULARY 



141 



grosseur, /., size. 

grossi-er, -kie, plain, rude. 

groupe, m,, group. 

groups, -e, grouped, clustered. 

grouper, to group. 

gu^, m., ford; passer k — , to 
ford. 

gn^re, little, hardly ; ne . . . — , 
scarcely, hardly, but little. 

gu6rir, to recover. 

gu^rite, /., sentry-box, watch- 
tower. 

guerre, /., war. 

g^errier, m,, warrior, soldier. 

guider, to guide. 



[' denotes an aspirate h] 

habilet^, /., skill. 
habillement, m., dress, 
habiller, to dress, 
habit, m.f dress, garb, 
habitant, m,, inhabitant, 
habitation, /., dwelling-place, 

residence, settlement. 
habits, -e, inhabited, 
habiter, to inhabit, reside in. 
habitude, /., habit, custom; 

prendre V — , to fall into the 

habit, 
habituel, -le, usual, 
habituer, to accustom; s' — , to 

accustom or inure oneself. 
'hache, /., axe. 
'haine, /., hatred, 
'halte,/., halt; faire — , to halt. 
'hameau, m.^ hamlet.* 
'hardi, -e, bold, fearless, 
harmonie, /., harmony, 
'hasard^, -e, uncertain. 
'hUter (se), to make haste, hurry, 
'haut, -e, high, tall; plus — , 

before, earlier. 
'haut, m.y height, top ; au — du 

Mississipi, at the headwaters 

of the Mississippi. 



'hautain, -e, imperious, lofty. 

'hauteur, /., height. 

'hayresac, f»., knapsack. 

'hennissement, m.y neighing. 

herbe, /., grass ; mauvaises — s, 
pL, weeds. 

heritage, m,, inheritance. 

heroique, heroic. 

h^siter, to hesitate. 

heure, /., hour, o'clock. 

heureu-z, -se, happy. 

heureusement, happily, success- 
fully. 

'heurt^, -e, jostled, abrupt. 

hier, yesterday. 

histoire, /., history, story. 

hiyer, m., winter. 

'hocher, to shake. 

homme, in., man, mankind. 

honnSte, honest, upright. 

honn6tet6, /., honesty. 

honneur, m., honor; faire lea 
— s, to do the honors. 

'honte, /., shame, disgrace. 

'honteu-x, -se, shameful, dis- 
graceful. 

hdpital, m,, hospital. 

horreur, /., horror, terror. 

'hors, out. 

hospitali-er, -^re, hospitable. 

hospitality, /., hospitality. 

hdte, m.f host, landlord, guest. 

hdtesse, /., hostess. 

'hourra, m., hurrah. 

Hudson, m., Hudson River. The 
city and harbor of New York 
are at the mouth of the Hud- 
son. 

'huit, eight ; — jours, a week. 

humain, -e, human. 

humain, m., human being, //., 
mankind. 

humanity, /., humanity, man- 
kind. 

humeur, /., mood. 

humide, humid, moist, damp. 

humidity, /., dampness, mois- 
ture. 



142 



VOCABULARY 



hmnilit^, /.; humility. 

'hurlement, m,y howl. 

^Haron (Lac), m,, one of th« 
Great Lakes forming part of 
the eastern boundary of Michi- 
gan. 

'hutte, /., hut. 



ici. here, in this place. 

idee, /., idea. 

idiome, /., idiom. 

ignominie, /*., ignominy, dis- 
grace. 

ignominieu-Zy-se, ignominious. 

ignor^i -e, unknown ; vivre — , 
to lead a hidden life. 

ignorer, to be ignorant (of), not 
know. 

He, /., island. 

illuminer, to illuminate. 

illusion, /., illusion, delusion; 
f aire — & quelqu'un,to deceive 
somebody ; se faire — , to de- 
ceive oneself. 

image, /., image, description, 
picture. 

imaginer, to imagine, contrive; 
s' — , to imagine, fancy. 

imiter, to imitate. 

imm^diatement, immediately, 
directly. 

immensity, /., immensity. 

immobile, motionless. 

immobility, immobility. 

immuable, unchangeable, im- 
mutable. 

impassibility, /., impassible- 
ness. 

impassible, impassible, un- 
moved. 

imp^rien-z, -se, imperious, 
haughty. 

imperturbable, unshaken. 

imp^uosit^, /., impetuosity. 

impitoyable, merciless, pitiless. 

implacable, implacable, stern. 



importer, to be of importance; 
n'importe ! no matter 1 never 
mind! 

importun, -e, tiresome. 

importun, m,, intruder. 

imposant, -e, imposing. 

impossibility, /., impossibility. 

impdt, m,f tax. 

impr^YU, -e, unforeseen, un- 
looked for. 

imprimer, to instil. 

imprimeur, m., printer. 

impudeur, /., immodesty. 

impulsion, /., impulse. 

inanim^, -e, inanimate, lifeless. 

inarticul6, -e, inarticulate. 

incertain, -e, uncertain. 

incertitude /., uncertainty. 

incessamment, immediately, 
continually. 

inciyiliB^, -e, uncivilized, coarse. 

incl^mence, y., inclemency, se- 
verity. 

incoherent, -e, incoherent, un- 
connected. 

incommode, inconvenient, trou- 
blesome. 

incomprehensible, incompre- 
hensible, unintelligible. 

inconnu, -e, unknown. 

incontestable, indisputable. 

incroyable, incredible, beyond 
belief. 

inculte, uncultivated. 

incurie, /., negligence. 

ind^pendamment, independent- 

ind^pendance, /., independence, 

freedom, 
indien, -ne, Indian, 
indien, m., Indian (language); 

Indien (Indienne, /.), Indian, 
indifference, y., unconcern, 
indigene, m.^ /., native, 
indiquer, to indicate, point out. 
indiyidu, m, individuaL 
individuel, -le, individual, 
indocile, stubborn. 



VOCABULARY 



143 



indiistriey /., business, manu- 
factures, skill. 

inexplicable, inexplicable, in- 
comprehensible. 

inexprimable, unutterable. 

inextricable, inextricable, un- 
solvable. 

infailliblement, certainly.. 

infatigable, indefatigable, tire- 
less. 

informe, shapeless, ugly. 

informer (s'), to make inquiries, 
ask. 

infortttne, /., misfortune. 

infraction. /., violation. 

inoffensi-x, -ye, inofiEensive. 

inqni-et, -hte, uneasy, restless. 

inquietude, /., anxiety. 

insatiable, insatiable. 

inscrire, to inscribe. 

insensibility, /., insensibility, 
apathy. 

insensible, insensible, unfeeling. 

insinuation, /., hint. 

insolite, unusual. 

insouciance, /., carelessness. 

insouciant, -e, careless. 

instability, /., instability. 

instant, m,, instant; k V — , in- 
stantly. 

instrument, m., implement. 

insupportable, intolerable. 

inteUectuel, -le, intellectual. 

intelligence, /., intelligence, un- 
derstanding. 

int^ressant, -e, interesting. 

int^ress^, -e, interested, selfish. 

int^resser, to interest. 

int^r^t, m,, interest, concern, 
self-interest. 

int^rieur, -e, interior, inner. 

int^rieur, m., interior, inside. 

interroger, to question. 

interrompre, to interrupt. 

interrompu, -e, interrupted. 

interstice, m., interstice. 

interyalle, m.f interval. 

interyenir, to interfere. 



intimider, to intimidate, fright- 
en. 

introduire, to introduce, show 
in ; s' — , to get in, enter. 

inutile, useless. 

inutilement, vainly, fruitlessly. 

inyincible, insuperable. 

inyiter, to invite. 

inyolontaire, involuntary. 

isoie, -e, isolated, lonely. 

isolement, m,, isolation. 

isoler, to isolate. 

iyre, drunk. 

iyresse, /., intoxication. 



jadis, formerly. 

jalou-z, -se, jealous. 

jamais, ever, never. 

jambe, /., leg. 

jambon, m., ham. 

jaquette, /., jacket. 

jardin, m., garden. 

j^suite, m.f Jesuit. 

jet, m,f shoot, jet (of water). 

Jeter, to cast. 

jeune, young, green. 

jefiner, to fast. 

jeunesse, /., youth. 

joie, /., joy. 

joindre, to join, unite. 

joint, -e, joined. 

joli, -e, pretty. 

jouer, to play ; se — , to sport ; 
se — de fortune, to dally with 
fortune. 

jouet, m,, plaything. 

jouir, to enjoy. 

jour, m.t day, daylight, opening; 
tons les — 8, every day ; un — , 
some day; au grand — , in 
broad daylight; se faire — , 
to make one's way. 

journal, m., journal, newspaper. 

journali-er, -^re, daily. 

journ^,/., day. 



144 



VOCABULARY 



juger, to judge, think. 

juillet, m,f July. 

jusque, until, till, to, as far as, 

even, down to; jusqu'it ce 

que, until, 
juste, just, accurate; au — , 

exactly ; tout — , just exactly, 
justesse,/., justness. 
justice, /., justice; rendie — it, 

to do justice to. 



U, there, thither; — dedans, 
within; de — , from that 
cause. 

labour, m,^ plowing. 

labourer, to plow. 

laboureur, 01., plowman, farmer. 

labyrinthe, m., labyrinth. 

lac, m.f lake. 

licher, to let loose. 

laine, /., wool; de — , woolen. 

laisser, to leave, allow; se — , 
to suffer oneself. 

lait, m., milk ; pot au — , milk 

jug- 
laitidre, /., milkmaid. 

lancer, to launch ; se — , to rush. 

langage, m., language, speech. 

langes, m.pLy swaddling clothes. 

langue, /., tongue, language. 

laquelle, see lequel. 

large, wide, broad,' great. 

largeur, /., breadth, width. 

larme, /., tear. 

lecteur, m,^ reader. 

l^galitl, /"., legality. 

16g-er, -ere, light. 

l^g^rement, lightly, slightly. 

legitime, legitimate, lawful. 

Hguer, to bequeath. 

lendemain, tn,^ morrow, next 

day, following day. 

lent, -e, slow. 

lentement, slowly. 

lenteur, /., slowness. 



lequel (laquelle, /.), //., leo- 
quels, lesquelles, who, whom, 
which, which one. 

l^thargie, /., lethargy. 

lettre, /., letter. 

Iev6, -e, up, out of bed. 

lever, to lift, raise up ; se — , to 
get up, rise. 

lever, m., rising. 

Ifevre, /., lip. 

liane, /., creeper, vine. 

liberty, /., liberty. 

libre, free. 

librement, freely. 

lien, f»., bond. 

lier, to bind, connect. 

lieu, m., place; au — de, in- 
stead of. 

lieue, /*., league (2} English 
miles). 

ligne, /., line. 

limite, /., bound, limit. 

limpide, limpid, clear. 

limpidity, /., clearness. 

liqueur, /.; //., liquor. 

lire, to read. 

lisifere,/.; //., edge (of a forest). 

lit, m,y bed. 

livre, m., book. 

livrer, to deliver, deliver over; 
se — , to expose oneself, de- 
vote oneself. 

logicien, 01., logician. 

logique, /., logic. 

logis, m., home, dwelling, house. 

loi, /., law. 

loin, far, far off, remote ; au — , 
afar, de — en — , at great 
intervals. 

lointain, m., distance. 

loisir, m., leisure. 

long, -ue, long, large. 

long, m., length ; le — de, along, 
over. 

longtemps, a long while. 

longueur, /., length. 

lors, then, at that time. 

lorsque, when. 



VOCABULARY 



145 



kraer, to hire, rent. 

LouisianCy/., one of the United 
States, situated at the mouth 
of the Mississippi. 

lonpy m., wolf. 

lourdementy heavily. 

loutre, /*., otter. 

Ineiir, /., gleam. 

luisant, -e, shining. 

Inmi^rey /., light, intelligence, 
bright mind. 

liunineu-Zy -se, bright, lumin- 
ous. 

lune, /., moon. 

luth^rien, -ne, Lutheran. 

lutte, /., struggle, contest. 

lutter, to wrestle, struggle. 

Inze, 01., luxury. 



m&cher, to chew. 

main, /., hand. 

main-d'OBUvre,/., manual labor. 

maintenant, now, at present. 

mats, but, why. 

maiSy m,, maize, Indian com. 

maison, /., house, home, habi- 
tation ; — de campagne, coun- 
try-seat. 

maitre, 01., master, owner. 

maitresse, y., mistress. 

majesty, /., majesty. 

majestueu-x, -se, majestic. 

majestueusementy majestically. 

majeure, /., major premise of a 
syllogism. 

mal, m,t evil, disease. 

mal, wrong, badly, uncomfort- 
ably. 

malaae, sick, diseased. 

malade, m., /., sick person, pa- 
tient. 

maladie, /., sickness, illness. 

m&le, male, masterly. 

malgr^, in spite (of), notwith- 
standing. 



malheur, m., misfortune, woe. 

malheureu-x, -«e, unfortunate, 
unhappy, miserable. 

malheureux, m., unhappy per- 
son, wretch. 

malheureusement, unfortunate- 
ly- 

malle, /., trunk, box. 

malsain, -e, unhealthy. 
maman, /*., mama, mother. 
Manche, /., English Channel, 
man^e, m.^ manege, ridings 

place or school, 
manger, to eat. 
mani^re, /., manner, way, sort ; 

de — que, so that; de U 

m§me — , in the same manner. 
manoeuYier, to maneuver, 
manque, m., want, lack, 
manquer, to miss, fail, have need 

(of), want. 
manteau, cloack; — de chemi- 

nde, mantelpiece, 
manuel, -le, manual, 
maquignon, m,, horse-dealer, 
marais, m., marsh, swamp. 
marchant, 01., merchant. 
marche, /., march, advance, 

journey ; en — , on the march. 
march6, m., market, bargain ; 

entrer en — , to bargain ; k 

bon — , cheap, 
marcher, to walk, travel, saiL 
mar^cage, m,^ marsh. 
mar6cageu-z, -se, marshy, 
mari, m., husband, 
marquer, to mark, 
massacrer, to massacre, slay, 
masse, /., mass. 
m&t, m., mast, 
matelot, m., seaman, sailor, 
maternel, -le, maternal ; langue 

— le, /., mother-tongue, 
mati^re, /., matter ; en — de, 

in point of. 
matin, m., morning, forenoon, 
mauyais, -e, bad. 
m6chant, -e, bad, wicked. 



146 



VOCABULARY 



m^ecin, m., physician. 

m^decine, /., medicine. 

m^diocrement, tolerably. 

meilleur, -e, better. 

m^lancoliquey gloomy, melan- 
choly. 

m^langey m., mixture. 

m§l^, -e, mixed, blended. 

mdler, to blend; se — , to be 
mingled, meddle. 

membre, m., member, limb. 

m§me, same, even; also; de — , 
likewise. 

m^moire, /., memory. 

menacer, to threaten. 

mener, to lead. 

m^pris, m.f contempt, disdain. 

m^prisant, -e, disdainful. 

m^prisery to despise, scorn. 

mer, /., sea. 

meridional, -e, southern. 

m^riter, to merit, deserve. 

meryeille, /., marvel, wonder; 
It — , admirably well, wonder- 
fully well. 

meryeilleu-x, -se, marvellous. 

messager, m., messenger. 

mesure, /., measure ; k — que, 
in proportion as, according to. 

mesiir^, -e, measured, cautious. 

m6thodiste, Methodist. 

m^tis, m.f mestizo, half-breed. 

mettre, to put, put out, set, 
place; se — , to put oneself, 
sit down, begin. 

Mexique, m., Mexico. 

midi, m., midday. 

miel, m., honey. 

mieuz, better, rather. 

mieuz, m., better, best; le — 
que je peux, as well as I can. 

milieu, m., middle, midst ; au — 
de, in the midst of ; par le — , 
in the middle. 

militaire, military. 

mille, thousand. 

mille, m,, mile. 

millier, m,f thousand. 



mineure, minor proposition of a 
syllogism. 

minuit, m., midnight. 

mire, /., sight (of a gun). 

miroir, m., mirror. 

mise, /., dress. 

Missouri, m,f the Missouri River, 
the great western tributary of 
the Mississippi. 

mis^re, /., misery, poverty. 

mode, /., mode, fashion ; Stre k 
la — , to be in fashion. 

modMe, m., model. 

mod^r^, -e, reasonable. 

moelle, /*., marrow. 

moeurs, /. //., manners. 

moindre, less, least. 

moins, less; k — de, for less 
than, without ; k — que, un- 
less ; au — , du — , at least. 

mois, f»., month. 

moisson, /., harvest, harvest- 
time. 

moitie, /.t half, moiety; k — , 
by half, half. 

moment, m,^ moment, instant ; 
par — s, at times ; pour le — , 
for the time being. 

momentan^, -e, momentary, 
temporary. 

momentan^ment, momentarily. 

momie, /., mummy. 

monde, m., world, people, so- 
ciety ; tout le — , everybody. 

monnaie, /*., money. 

monotone, monotonous. 

monsieur, m., gentleman, Sir, 
Mr. 

monstre, m., monster. 

montagne, /., mountain. 

monter, to mount, go up, ascend, 
embark, amount ; — la garde, 
to mount guard ; — k cheyal, 
to mount a horse. 

montrer, to show, exhibit, point 
out ; se — , to appear. 

monture, /., nag. 

morality, /., morals, morality. 



VOCABULARY 



147 



morcean, m., morseli piece. 

mordre, to bite. 

xnorne, mournful. 

morty /., death. 

mort, -e, dead, lifeless. 

mortal, -le, deadly, mortal. 

mot, m., word. 

mouche,/., fly ; — i feu, fire-fly. 

moucher, to snuff (a candle). 

moucheron, m,, gnat. 

mouchoir, m., handkerchief. 

mouiller, to wet. 

mourant, m., a dying person. 

mourir, to die. 

mottsqueterie, /., musketry. 

mousse, /., moss, froth. 

mousseline, /., muslin. 

moustique, m,, mosquito. 

mouvement, m., movement, mo- 
tion, impulse. 

moyen, -ne, middle. 

moyen, m., means; au — de, 
by means of. 

moyennant, in return for. 

mulitre, m., mulatto. 

multiplier (se), to increase, grow 
more. 

munition, /., ammunition, sup- 
plies. 

mur, m., wall. 

miir, -e, mature. 

muraille, /., high wall. 

murmure, m,, murmur. 

muscle, m,f muscle. 

museau, m., muzzle, nose. 

musique, /., music. 

mutiler, to mutilate. 

mutuel, -le, mutual. 

mTriade,/., myriad. 

myst^re, m,f mystery. 



N 

nacelle,/., small boot, 
nager, to swim, 
nai-f , -ye, naive, artless, 
nain, m,, dwarf. 



naissance,/., birth. 

naissant, -e, newly-born, nas- 
cent, rising, infant. 

naitre, to be bom, originate; 
faire — , to give rise to. 

naivete, /., artlessness ; nai vet^. 

nappe,/., cloth ; — d'eau, sheet 
of water. 

natte,/., mat. 

nayigateur, m,, navigator. 

nayiguer, to sail. 

ne, no, not; — pas, — point, 
not; — ... que, only. 

n6, -e, bom. 

n^cessaire, necessary. 

n^cessairement, necessarily. 

n^cessit^,/., necessity. 

ndgre, m., negro. 

neige,/., snow. 

nettete,/., clearness. 

neuf , nine. 

neu-f, -ye, new, young. 

nez, m.f nose. 

ni, neither, nor, or. 

Niagara, m., Niagara (Falls). 

niyeau, 01., level. 

nocturne, nocturnal, in the night. 

noir, -e, black. 

noir, m., black, negro. 

nom, f»., name. 

nomade, nomadic. 

nombre, m., number. 

nommer, to name, call. 

non, no, not; — plus, neither, 
either. 

nord, m,f north; (Nord), the 
northern part of the United 
States. 

nord-ouest, m., north-west. 

normand, -e, Norman. 

note,/., note, remark. 

noter, to note, mark. 

nourri, -e, nurtured. 

nourrir, to nourish, maintain. 

nourriture,/., food. 

nouyeau, nouyel, -le, new, re- 
cent; de — , again, anew. 

nouyeau-yenu, m,t new-comer. 



148 



VOCABULARY 



nouYelle,/., news. 

noyer, to drown. 

nu, -e, naked, bare. 

nuage, m., cloud. 

nuance,/., shade. 

nudity, /., nudity, nakedness. 

nu^e,/., swarm. 

nuit, /., night ; il fait — , it is 

night, 
nul, -le, no, nobody ; — le part, 

nowhere, 
num^rique, numericaL 
nuptial, -e, nuptial, bridal. 



ob^ir, to obey, yield. 

ob6issant, -e, obedient. 

objet, m., object. 

oblige, -e, obliged. 

Obscur, -e, dark, gloomy, ob- 
scure, difficult 

obscurity,/., obscurity, gloom. 

observation, /., observation, re- 
mark, observance. 

observer, to observe. 

obstacle, m,, obstacle. 

obstin^ment, obstinately. 

obstruer, to obstruct. 

obtenir, to obtain, get. 

occasion,/., opportunity. 

occupy, -e, employed, engaged. 

occuper, to occupy ; s' — de, to 
occupy oneself with. 

OC^an, m,, ocean. 

oeil, m, {pi,, yeuz), eye ; k ses 
yeux, in his estimation. 

OBUvre,/., work. 

office, m., public worship. 

offre,/., offer. 

offrir, to offer, propose, present ; 
s' — , to offer oneself. 

Ohio, m,f one of the United 
States, lying south of Michi- 
gan and Lake Erie ; the Ohio 
River, largest eastern tribut- 
ary of the Mississippi. 

oiseau, m,, bird. 



ombrage, m., shade. 

ombrager, to shade; faire — , 
to throw into the shade, over- 
shadow. 

on (I'on), one, we, you, they, 
people, somebody. 

Ontario (Lac), m,, Lake Ontario, 
the most eastern of the Great 
Lakes. 

oppos^, -e, opposite, contrary. 

opposer (s'), to be opposed, to 
object. 

opulent, -e, opulent, wealthy. 

or, now, but. 

oracle, m,, oracle. 

orage, m., tempest. 

ordinaire, m., ordinary practice ; 
d' — , usually. 

ordinairement, usually. 

ordonner, to order, direct. 

ordre, m., order, disposition. 

Oreille,/., ear. 

organisation, /., organization, 
physique. 

orgueil, m., pride, arrogance. 

ornement, m,, ornament, fur- 
nishing. 

08, m., bone. 

oser, to dare. 

osier, m., water-willow. 

6ter, to take away, take out. 

ou, or. 

oil, where; par — , which way, 
where . . . through. 

Oubli6, -e, forgotten. 

oublier, to forget. 

ouest, m., west. 

ours, m., bear. 

outre, further ; en — , moreover. 

ouvrier, m., laborer, workman. 

ouvrir, to open ; s* — , to open. 



pacifique, peaceful, pacific; mer 

— , Pacific Ocean, 
paganiame, m.., paganism, 
paiement, m,, payment. 



VOCABULAKY 



149 



pain, m., bread. 

paire,/., pair. 

paisiblement, peacefully, peace- 
ably. 

paix,/., peace. 

palais, m;, palace. 

pHle, pale, pallid. 

palpitant, -e, palpitating ; mem- 
bres — 8, quivering members. 

pantalon, m,, pantaloons, trous- 
ers. 

papier, m., paper. 

par, by, out of, in, for the sake 
of; — consequent, conse- 
quently; — dessua, above, 
over. 

parader, to show oneself, parade. 

parattre, to appear, seem. 

paralyser, to paralyze. 

parasite, parasitic. 

parce que, because, since. 

parcourir, to travel over, survey. 

pareil, -le, like, alike, similar, 
such. 

parent, m,, relative, //., parents. 

parfait, -e, perfect. 

parfaitement, perfectly. 

parfois, sometimes. 

parlant, -e, speaking. 

parlementer, to parley. 

parler, to speak, talk. 

parleur, m,, talker. 

parmi, among. 

parol,/., wall. 

parole, /., word ; adresser la — , 
to address, speak ; prendre la 
— , to begin to speak. 

part, /., part, share ; k — , aside ; 
autre — , somewhere else ; de 
— et d'autre, de toutes — s, 
on all sides ; de notre — , on 
our part ; faire — k, to inform ; 
prendre — k, to participate 
in. 

partager, to share. 

partant, therefore. 

parti, m., resolution, plan, ad- 
vantage, party ; prendre le — , 



to come to a resolution ; tirer 
— de, to reap advantage from. 

particulie'r, -^re, special. 

particuli^rement, particularly, 
peculiarly. 

partie, /., part, portion. 

partir, to depart, set out, go off; 
k — de, from. 

partisan, m., partisan, adherent. 

partout, everywhere. 

parure, /., dress, finery. 

paryenir, to reach, attain, suc- 
ceed. 

pas, m.f pace, step; d'un — 
pr^cipite, hastily; — k — , 
step by step; mauvais — , 
dangerous place. 

pas, no, not, not any. 

passage, «»., passage, road, pas- 
sage-money. 

passag-er, -4re, temporary. 

passe, m,f things past, time past. 

passer, to pass, go over, cross; 
se — , to happen, pass. 

^passion^, -e, passionate. 

passioner, to excite. 

patiemment, patiently. 

patriarcal, -e, patriarchal^ 

patrie, /., native land. 

patte, /., paw, foot. 

pauyrete, /., poverty. 

payer, to pave. 

payer, to pay, reward ; se — , to 
be bought, cost. 

pays, w., country. 

paysan, m., (payaanne,/.) peas- 
ant. 

peau, /., skin. 

prober, to fish. 

pgcheur, m.^ fisherman. 

peindre, to paint, describe; se 
— , to be depicted, spread 
over. 

peine,/., pain, trouble, difficulty, 
affliction ; k — , hardly ; ayoir 
de la — ky to find difficulty in. 

peint, -e, painted. 

p§le-inlle, helter-skelter. 



ISO 



VOCABULARY 



peUeterie, /.; //., fur trade. 

pendant, during. 

pendant, m,, pendant; — 8 
d'oreiUes, ear-rings. 

pendre, to hang. 

p6n6tre, -e, penetrated. 

p^n^trer, to penetrate. 

p4nible, painful, laborious, trou- 
bled. 

p^niblement, painfully, labor- 
iously. 

pens^e, /., thought. 

penser, to think. 

Pensylvanie, /., Pennsylvania, 
one of the United States. 

pente, /., declivity, slope. 

perc6, -e, pierced, opened, es- 
tablished. 

percer, to pierce, open. 

jMrceyoir, to perceive. 

perdre, to lose; se — , to be lost. 

perdtt, -e, lost 

p^remptoirement, peremptorily. 

perfectionnementy m., improve- 
ment, [ous." 

p6rillea-x, -ae, perilous, danger- 

p^rir, to perish, die. 

permattie, to permit, suffer. 

perp^tuellement, perpetually. 

pers^Y^rant, -e, persevering. 

personne, {pron^ m,, nobody, 
no one, anybody, anyone. 

perspective, /., perspective. 

persuader, to persuade. 

perte, /., damage; k — de vne, 
out of sight, as far as the eye 
can reach. 

pesant, -e, heavy. 

peser, to weigh. 

p^tHler, to crackle. 

petit, -e^ little, small. 

petit-enuint, m., grandchild. 

petitesae, /., smallness. 

pen, little, little bit, slightly, 
hardly, few ; k — pr^8, nearly ; 
depuis — , lately ; — k — , by 
degrees ; sons — , before long ; 
tant aoit — , ever so little. 



penplade, /., tribe, 
people, m., people, nation, 
peupler, to people, stock ; se — , 

to become peopled, 
peur, /., fear; avoir — , to be 

afraid; prendre — , to take 

fright, 
pent-ltre, perhaps, 
philanthrope, m,, philanthro- 
pist, 
philanthropie, /*., philanthropy, 
philosophe, m,, philosopher, 
physiognomie,/., physiognom y, 

aspect. 
physionomie, /*., countenance, 

face, 
physique, physical, 
pi^ce, /., piece ; d'nne senle — , 

entire, ail of a piece; — k — , 

piece by piece, 
pied, m., foot, footing; toe anr 

— , to be astir; mettre — k 

terre, to alight, 
pierre, /., stone; k — fendre, 

^hard) enough to split a rock. 
piet6, /., piety, devotion, 
piston, m.f pedestrian. 
piUer, to pillage, 
pin, m.f pine, 
pionnier, m., pioneer, 
piquer, to excite, 
piqnre, /., string, 
pirogue, /., canoe. 
piti6, /., pity; c'est — , it is a 

pity, it is pitiable, 
pittoresque, picturesque, 
place, /., place, room ; faire — 

kf make way for; tenir en — , 

to remain in (one) place, 
placer, to place ; se — , to take 

up a situation or position, 
plaindre (se), to complain, 
plainti-f , -ve, plaintive, 
plaire, to please, 
plaisir, m,. pleasure, delight, 
plan, m,f plan, project, 
planche,/., plank, board, 
plancher, 01., floor. 



VOCABULARY 



151 



planter, to plant 

planteur, m., settler. 

plat, -e, flat. 

plat, m,t dish, mess. 

plain, -e, full, filled; en — air, 
in the open air; en — jonr, 
in broad daylight. 

plein, m.f full (of the moon, etc.). 

pleuTOir, to rain. 

plier (se), to bend. 

plomb. m., lead, shot 

plonge, -e, immersed. 

pluie,/., rain. 

plume,/., feather. 

plupart,/., most, most part, ma- 
jority. 

plus, more,most, over, moreover, 
besides, no more ; — loin, fur- 
ther ; — tdt, sooner ; au — tdt, 
as soon as possible ; de — , be- 
sides ; un jour de — , one day 
more ; de — en — , more and 
more; non — , neither, not 
either, either. 

plusieurs, several, many. 

plutdt, rather, sooner. 

poche,/., pocket; mouchoir de , 
— , pocket handkerchief. 

po^tique, poetic. 

point (ne . . . point), not, not at 
all, no, not away. 

pointe,/., sharp end, point, pro- 
jecting bit. 

poire, /., pear; — k poudre, 
powder-flask. 

poitrine,/., breast 

pdle, pole. 

police, -e, civilized. 

policer, to refine, civilize. 

politique, political. 

politique, m,, politician. 

politique, /., politics ; parler — , 
to talk (on) politics. 

pomme,/., apple; — de terre, 
potato. 

pommette, /., prominence ; — 8 
de see joues, his cheekbones. 

pommier, m., apple-tree. 



ponctuellement, punctually. 

pont, m., bridge. 

populace,/., rabble. 

pore, pig, hog. 

porcelaine,/., porcelain, china. 

port, m,y port, harbor. 

portant, -e, bearing ; dtre bien 
— , to be in good health. 

porte, /., door, gate, gateway ; 
— coch^re, yard-gate, drive- 
way. 

porte, -e, inclined, prone. 

portde, /., reach; k notre — , 
within our reach. 

porter, to carry, bear, wear, in- 
duce, prompt, declare; — le 
regard, to glance. 

portier, m., porter. 

pos^, -e, placed, laid. 

poser, to set. 

positi-f^ -ve, positive. 

poss^^r, to possess, hold, be 
possessed (of) ; se — .^ to have 
self-command; il ne se pos- 
sMe pas de joie, he is beside 
himself for joy. 

possesseur, m., owner, master. 

possession,/., possession; met- 
tre en — , to invest. 

possible, m., possibility, utmost. 

poste, m,, post. 

poste, /., stage-coach ; aller en 
— , to travel by stage-coach. 

pot, m., pot, jug. 

Potomack, m., Potomac River. 

poudre, /., powder, gunpowder. 

pour, for, on account of, in 
order ; — que, that. 

pourquoi, why, for what reason. 

poursuiyi, -«, pursued. 

poursuivre, to pursue. 

pourtant, however. 

pouryoir, to provide. 

pousse,/., shoot, sprout. 

pousser, to push, force, impel, 
throw, provoke, sprout, sprout 
forth ; — des oris, to scream, 
shout. 



152 



VOCABULARY 



poussiire,/., dust. 

pouYoir, to be able, can, may. 

pouYOiTi m,f power. 

prairie, /., meadow, prairie. 

pratique, practical. 

pratiquer, to practice, make. 

pr^c^ent, preceding. 

pr^cMer, to preceed. 

pr^cieu-Xy -^e, precious, valu- 
able. 

pr^cipitamment, precipitately, 
hurriedly. 

prteipit^, -6, hasty, hurried. 

pr^ipiter, to precipitate, hurl; 
86 — , to rush. 

pr^cis^ment, precisely, exactly. 

pr^f 6rery to prefer. 

pr6jug6, m,, prejudice. 

pr^matar^, -«, premature. 

premi-er, -hre, first. 

prendre, to take, .seize, freeze ; 

— peiir, to take fright; se 

— £, to take hold of ; 8*y — , 
to proceed. 

preparer, to prepare ; se — , to 
get ready. 

pres, near, hard by ; k pen — , 
near, nearly, almost ; de — , 
close at hand>; de plus — , 
nearer by ; — de, close to. 

presbyt^re, m,, parsonage. 

prescription, /., direction, ad- 
vice. 

prescrire, to prescribe, order. 

presence, /., presence; lis le 
trouvent eft — , they meet. 

present, -«, present; k — , at 
present ; jnsqn'jt — , till now ; 
quant k — , (as) for the present. 

presenter, to present ; se — , to 
present or introduce oneself. 

priisident, m., president. 

presque, almost, scarcely. 

presqtt'ue, /., peninsula. 

press^, -^, crowded, hurried. 

pressor, to squeeze, crowd, hast- 
en; se — , to make haste, 
crowd. 



prSt, -6, ready; prepared. 

pr6tendre, to pretend, lay claim, 
claim for. 

prdtendu, -e, pretended, sham. 

prSter, to lend; — Poreille, to 
listen. 

pr6tre, m., priest, preacher. 

prenye, /., proof. 

provenance, /., kind attention. 

provision, /., foresight. 

prOvoir, to foresee. 

prior, to pray. 

pri^ro, /., prayer; livre do — 8, 
prayer-book. [meval. 

primiti-f, -yo, primitive, pri- 

pris, -0, taken, seized, affected, 
frozen ; une taillo bion — o, a 
well-developed form. 

prise, /., hold. 

prisor, to prize, rate. . 

priver, to deprive. 

priz, m., price, value, worth ; — 
do service, pay ; hers do — ^ 
uncommonly dear. 

probablement, probably. 

procMO, m., proceeding, be- 
havior. 

procho, near. 

procurer, to procure ; 80 — , to 
get for oneself. 

prodiguer, to lavish. 

prodttiro, to produce. 

produit, m., product ; 6tro on — , 
to be productive. 

profit, tn., profit ; mottro k — , 
to improve to the best advant- 
age. 

profiter, to profit, benefit. 

profond, -e, deep, dense, pro- 
found, heavy. 

profond^ment, profoundly. 

profondeur, /., depth. 

proie, /., prey. 

projet, m., project, plan. 

projeter, to intend. 

prolonger (se), to extend. 

promener, to turn, direct ; so — , 
to walk, take a walk. 



VOCABULARY 



153 



promettrei to promise. 

prononcer, to pronounce, utter. 

propager (se), to be propagated. 

proph^ique, prophetical. 

proportionn^, -e, proportioned. 

propos, m,, tiWiy remark, design, 
purpose; k — de, in reference 

proposition, /., proposal. [to. 

propre, one's own; proper, fit, 
adapted, peculiar; clean, cor- 
rect. 

propret6, /., cleanliness. 

propri^ire, m., /., owner. 

propri^t^y /., property; en 
pleine — , in absolute owner- 
ship. 

proue, /., prow. 

proaesse, /., feat of valor. 

prouver, to prove. 

proyidence) /., god-send. 

proyince, /., province, country. 

psalmodier, to chant, recite in a 
sing-song way. 

puis, then, next. 

puissance, /., power. 

puissant, -e, powerful. 

pur, -«, pure. 



qnai, m., quay, wharf. 

quand, when, whenever. 

quant ^, as for. 

quarante, forty. 

quart, quarter; — d'henre, 

quarter of an hour, 
quartier, m,, quarter; prendre 

les — 8 d'hiyer, to go into 

winter quarters, 
quatre, four, 
quatre-yingt, eighty, 
que, that, which, what, whom, 

of whom, to whom ; if, when, 

than, whether, because, how ; 

ne . . . — , only. 
qnel, -le, what, what a, which. 
quelconque, whatever. 



qnelque, some, however. 

quelqueiois, sometimes. 

quelqu'un, -e, (pL quelqnes- 
uns, quelques-unes), some- 
body ; pi,, some, a few, any. 

qnestiqnneur, /»., questioner. 

quite, quest ; en — de, in quest 
of. 

qui, who, whom, which, that. 

quinzaine, /., fortnight. 

quinze, fifteen. 

quitter, to leave. 

quel, which, what, whatever; 
de — , means, wherewithaL 

quoique, although. 



R 



racine, /., root. 

raconter, to relate. 

raideur, /., stiffness. 

raidir (se), to bear up (against). 

railleu-r, -se, jovial. 

raisin, m., grapes. 

raison, /., reason ; k plus forte 

— , with greater reason; 

comme de — , as it is fit; 

ayoir — , to be in the right ; 

entendre •*-, to listen to 

reason, 
raisonnable, reasonable, 
raisonnant, -^, reasoning, 
raisonnement, reasoning, 
raisonner, to reason, 
raisonneu-r, -se, rational, rea- 
sonable, reasoning, 
rame, /., oar. 
lameau, m,, bough, 
ramener, to bring back, 
ramer, to row, pull, 
rang^e, /., row. 
ranger, to range, arrange, 
rapide, m., rapids, 
rapidement, rapidly, swiftly, 
rapidity, /., rapidity. 
rappeler, to call back, recall; 

se — , to remember, recollect. 



^54 



VOCABULARY 



rapport, m,, relation, communi- 
cation, acquaintance. 

rapporter, to bring back, re- 
port. 

rapprocher,' to compare with; 
86 — , to come or draw near. 

rare, rare, scarce. 

rassurer, to reassure, to encour- 
age. 

rayin, m,, ravine. 

ray^y -e, rifled (grooved with a 
spiral channel to give the bullet 
a rotary movement). 

rayon. i»., ray, beam» shelf. 

r^alite, /., realitv. 

rebuter (se), to oe discouraged. 

recevoir, to receive, accept. 

rdchauffer (se), to grow warm. 

recherche, /., search, quest, re- 
finement, elegance. 

r6cif , m., reef. 

r^cit, m., recital, statement. 

r^claxner, to reclaim, claim. 

recoin, m., comer. 

r^olte, /., harvest, crop. 

recommander, to recommend. 

recommencer, to begin anew. 

recompense, /., reward. 

reconnaissable, recognizable. 

reconnaissance, /., gratitude. 

reconnaitre, to recognize, dis- 
cover; faire — , to proclaim. 

recoxmn, -e, acknowledged. 

recours, i»., recourse. 

recaeillement, m., contempla- 
tion. 

recnler, to retreat 

r^dempteur, m,y redeemer. 

redescendre, to come or go down 
again. 

redingote, /., riding-coat, frock- 
coat. 

redoutable, formidable, terrible. 

r^duire, to reduce. 

r^l, -le, real, actuaL 

referrer, to reshoe a horse. 

r^fltehir, to reflect ; se — , to be 
reflected. 



refiner (se), to be reflected. 

refouler, to drive back, repel. 

refuser, to refuse, deny ; se — , 
to deny oneself, to withdraw. 

regagner, to regain, to return 
(to). 

regard, m., look, glance. 

regarder, to look, behold, exam- 
ine. 

registre, m., register, record. 

r^gie, ~e, regular. 

rdgne, m., reign. 

r^gner, to reign, prevail. 

regretter, to regret. 

rein, m., back, waist. 

rejaillir, to splash. 

rejetter, to reject. 

rejeton, m., shoot. 

r^joui, -e, merry. 

r^jonir, to rejoice; se — , to re- 
joice. 

relev^, m., statement, report. 

relever, to lift up, raise ; se — , 
to get up again. 

religieu-z, -se, religious, pious. 

reluire, to shine. 

remarquablement, remarkably. 

remarque, /., remark, observa- 
tion. 

remarqner, to remark, notice, 
distinguish. 

remMe, m., remedy. 

remerciment, m., thanks. 

remercier, to thank. 

remettre, to defer, push off; 
se — , to set oneself again. 

remonter, to ascend, reascend, 
mount, remount. 

rempart, m., rampart. 

remplacer, to replace. 

rempli, -e, full. 

remplir, to fill. 

remporter, to carry or take 
away, obtain, gain. 

renard, m,^ fox. 

rencontre, /., meeting; aller, 
yenir Jlla — de qnelq'nn, to 
go, come to meet one. 



VOCABULARY 



^55 



reneontrer, to meet, fall in with, 
find, encounter; 86 — , to be 
met with. 

rendez-YOUS, m., rendez-vous, ap- 
pointed meeting-place. 

rendre, to render, return, render 
up; 86 — , to go, repair, re- 
sort. 

renomm^y -e, renowned. 

renoncer, to renounce, give up, 
disclaim. 

renouer, to renew. 

renouyeler, to renew, revive. 

renseignement, m., information ; 
prendre des — 8, to make in- 
quiries. 

r6ntrer, to enter again, return. 

r6nTers^, -e, thrown down, 
tipped over. 

renyerser, to overthrow. 

r^pandre, to spread, spill ; se — , 
to be spread. 

reparaitre, to reappear. 

r^parer, to restore. 

repartir, to set off again, reply. 

rapas, m., repast, meal. 

repasser, to pass again, repass, 
cross again, repeat. 

r^p^er, to repeat. 

replacer, to replace. 

repliy m,, fold, coil. 

r^pliquer, to reply. 

r^pondre, to answer, reply, cor- 
respond, waiYant. 

r^ponse,/*., answer. 

reposy m., repose. 

reposer, to rest ; 86 — , to rest. 

repoussanti -«, repulsive. 

r6poiiss6r, to repulse, repel. 

reprendre, to resume, reply. 

repr^sentant, m,, representative. 

repr^senter, to represent. 

reprobation,/., reprobation, con- 
demnation. 

r6proch6r, to reproach, upbraid. 

reproduir6 (se), to reappear. 

r^sery^, -e, reserved. [self. 

r^seryer (se), to reserve to one- 



r68inea-x, -^e, resinous. 

r^sister, to resist. 

r^soudre, to resolve; 86 — k, to 
resolve on. 

respecti-f , -ye, respective. 

respectueu-z, -se, respectful. 

respiration,/., breathing. 

respirer, to breathe. 

ressemblance,/., resemblance. 

ressembler, to resemble. 

reste, m., rest, remnant, remain- 
der; au — , dn — , besides, 
nevertheless. 

rester, to remain, be left. 

r^soltat, m,f result, consequence. 

r^sulter, to result, follow. 

retenir, retain, detain. 

retentir, to resound, re-echo. 

retentissement, m., echo. 

retire, -e, solitary, secluded, be- 
lated. 

retirer, to reap, remove, derive; 
86 — , to retire, retreat, leave. 

retomber, to fall down again, 
relapse. 

retour, m., return ; on — , in re- 
turn. 

retoumer, to return, go back; 
— 8ur 868 pas, to retrace one's 
steps ; 86 — , U> turn around. 

retraite,/., retreat. 

retronyer, to find again; S6 — , 
to find one's way. 

r^unir, to unite ; se — , to unite, 
unite again, come together, 
meet. 

r^ussir, to succeed^ 

reyeiller, to wake, stir up. 

reyendre, to sell again. 

reyenir, to come again, return. 

rSyer, to dream. 

r§yerie,/., revery, musing. 

reyers, m,, back, reverse; pren- 
dre k — , to attack in the rear. 

r^yolter (se), to rebel, revolt. 

riant, -6, laughing. 

richesse, /., riches, wealth. 

ridoau, m,, curtain. 



XS6 



VOCABULARY 



rien, {m.)f nothing, not anything, 
anything. 

rigidity, /., rigidity, severity. 

rigoureu-z, -se, severe. 

rire, to laugh. 

lire, m,, laughter. 

rivage, m,, shore, bank. 

rive, /., shore, bank. 

riviere, /., river. 

rocher, m,, rock. 

roman, m,, novel, romance. 

rompre, to break. 

rompu, -e. broken, worn out. 

ronce, /., bramble. 

rond, -e, round. 

ronde, /., round, patrol ; JL la — , 
round about. 

roseau, m,, reed. 

rdtir, to roast. 

rouge, red. 

rouge, m., red, redness. 

roul^, -e, rolled up. 

roulement, m,, roll. 

rottler, to roll, roll up, revolve; 
86 — , to tumble. 

route, /., road ; grand' — , high- 
way. 

rudement, roughly. 

rue, /., street, lane. 

mine, /., ruin, decay. 

ruisseau, m,, brook. 

rumeur, /., report, noise. 

ruatique, m,, rustic. 



sable, m,f sand. 

sac, f»., knapsack. 

sacrifice, m., sacrifice. 

sage, wise. 

sagesse, /., wisdom. 

saignement, m., bleeding. 

saillant, -e, conspicuous. 

saillie, /., jutting out, promi- 
nence. 

SaintOlair (Lac), m., Lake St. 
Clair, a small lake between 



Lake Erie and Lake Huron in 
the system of the Great Lakes. 

Saint-Laurent, m,, St. Laurence 
River, the outlet of the Great 
Lakes. 

saisir, to seize, catch. 

sal^, -e, salted. 

salle, /., room. 

sang, m.f blood, race. 

sang-lroid, m., composure, sang- 
froid. 

sanglier, m,, wild boar. 

sanguinaire, bloodthirsty. 

sans, without. 

sant^, /.^ health. 

satisfaire, to satisfy. 

satisfait, -e, satisfied. 

sauter, to leap, jump. 

sauvage, savage, wild. 

sauyage, m,, /., savage. 

sauyer, to save, preserve. 

sayane, /., savannah. 

sayant, -e, learned, erudite. 

sayoir, to know, understand, be 
able. 

schelling, m,, shilling (English). 

scintillMT, to sparkle. 

scrutat-enr, -rice, searching. 

sculpts, -e, carved. 

sculpter, to carve. 

s^cheresse, /., dryness, barren- 
ness, indifference. 

secauer, to shake. 

secourir, to succor, help; se — , 
to help one another. 

secours, m., succour, relief. 

secte, /., sect. [ing. 

s^duisant, -e, seductive, charm- 

sein, m.f bosom; an — , in the 
midst. 

Seine, /., Seine, the principal 
river of northern France. 

s^jour, m., abode, stay. 

selle, /., saddle. 

selon, according to. 

semblable, like, similar, such. 

semblable, m., equal, fellow, 
fellow-creature. 



VOCABULARY 



^57 



semence, /., seeds. 

semer, to sow. 

sens, m., sense, understanding; 

bon — f common sense. 
sentier, m., path, 
sentiment, m,, sentiment, feel- 
ing, opinion, 
sentur, feel, be sensible of, savor ; 

se — , to feel oneself. 
B^parationy /., partition, 
s^par^y ~e, separated, 
s^parer, to separate, 
sept, seven. 

septentrional, -e, northern, 
serein, -e, serene. 
86r^nit6, /., serenity. 
86riea-z, -se, serious, 
serpent, m., snake; — k son- 

nettes, rattlesnake, 
serpenter, to meander, 
serr^, -e, tight ; ayoir le coeur 

— , to be oppressed with grief, 
serrer, to press, hug. 
seryir, to serve ; se — , to make 

use (of), use. 
seuil, m,, threshold, 
seiil, -e, sole, only, alone, 
settlement, only, merely, 
s^ye, /., sap. 
si, so, as, yes. 
si, if, whether. 
Sicile, /., Sicily, island lying 

southwest of Italy, 
si^cle, m.f century, 
si^ge, m., seat, chair, 
signe, m.,Bign, 
sign^, -e, signed, 
signer, to sign, subscribe, 
silencieu-z, -se, silent, 
sillon, m., furrow, 
sillonner, to furrow, wrinkle, 
simplicity, /., simplicity, 
simultan^ment, simultaneous- 

singe, m., monkey, 
singulier, m., singular. 
singuli-er, -ke, singular, odd. 
singuli^rement, singularly. 



sinon, except; — que, except 
that. 

sinuosity, /., winding, meander- 
ing. 

situation, /., situation, position ; 
en — de, able to. 

situ^, ~e, situated. 



SIX, six. 



soci^t^, /., society. 

soeur, /., sister. 

soign^, -0, elaborate, finished, 

elegant. 
soigner, to take care (of), look 

after, attend (to), 
soigneusement, carefully, 
soin, m., care; //., attentions;. 

avoir — , to taike care, 
soir, m., evening, night, 
soir^, /., evening, 
soit, whether, 
soizante, sixty, 
sol, m., soil, ground, 
soldat, m.f soldier, 
soleil, m.f sun. 
solennel, -le, solemn, 
solennitd, /., solemnity, cere- 
mony, 
solitaire, solitary, lonely, 
sollicitude, /., anxiety, care, 
sombre, dark, gloomy, 
somme, /., sum. 
sommeil, m.f sleep, rest. 
sommet, m., summit, top. 
sommit^, /., top. 
somptieu-z, -se, magnificent, 
son, m.f bran, sound, 
songer, think, intend, 
sort, m.f fate, destiny ; le — est 

jet^, the die is cast, 
sorte, /., sort, manner, way ; de 

telle — , to such a degree; en 

quelque — , partially, 
sortie, /., leaving, departure. 
sortir, to go out, depart, emerge, 

extricate, 
sortir, w., going out; an — de, 

upon leaving. [ny. 

son, m.f sou, (^ of a franc), pen- 



iS8 



VOCABULARY 



80uci, m,t care, anxiety. 

soiiffler, to blow. 

souffrance, /., suffering. 

souffrir, to suffer. 

souleyer, to lift. 

soumettre, to submit ; se — , to 
give way, yield, be willing. 

soumis, -e, submissive, subject. 

souppon, m,t suspicion, conjec- 
ture. 

souper, tn,f supper. 

soupir, to sigh, gasp. . 

soupirer, to sigh. 

sourire, to smile. 

sourirey m,j smile. 

sOttS, under, beneath. 

sotttenir, to sustain, keep up. 

souyeniTy m,, recollection, mem- 
ory. 

souyenti often, frequently. 

spacieu-x, -se, spacious, exten- 
sive. 

splendeur, /., splendor. 

stationnaire, stationary. 

stoique, stoic. 

structure, /., construction. 

subir, to undergo, suffer. 

subit, -e, sudden. 

subitement, suddenly. 

sublimits, /., sublimity. 

substituer (se), to supersede. 

succ^der, to succeed; se — , to 
follow one another. 

successi-f, -ye, successive; by 
degrees. 

succomber, to yield, succumb. 

sud, m.f south ; (Sud) the South 
(of the United States). 

sud-ouest, m., south-west. 

sufiire, to suffice, be enough. 

suffisant, -e, sufficient. 

suite, /., series. 

suiyant, -e, following, next. 

suiyant, according to; — que, 
as. 

sniyre, to follow. 

suj^tion, /., dependence, con- 
straint. 



superbe, superb, gorgeous. 

superflu, m.t unnecessary thing. 

sup^rieur, -e, superior, higher, 
upper. 

Sup^rieur (Lac), m., Superior, 
the largest of the Great Lakes. 

superiority, /., superiority. 

superstitieu-z, -se, supersti- 
tious. 

supporter, to support. 

sur, on, upon, over, about, on 
account of. 

sur, -e, sure, certain. 

surcharge, -e, overburdened. 

s^ete,/., security, safety. 

surfaire, to overcharge. 

surgir, to arise. 

sur-le-champ, immediately. 

surmonte, -e, surmounted. 

surmonter, to surmount, over- 
come. 

sumaturel, -le, supernatural. 

surprenaot, -e, surprising, aston- 
ishing. 

surprendre, to surprise, over- 
take. 

surtout, above all, especially. 

suspendre, to hang. 

suspendu, -e, suspended. 

symtoie,/., symmetry. 

symetrique, symmetrical. 



tabac, f»., tobacco. 

tableau, m., picture, descrip- 
tion. 

tAche,/. task. 

tUcher, to try. 

tacitume, taciturn, silent. 

taille,/., shape, form. 

taillis, m,y underwood. / 

taire (se), to hold one's tongue, 
be silent. 

tambour, #»., drum. 

Tamise, /., Thames, most im- 
portant river in England. 



VOCABULARY 



^59 



tam-tam, m., (Indian) drum. 

tanditf que, while. 

tant, so much, such, as far, so 
long ; — que, as long as. 

tard, late; plus — , later; trop 
— , too late. 

tarder, to delay, tarry, dally, be 
long. 

tasse,/., cup. 

titer, to feel. 

taureau, m., bull. 

teinty m,f complexion. 

teinte,/., tint, shade. 

tel, -le, such, like. 

ttooignage, m., evidence. 

t^moigner, to show. 

t^moini m.f witness. 

templte,/., tempest, tumult. 

temporaire, temporary. 

temps, m,, time, season, wea- 
ther; k — , in time; de — en 
— , from time to time; en 
mime — , at the same time. 

tenace, tenacious, stubborn. 

tendre, to reach out. 

tendresse,/., tenderness. 

t^n^bres, /.,//., darkness. 

tenir, to hold, keep, maintain, 
think, derive, stand ; se — , to 
stand, stay in place, be held. 

Tennessee, m,, Tennessee River, 
a southern tributary of the 
Ohio. 

tentatiye,/., attempt. 

tente,/., tent. 

tenter, to tempt, try. 

terme, m,, limit. 

terrain, m., ground, soil, piece of 
land. 

terie, /*., earth, land, ground, 
grounds, territory. 

terreur,/., terror. 

territoire, m,, territory. 

t^te,/., head. 

th6, m,, tea, afternoon luncheon. 

th^ifere,/., tea-pot. 

tlMe, tepid. 

tier-s, -ce, third. 



tiers, tierce. 

tintement, m,, ringing (of a 
bell). 

tirade,/., tirade, long speech. 

tirer, to draw ; fire, shoot ; se — , 
to get out of ; se — d'affaire, 
to get out of a difficulty. 

tireur, marksman. 

tocsin, m,, tocsin, alarm bell. 

toit, m,f roof. 

tombeau, m,, grave, tomb. 

tomber, to fall down, sink. 

ton, m.f voice, tone. 

tonnerre, m,, thunder. 

tort, m,, wrong ; k — , wrongly ; 
avoir — , to be wrong. 

tortiller, to twist. 

tdt, soon. 

totality, /., totality. 

touchant -e, touching, pathetic. 

toucher, to touch, concern. 

toujours, always, ever, ever- 
more, perpetually, still, never- 
theless. 

toupie, /., top; faire tourner 
une — , to spin a top. 

tour, m., turn, tour ; faire le — , 
to make the circuit. 

tourment, m., torment. 

tourmenter, to trouble. 

toum^D, /., circuit. 

tourner, to turn. 

tout, -e, pLf tons, m., toutes,/., 
all, each, any, every; — la 
monde, everybody. 

tout, wholly, quite ; — k coup, 
suddenly; — k fait, quite, 
entirely ; — d'un coup, all of 
a sudden ; — en, while. 

tout, m.f whole, all, everything ; 
du — , at all, not at all ; en — , 
upon the whole, wholly. 

toutefois, however. 

trace, /., trace, track, trail, sign. 

tracer, to trace, draw, lay out; 
iin sentier trac^, a plain path. 

traduire, to translate. 

trag^die, /., tragedy. 



i6o 



VOCABULARY 



train, m., pace, manner; en — , 
lively, in the miood. 

trainer, to draw. [trait. 

trait, m., arrow, trace, feature, 

traite, m., treaty. 

traiter, to treat ; — de, to call, 
regard. 

tranquillement, quietly. 

tranquillity, /., tranquillity. 

transcrire, to copy. 

transi, -e, chilled, benumbed. 

transporter, to transport, con- 
vey, enrapture. 

trayaU, m., labor, work, work- 
manship, trouble, task, effect. 

trayailler, to work, labor. 

travers, w., breadth; k — , 
across, through. 

trayers^, -e, pierced, crossed. 

traverser, to cross, travel over, 
travel through. 

trente, thirty. 

tris, very, very much. 

tressaillir, to start, give a start. 

tresse, /., plait, tress. 

triangle, m,, triangle. 

tribu, /., tribe. 

triompher, to triumph. 

triste, sad. 

trois, three. 

troisi^me, third. 

trompe, /., probascis. 

tromper, to cheat, deceive. 

trompeu-z, -se, deceitful, de- 
lusive. 

tronc, m., trunk. 

trop, too much, too many, too, 
exceedingly ; — de, too many. 

troph^, m., trophy. 

trot, m., trot ; aller an grand — , 
to ride very fast. 

trottoir, m., foot-path, sidewalk. 

trou, m., hole. 

troubler, to trouble, disturb. 

troupe, /., troop. 

trouyer, to find, meet (with) ; se 
— , to find oneself, be situated, 
found, chance to be. 



tuer, to hill, slaughter, 
tue-tlte; k — , at the top of the 

voice, 
tumultueu-z, -se, tumultuous, 
tnrc, turque, Turkish. 
Turc, m, (Turque, /.), Turk. 



un, -e, a, an, any ; one ; V — et 
Pautre, both, each other. 

uni, -e, united, level. 

uniforme, even, uniform. 

union, /., union ; L^Union, the 
United States. 

unique, one, sole, single. 

unitaire, m.. Unitarian. 

uniyers, m., universe. 

usage, m,f usage, use. 

user, to wear out. 

utile, useful. 

utile, m., utility. 

utility, /., utility, usefulness, 
profit. 



yacance, /. //., holidays, vaca- 
tion. 

yaciller, to waver. 

yague, /., wave. 

yaincu, -e, conquered, van- 
quished. 

yainqueur, m., conqueror. 

yaisseau, m., ship, vessel. 

yalet, m., valet, man-servant. 

yaleur, /., value. 

yall6e, /., valley. 

yallon, m,, little valley, dale. 

yaloir, to be worth, be as good 
as; — mieuz, to be better; 
faire — , to set off. 

yaniteu-z, -se, vain. 

yapeur, /., vapor. 

variation, /., change. 

varier, to vary, diversify. 

v^g^ter, to vegetate, grow. 



VOCABULARY 



i6i 



yeiller, to watch. 

yenaison, /., venison. 

yendre, to sell. 

yenir, to come, arrive, happen, 

grow ; — k-h infin,y to happen 

to ; — de -H infin,^ to have just, 
yente, /*., sale, 
y^rifier, to verify, 
y^ritable, veritable, real, 
y^rit^, /., truth. 
yerre, m., glass, 
yers, m,^ line, 
yers, towards, 
yerse, -e, poured, 
yerser, to shed, 
yert, -e, green, 
yertu, /., virtue. 
yStementy m, pL, clothes. 
y€tu, -e, clad, 
yibrer, to vibrate, 
yice, m,f vice. 

yictoire, /., victory, triumph, 
yie,/., life, way of living, course 

of life, 
yieillard, i»., old man. 
yierge, virgin, 
yieuz, yieil, w., yieille, /., old, 

ancient, 
yi-f, -ye, lively, 
yiyementy quickly, 
yigoureu-x, -se, vigorous, 
yigueur, /., vigor, power, 
yille, /., town, city. 
yin, m.f wine, 
yingt, twenty, 
yiolemment, violently, 
yisage, m., face, 
yisite, /., visit, call. 
yisiter, to visit, 
yite, swift, quick, fast, speedily, 

quickly, 
yitesse, /., speed, 
yiyant, -e, living, 
yiyre, to live, exist, 
yoici, see here, here is; le — , 

here it is. 
yoie, /., way, road. 



yoiUty see there, behold. 

yoile, m., veil, disguise. 

yoile,/, sail, ship. 

yoir, to see, behold, look (at), 
be sensible of. 

yoisin, ~e, adjacent, near. 

yoisin, m.^ neighbor. 

yoisinage, m., vicinity. 

yoiture,/., carriage, coach, vehi- 
cle. 

yoiz, /., voice, cry ; h, — haute, 
loudly; k demi — , in a low 
tone. 

yol, fw., robbery, theft. 

yoler, to steal. 

yolet, m.j shutter. 

yoleur, »i., robber 

yolontairement, voluntarily. 

yolont^, /., will. 

yolontiers, willingly. 

yoltiger, to dance, flutter. 

yoiier (se), to devote oneself. 

youloir, to will, wish, want ; cela 
yeiit dire, that means. 

yoftte, /., arch. 

yoyage, w., voyage, trip, jour- 
ney, tour. 

yoyager, to travel. 

yoyageur, m., traveler. 

yxai, -e, true, real. 

yraiment, truly, certainly. 

yue, /., sight, eyes, view ; k — 
d'ceil, visibly; perdre de — , 
to lose sight (of). 

W 

wiskey, m., whisky, 
wig-wam, m., wigwam, hut, tent. 



y, here, there, thither, to it (him, 
her), to them; 11 — a, there 
is, there are. 



t)eatb'0 Aodetn %am\xaQC Series. 

FRBNCH GRAMMARS AND READERS. 

Brace's Grammaire Fransaise. I1.12. 

Clarke's Snbjonctiye Mood. An inductive treatise, with exercises. 50 ct& 

Edgren's Compendious French Grammar. I1.12. Part I. 35 cts. 

Fontaine's Livre de Lecture et de Conversation. 90 cts. 

Fraser and Squair's French Grammar. I1.12. 

Fraser and Sqnair's Abridged French Grammar. $1.10. 

Fraser and Squair's Elementary French Grammar. 90 cts. 

Grandgent's Essentials of French Grammar. I1.00. 

Grandgent's Short French Grammar. Help in pronandation. 75 cts. 

Grandgent's Lessons and Exercises. For Grammar Schools. 25 and 30 cts. 

Hennequin's French Modal Auxiliaries. With exercises. 50 cts. 

Houghton's French by Reading. ^1.12. 

Mansion's First Tear French. For young beginners. 50 cts. 

M^thode Benin. 50 cts. 

Brace's Lectures Fadles. 60 cts. 

Bruce's Dieters Fransaises. 30 cts. 

Fontaine's Lectures Courantes. Ii.oo. 

Giese's French Anecdotes. 00 cts. 

Hotchkiss' Le Primer Livre de Frangais. Boards. 35 cts. 

Bowen's First Scientific Reader. 90 cts. 

Davies' Elementary Scientific French Reader. 40 cts. 

Lyon and Larpent's Primary French Translation Book. 60 cts. 

Snow and Lebon's Easy French. 60 cts. 

Super's Preparatory French Reader. 70 cts. 

Bouvet's Exercises in Syntax and Composition. 75 cts. 

Storr's Hints on French Syntax. With exercises. 30 cts. 

Brigham's French Composition. 12 cts. 

Comfort's Exercises in French Prose Composition. 30 cts. 

Grandgent's French Composition. 50 cts. 

Grandgent's Materials for French Composition. Each, 12 cts. 

Kimball's Materials for French Composition. Each, 12 cts. 

Mansion's Exercises in Composition. 160 pages. 60 cts. 

Marcou's French Review Exercises. 25 cts. 

Prisoners of the Temple (Guerber). For French Composition. 25 cts. 

Story of Cupid and Psyche (Guerber). For French Composition. iS cts. 

Heath's French Dictionary. Retail price, lz.50. 



tcaWB Ao&etn Xanguage Series. 

ELEMENTARY FRENCH TEXTS. 

S^gnr's Lea Halhaors de Sophie (White). Vocabulary. 45 cts. 

French Fairy Tales (Joynes). Vocabulary and exercises. 35 cts. 

Saintine's Picdola. With notes and vocabulary by Prof. O. B. Super. 45 cts. 

Uair^t's La Tache da Petit Pieiie (Super). Vocabulary. 35 cts. 

Bruno's Les Enfants Patriotes (Lyon). Vocabulary. 25 cts. 

Bmno's Tour de la France par deux Enfants (Fontaine). Vocabulary. 45 cts. 

Verne's L'Exp6dition de la Jenne Bardie (Lyon). Vocabulary. 25 cts. 

Gerrais Un Cas de Conscience (Horsley). Vocabulary. 25 cts. 

O^nin's Le Petit Taillenr Beaton (Lyon). Vocabulary. 25 cts. 

Assolant's Ayentare da C61dbre Pierrot (Pain). Vocabulary. 25 cts. 

Assolant's R6cits de la Vieille France. Notes by E. B. Wanton. 25 cts. 

Mailer's Grandes Bicoaveites Modemes. 25 cts. 

R6cits de Gaerre et de Rdvolation (Minssen). Vocabulary. 25 cts. 

Bedollitee's La Mdre Michel et son Chat (Lyon). Vocabulary. 25 cts. 

LegouT^ and Labiche's Cigale chez les Fourmis (Witherby). 20 cts. 

Labiche's La Grammaire (Levi). Vocabulary. 25 cts. 

Labiche's Le Voyage de M. Perrichon (Wells). Vocabulary. 30 cts. 

Labiche's La Poadre aoz Teuz (Wells). Vocabulary. 30 cts. 

Lemaitre, Contes (Rensch). Vocabulary. 30 cts. 

Damas's Dae de Beaafort (Kitchen). Vocabulary. 30 cts. 

Damas's Monte-Cxisto (Spiers). Vocabulary. 40 cts. 

Berthet's Le Facte de Famine. With notes by B. B. Dickinson. 25 cts. 

Erckmann-Chatrian's Le Conscrit de 18x3 (Super). Vocabulary. 45 cts. 

Erckmann-Chatrian's L'Histoire d'an Paysan (Lyon). 25 cts. 

France's Abeille (Lebon). 25 cts. 

Moinaax's Les deux Soards (Spiers). Vocabulary. 25 cts. 

La Main Malheorease (Guerber). Vocabulary. 25 cts. 

Enaalt's Le Chien da Capitaine (Fontaine). Vocabulary. 35 cts. 

Trois Contes Choisis par Daadet (Sanderson). Vocabulary. 20 cts. 

Desnoyer's Jean-Paal Choppart (Fontaine). Vocabulary. 00 cts. 

Selections for Sight Translation (Bruce). 15 cts. 

Laboalaye's Contes Bleas (Fontaine). Vocabulary. 35 cts. 

Malot's Sans Famille (Spiers). Vocabulary. 40 cts. 

Meilhac and Hal6vy'8 L'Et6 de la St.-Martin (Frangois). Vocao. 25 cts.